Le pire, ce n'est pas d'arrêter de boire, mais de l'annoncer à ses amis

Santé

Au risque de décevoir nos lecteurs préférés (ceux qui fantasment sur nous), il est l’heure de faire un aveu: il est loin le temps où les journées de travail à Stylist se terminaient invariablement dans le bruit des verres qui s’entrechoquent et la fumée de cigarette, où les apéros se transformaient en dîners liquides passés à refaire le monde en terrasses chauffées. Désormais, c’est même compliqué de trouver quelqu’un qui n’aille pas au sport entre midi et deux avant d’avaler une salade shiitake chia quinoa kale ou un couscous d’épeautre aux légumes préparés la veille à la maison.

C’est l’épidémie de la sobriété, chaque jour un nouveau converti. Et les cris indignés de ceux qui ont encore la voix cassée par leur cuite de la veille peinent à couvrir les conversations sur les masseurs chinois, profs de yoga et hypnotiseurs qui illuminent nos week-ends sobres et toniques. Ça vous énerve? Vous n’êtes pas les seuls. La vie saine n’est pas du goût des Français qui font partie des vilains petits canards de la défonce européenne. Alors que l’Européen moyen s’enfile en moyenne 10 litres d’alcool pur par an, les Français sont à 11,5 (et les Italiens à 7,6), selon les chiffres du dernier panorama de la santé, publiés par l’OCDE et la Commission européenne fin novembre. Idem pour la clope (22,4?% de fumeurs quotidiens contre 20?% dans l’ensemble de l’Union) et pour la pratique du sport (seulement 6?% de Françaises pratiquent une activité physique chaque jour, elles sont le double en Espagne).

Même les sober party, ces soirées sans alcool censées «faire fureur» en Suède ou aux États-Unis, n’ont pas pris chez nous, malgré d’innombrables articles annonçant «la nouvelle tendance». Pas étonnant, dans ce climat ultra sober-sceptique, que nous subissions les quolibets de nos amis qui voient d’un mauvais œil notre teint s’éclaircir sous l’effet d’une discipline de fer. Au cas où vous auriez envie de vous mettre vous aussi au vert (genre, pendant les fêtes), on vous prépare aux critiques de votre entourage, pour que ça ne perturbe pas trop votre karma.

1.T'es vieille

«Mais il n'est même pas 22 heures!» Voilà ce que se sont exclamés à la manière des Kids United –votre copine Anne-Laure ne peut pass’empêcher de gueuler à la tierce– vos amis qui n’en revenaient pas de vous voir quitter la table jonchée de bouteilles pas encore bues et de pop-corn pas encore tombés par terre. En désertant, vous avez basculé dans le camp que vous aviez juré depuis votre pacte de sang en seconde 6 de ne jamais rejoindre: celui des vieux. Ce vaste vivier de gens qui ont renoncé aux barricades, aux rencontres absurdes et à la liberté. Sauf qu’après vingt ans de beuveries intensives, vous ne voyez plus très bien la partie révolutionnaire de la gueule de bois permanente et des remontées acides (qui vous donnent surtout des envies de putsch contre vous-même).

Vous avez simplement accepté d’être adulte et donc de passer à une autre étape de votre vie. La preuve: à 2 ans, vous adoriez manger du sable et puis un jour, ça vous a passé. Est-ce qu’arrêter de suçoter des cailloux a été vu par votre famille comme une renonciation à la vie et à ses plaisirs? (Si vous répondez oui, on vous souhaite bien du courage.) Par ailleurs, vous avez eu des voisins à la campagne qui se sont soignés toute leur jeunesse à la gnôle et vers 30 ans, le résultat était plus proche de la progeria que de la fontaine de jouvence.

In vino veritas: si vous êtes partie à 22?heures, c’est surtout que vous ne supportez plus les autres et leurs avis qui diffèrent du vôtre, ce qui est un vrai signe que vous avez pris un coup de vieux. Ressaisissez-vous avant de devenir Finkielkraut....  

Lire la suite sur Slate.fr - Le pire, ce n'est pas d'arrêter de boire, mais de l'annoncer à ses amis

Articles en Relation

Peut-on continuer à boire du café quand on est enceinte? Pendant la grossesse, il faut adapter sa consommation de café. | Fallon Michael via Unsplash En matière de grossesse, les recommandations sont si nom...
Confinement et cannabis, cachez cette addiction que le gouvernement ne saurait v... «Une dépendance grave à une substance licite vaut toujours mieux qu'une dépendance de moindre gravité à une substance interdite», déplore le Dr Willia...
Citron, poire et eau de coco : voici le cocktail pour éliminer l'alcool Cela ressemble à un remède de grand-mère contre la gueule de bois. Ce cocktail a pourtant été scientifiquement sélectionné par des chercheurs qui ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA