Le problème avec les penaltys

Sociétés

Au football, le penalty sanctionne une faute commise dans la surface de réparation: la plus haute forme de punition. Le tireur se retrouve face à face avec le gardien, à seulement une dizaine de mètres des cages. Ce sport d’équipe se transforme alors en une performance individuelle qui aura des répercussions collectives.

«C’est comme si on mettait une seule balle dans un pistolet et que l’on demandait à tout le monde de tirer. Mais à la fin, les répercussions reposent sur une personne», explique Christian Karembeu, milieu défensif français dans Brilliant Orange: The Neurotic Genius of Dutch Football.

 

Ces tirs au but peuvent changer l’issue d’un match. Le penalty provoqué par la main de Piqué sur corner (41ème minute) pendant le match Russie-Espagne ce 1er juillet a permis de relancer le pays organisateur dans un match des moins insipides –qui s’est terminé par une séance de tirs au but emporté par les Russes. L’équipe d’Espagne, grande prétendante au titre, est éliminée. Et, la dynamique du tournoi en ressort changée.

Une peine pas toujours adaptée au crime?

Comme l’explique Quartz, le penalty est là pour remplacer une opportunité de but effacée par une faute dans la surface. En montrant le point de penalty, l’arbitre offre une plus grande chance de conversion au tireur que si la faute n’avait pas eu lieu. En 2017, en Premier League, 75% des penaltys ont été marqués pour seulement 11% des tirs «normaux».

Mais les penaltys sifflés par les arbitres ne remplacent pas toujours une opportunité de but. Si on reprend l’exemple de la rencontre Russie-Espagne. Il est impossible de savoir si la tête de l’attaquant russe Artyom Dzioubabloquée par la main de Gerard Piqué se dirigeait vers les cages de David De Gea.

À la différence du basket-ball et du système de lancers francs, au football le joueur ou la joueuse qui subit la faute ne sera pas forcément chargée de tirer le penalty. Il est courant qu’une équipe ait une tireuse ou tireur de penalty désigné –comme Antoine Griezmann en équipe de France. Ces footballeurs et footballeuses sont entraînées à cet exercice et les chances de conversion sont d’autant plus importantes.

«Les penaltys sont de belles compensations et les joueurs le savent très bien. Certains essaient à tout prix d’en obtenir en plongeant et en tombant de façon exagérée: un véritable fléau dans le football moderne», écrit Quartz.

Oliver Staley, journaliste à Quartz, propose une solution: pourquoi ne pas déplacer le point de penalty pour les rendre plus compliqué à tirer? Dans les années 1990, les joueurs de Major League Soccer devaient partir de la ligne des 35 mètres, ballon au pied, pour se retrouver en duel face au gardien. La Fifa envisage même d’instaurer cette version des tirs au but pour la Coupe du monde 2026 qui se déroulera aux États-Unis, Mexique, Canada.

Les tirs au but dans les années 1990 en MLS


Lire la suite : Le problème avec les penaltys


Articles en Relation

Non, les Bleues ne jouent pas plus «collectif» que les Bleus À quoi bon opposer joueuses et joueurs ? Lorsque le football féminin est mis en avant, comme c'est le cas durant cette Coupe du monde qui se déroul...
Du Donbass à Moscou, quand il faut tout reconstruire En Ukraine, la guerre qui sévit depuis 2014 a contraint nombre de civil·es à quitter leur région. Une enseignante originaire de l'oblast de Donetsk ...
Lire des essais ardus, ça s'apprend Les conseils d'un professeur d'économie de la prestigieuse université de Berkeley. Il n'est pas toujours facile de se lancer dans la lecture d'essa...
Un Russe porte plainte contre Apple car son iPhone l'aurait rendu gay Le plaignant accuse le géant de la tech de l'avoir «enlisé dans des relations homosexuelles». Un homme russe nommé D. Razumilov demande plus de 13....
Il y a exactement 100 plis sur les toques de cuisine, et ça a du sens On n'est finalement pas si loin des galons portés dans l'armée. Si vous n'aviez jamais songé à compter le nombre de plis qui ornent les toques des ...
La dépression n'épargne pas la Finlande, le pays le plus heureux du monde Être en tête de ce classement mondial représente un vrai défi pour les jeunes Finlandais·es souffrant de dépression. Les 5,5 millions d'habitant·es...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA