Le nude est devenu un outil politique pour les travailleuses du sexe

Erotique

«L'image peut être un moyen de s'engager dans des causes, et elle frappe plus que les mots.» | Dainis Graveris via Unpslash

Se dénuder sur les réseaux pour défendre ses idéaux ou inciter le public à s'engager est une arme fatale pour les sex workers.

Un peu plus tôt dans l'année, les flammes consumaient l'Australie et faisaient naître une héroïne d'un nouveau genre, sans cape ni vêtements: Kaylen Ward. En échange de la preuve d'un don de dix dollars minimum à une collecte de fonds pour aider le pays à lutter contre les feux de brousse, la jeune femme se proposait d'offrir des nudes (photos dénudées).

Preuve (s'il en est besoin) que le sexe est vendeur: sa collecte aurait levé pas moins d'un million de dollars, lui valant de se faire surnommer «La Philanthrope nue» et de faire couler l'encre de médias du monde entier. Il n'en fallait pas plus pour inspirer d'autres travailleurs et travailleuses du sexe à travers le globe, qui en cette année 2020 catastrophique avaient le choix niveau causes à soutenir.

La tendance s'est confirmée sur Twitter avec la naissance du hashtag #NudesForCharity, transformant le selfie à poil en récompense pour inciter les gens à soutenir des œuvres caritatives. «Envoyez-moi un DM [message direct, ndlr] sur OnlyFans avec une preuve d'une donation de plus de 10$ à n'importe quel groupe de support au mouvement BLM [Black Lives Matter, ndlr] et je vous enverrai gratuitement des nudes, fraîchement sortie de la douche», postait sur Twitter Kayla Robinson, connue sous le pseudo Sage The Flame.

Capter l'attention par l'image

De l'autre côté de l'Atlantique, dans l'Hexagone, l'afro-féministe Bertoulle Beaurebec a également mis en lumière des associations qui luttent contre le racisme en montrant un peu de chair. «Ça a permis de sensibiliser des personnes qui me suivaient pour mon contenu porno, mais n'étaient pas nécessairement politisées. La majorité de mes fans sont des hommes et des femmes blanches cisgenres qui vivent loin des réalités des personnes queers et racisées», explique l'actrice, déjà habituée à se servir de ses réseaux pour militer en faveur d'un féminisme intersectionnel et pro-choix.

«L'image peut être un moyen de s'engager dans des causes, et elle frappe plus que les mots, car elle fait appel aux pulsions et aux passions», confirme Hélène Bourdeloie, sociologue du numérique et maîtresse de conférences à la Sorbonne Paris Nord. 

Sans compter que cette formule deux en un, qui rend sexy des luttes sociales en mêlant porno et politique, intervient dans un contexte complexe et traversé de remises en question du système établi.

«De nombreuses affaires sont survenues qui ont affecté les femmes, de nombreuses revendications en termes de maîtrise de son corps, des revendications s'inscrivant dans des rapports sociaux de genre et de race… retrace la sociologue. Ces mouvements se sont exprimés sur les outils numériques pour faire émerger des prises de conscience et donner la parole aux minorités, aux dominés et se soulever contre des pouvoirs dominants.»

OnlyFans et la révolution du porno

Parmi ces outils numériques, impossible de ne pas citer la plateforme OnlyFans qui a littéralement explosé avec le confinement. Le réseau social a déclaré avoir enregistré une hausse de 75% de ses inscriptions en mars et avril et bousculait dans le même temps la consommation d'images pornographiques et l'industrie du porno en général.

Car OnlyFans, qui favorise la proximité, met directement en relation les créateurs et créatrices de contenus –majoritairement des femmes– et leur public, qui paie pour avoir accès à leurs photos ou vidéos. «Le succès d'OnlyFans, pur produit des bouleversements du porno avec l'avènement d'internet dans les années 1990, est caractéristique d'une génération qui a grandi avec le smartphone, les nude pics et un rapport très décomplexé à la sexualité», écrit le journaliste Patrick Thévenin dans Les Inrockuptibles.

Le commerce de selfies dénudés s'est alors largement démocratisé, pendant une période où tournages, rencontres IRL et shows au strip-club étaient à l'arrêt complet. Jean-Baptiste Bourgeois, planeur stratégique chez l'agence créative We are Social, interrogé par l'ADN, parle même d'une «économie du nude» qui a pleinement pris son essor avec OnlyFans. Le nude s'échange, se vend… et prend une valeur politique...

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Le nude est devenu un outil politique pour les travailleuses du sexe

 

Articles en Relation

À quand un film ou une série sans scène de cul? Je baise, tu baises, nous baisons tous. | Jean Koulev via Flickr Quel besoin de nous montrer ces fausses étreintes où deux partenaires se chevauchent...
Pourquoi le porno japonais fascine-t-il? Une actrice de films X japonaise, à un gala de charité, le 30 août 2014 à Tokyo. | Toshifumi Kitamura / AFP Les bonnes feuilles du livre «Le marché d...
La mère d'Emilie se tape son futur gendre - Histoire Erotique Christine, la mère d'Emilie est allé réveiller son futur gendre mais quand elle le surprend endormi dans son lit, elle ne peut résister à l'appel de l...
15 films à voir si vous êtes en manque de sexe pendant le confinement otre lit restant tragiquement froid, notre liste vous aidera à faire passer le temps avant d'espérer reprendre une sexualité collaborative digne de ce...
La pornographie, un art omniprésent à Pompéi La pose du «cheval érotique», fresque du lupanar de Pompéi. | Wikimedia Commons À Pompéi, les tavernes, les bains publics et les bordels ét...
J’ai trompé mon mari pour la première fois de ma vie - Histoire Erotique Je m’appelle Julie. Je suis une femme de 32 ans, mariée avec Carl 33 ans et on a deux enfants. Je n’ai jamais été obsédée sexuellement ni eu envie d...

RENCONTRE COQUINE

RENCONTRE DISCRETE


LIVE CAM