Le préservatif féminin, outil de plaisir sexuel bien méconnu

Sociétés

Le préservatif interne semble moins sexy que son homologue externe, mais il peut présenter quelques avantages. | Reproductive Health Supplies Coalition via Unsplash

La capote interne a beau ressortir en partie du vagin, semblant inesthétique et peu pratique, elle peut tout à fait être érotisée, voire faire office de sex-toy.

«Imaginez un nouveau jouet sexuel qui coûte moins d'un dollar, est disponible partout dans le monde, se présente dans son propre emballage discret et offre un plaisir illimité aussi bien aux hommes qu'aux femmes.» Dans cette (faussement) mystérieuse présentation rédigée par des membres du Pleasure Project, il est ensuite question d'anneaux, d'un qui «doit être inséré profondément dans le vagin», d'un autre «placé en dehors» et de quelques autres éléments vecteurs de sensations sexuelles agréables. Voilà qui donne envie et titille, ne serait-ce que la curiosité.

Pourtant, le «fourreau solide, doux et transparent en polyuréthane» décrit en ces termes excitants n'est autre que le préservatif féminin –aussi appelé interne, parce qu'il se met à l'intérieur du vagin en cas de rapport hétérosexuel, et de l'anus, en ayant retiré l'anneau interne, lors d'une relation homosexuelle gay. Celui-là même qui a été qualifié en 2009 sur un blog de «tente Quechua de la foufoune» ou encore, plus récemment, de «ceinture de chasteté inversée» par une médecin gynécologue se définissant dans le même temps comme «une fervente militante féministe». «Y avoir recours, c'est faire une croix sur le plaisir», assénait-elle en 2018 à Rue89. Sauf que cette capote est loin de réduire systématiquement le plaisir sexuel; elle peut même l'amplifier.

«Le principal reproche adressé à cette méthode de contraception et de prévention tient à sa visibilité, à ce qu'il donne à voir de lui-même mais aussi du vagin: il n'est pas esthétique et surprend par sa longueur et/ou sa largeur», détaille la chercheuse en anthropologie Judith Hermann-Mesfen dans un article de 2013, alors que les tailles de préservatifs internes et externes ne diffèrent guère. Quand bien même l'anneau extérieur semble inesthétique à certain·es puisqu'«il pendouille avant et après l'acte», comme le relève l'anthropologue, cette émersion du vagin peut avoir un avantage sensuel, et pas des moindres.

Transmission chaleureuse

«Ça peut aller sur les grandes lèvres, voire le clitoris. Il y a plus de frottements. Pour ma part, je ne pense pas avoir eu plus de plaisir, je ne me suis pas dit que c'était vachement mieux. Mais pour certaines, ça peut être plus stimulant», glisse Binta*, 29 ans, qui a «pas mal utilisé» la capote interne. C'est pour cela que les membres du Pleasure Project affirment que l'on pouvait en faire un accessoire érotique. «L'anneau externe peut être utilisé pour frictionner le clitoris en se servant de ses doigts et du pénis du partenaire», écrivaient-elles dans l'article publié dans la revue Questions de santé reproductive.

Autre érotisation possible, avec l'anneau interne cette fois. «Beaucoup de gens trouvent que la pénétration profonde de l'anneau interne du préservatif féminin est très stimulante. […] Beaucoup d'hommes disent qu'ils aiment sentir leur pénis heurter l'anneau interne du préservatif féminin au moment où ils pénètrent leur partenaire. […] Au Zimbabwe, un nouveau mot a été inventé en langue shona (ketecyenza), pour décrire le picotement agréable que l'homme ressent quand l'anneau interne du préservatif féminin frotte son pénis.» On apprend aussi qu'en Zambie et au Ghana, des hommes ont indiqué s'être parfois servi du préservatif féminin comme d'une capote externe afin de se masturber avec l'anneau interne, devenu sex-toy.

Ce ne sont pas les seuls avantages subjectifs du Femidom (contraction de female condom). «Le fait que la chaleur puisse passer d'un partenaire à l'autre à travers le polyuréthane est aussi, de l'avis de beaucoup de personnes, une caractéristique qui fait que le rapport est plus “naturel” ou plus plaisant.» Parce que cela permet de se sentir mutuellement, d'autant plus qu'il épouse davantage la paroi interne. Dimitri, 29 ans, a apprécié avec son partenaire sa dimension légèrement plus grande et le fait qu'il ne soit pas un étui comprimant: «Il n'y avait pas de pression autour de ma verge et au bout de cinq minutes c'était comme s'il n'y avait rien du tout.» De même, Binta trouve cette capote «plus confortable, plus sympa».

Qu'il soit possible de la poser plusieurs heures avant le rapport était aussi un plus pour elle, surtout en comparaison de l'interruption générée par l'enfilage de son équivalent externe. «Que l'homme ne soit pas obligé d'être en érection tout au long du rapport», comme le note l'article de Questions de santé reproductive, permet également de moins se mettre la pression, de se décentrer de la pénétration ou de l'éjaculation. «Les partenaires peuvent prolonger les rapports, observer des pauses (pour d'autres types de jeux sexuels ou pour faire quelque chose de tout à fait différent) sans avoir besoin de retirer le préservatif.» Sans oublier que la lubrification conséquente du produit et l'anneau extérieur peuvent éviter les potentielles irritations provoquées par les poils et la sueur lors de la pénétration, et donc mieux protéger les organes génitaux externes.

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Le préservatif féminin, outil de plaisir sexuel bien méconnu

Articles en Relation

Parler des premières règles à sa fille en tenant compte de son (jeune) âge «Les jeunes personnes ont bien compris qu'il y avait quelque chose du ressort de la sexualité, mais elles ont très rarement de la maturité sur ce suje...
En Suède, parler d'argent est plus tabou que parler de sexe Eldorado fantasmé, modèle social envié et social-démocratie reconnue, la Suède fait partie de l'élite des pays où il fait bon vivre. À quoi bon si o...
Le confinement mondial libère nos libidos en ligne Le Covid-19 aura décidément eu son lot de conséquences insoupçonnées. | Julio Tirado via Unsplash Les réseaux sociaux sont devenus, plus que jamais, ...
Un Russe porte plainte contre Apple car son iPhone l'aurait rendu gay Le plaignant accuse le géant de la tech de l'avoir «enlisé dans des relations homosexuelles». Un homme russe nommé D. Razumilov demande plus de 13....
Comment parler de sexualité avec ses enfants? Ces conversations réduiraient les comportements sexuels à risque. | Sai De Silva via Unsplash.  Il est tout à fait naturel et ino...
Le téléphone rose à l'écoute des confinés «J'ai l'impression d'être le lien social qu'ils n'ont plus.» | Andrea Davis via Unsplash Les opératrices des lignes érotiques, qui recueillent fantas...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA