Le notaire, la vieille dame, l’abus de faiblesse et la prescription

Economie

Ceux qui abusent de la faiblesse des personnes âgées ne sont pas toujours condamnés pénalement : la découverte tardive de leur infraction ou l’impossibilité pour les héritiers d’engager des poursuites les protègent.

En avril 2012, Dominique X apprend que sa tante Nelly, 85 ans, veuve et sans enfants, installée à l’autre bout de la France, a été placée en maison de retraite. Elle appelle la vieille dame, qui lui confie être là contre son gré, par le fait d’une « entourloupe de Jean-Luc ». Dominique alerte aussitôt le procureur de la République, mais Nelly décède le 2 mai 2012. Le jour même, le procureur ordonne une enquête, qui révèle que Jean-Luc Y, notaire de son état, a dilapidé le patrimoine de Nelly (quelque 365 000 euros), en profitant de l’état de faiblesse dans lequel elle se trouvait depuis la mort de son époux, en septembre 2005.

Mais, lorsque M. Y est traduit en justice, il fait valoir que les actes d’abus de faiblesse commis avant le 2 mai 2009 sont prescrits : le délai pour poursuivre ces délits n’était en effet que de trois ans à l’époque où ils ont été commis (il a été étendu à six par une loi du 27 février 2017) ; or la prescription n’a été interrompue que le 2 mai 2012, par la réquisition du procureur.

Mode opératoire unique

La cour d’appel de Douai, qui statue le 10 juillet 2018, observe cependant que « la prescription, en matière d’abus de faiblesse, ne commence à courir qu’à partir du dernier prélèvement effectué sur le patrimoine de la victime, lorsque l’abus frauduleux procède d’une opération délictueuse unique ». Cela résulte d’un arrêt de la chambre criminelle de la Cour de cassation, du 27 mai 2004 (N° 03-82738).

Les actes reprochés à Jean-Luc Y procèdent-ils d’une « opération unique » ? Le premier concerne la souscription d’un contrat d’assurance-vie, pour un montant de 75 000 euros : le 18 janvier 2006, Jean-Luc Y, accompagné d’un conseiller financier et d’un autre notaire, vient faire signer ce document à la vieille dame, alors qu’elle est hospitalisée et qu’elle doit être transférée en réanimation. Il stoppe le véhicule du SAMU, en dépit de l’intervention du médecin gériatre.


Lire la suite : Le notaire, la vieille dame, l’abus de faiblesse et la prescription


Articles en Relation

Faute de touristes étrangers, les vacanciers français sauvent la saison La baisse du nombre de touristes étrangers, notamment britanniques, a été compensée par les clients locaux, plus nombreux et dépensiers. Les pieds ...
Si les prix des fruits sont à la baisse en 2019, les légumes sont toujours plus ... A travers cette étude, Familles rurales souligne la difficulté de respecter « l’injonction de manger sain » pour les plus faibles revenus. En 2019,...
Malgré ses difficultés, Vivarte a versé plus de 700 000 euros de primes à ses ha... Les syndicats dénoncent des primes « écœurantes et aberrantes », alors que le groupe d’habillement connaît une telle crise qu’il est passé fin août ...
Etats, banques, ménages : les gagnants et les perdants des taux bas Alors que les banques centrales relancent leurs soutiens à l’activité, les économies industrialisées s’enfoncent dans l’ère des taux bas. Si les emp...
Le marché mondial de l’or noir au bord de la crise La guerre commerciale des Etats-Unis contre la Chine pousse les prix de l’or noir à la baisse, malgré les tensions avec l’Iran dans le détroit d’Orm...
Les entreprises ne se bousculent pas au portillon de la Bourse Echaudés par plusieurs retournements de marché, les Français restent circonspects vis-à-vis du placement en actions. C’est pour le moins un paradox...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA