Le monde poétique et spectaculaire des vrais défilés de mode

Actualités

Si les défilés Chanel sont toujours spectaculaires, Chanel Ground Control, en 2017, demeure l'un des plus grands. | Patrick Kovarik / AFP

Corollaire indiscutable de la mode (de la haute couture et des créateurs et créatrices), le défilé était, jusqu'à l'apparition du Covid-19, un rendez-vous incontournable. Vecteur d'images, il incarne avec sa part de rêve la vitrine idéale pour la commercialisation des modèles sans oublier les dérivés induits (accessoires, parfums...). Avec le temps, les défilés ont pris de l'ampleur, leur coût parfois astronomique (en millions d'euros) les transformant en spectacles avec décor, mise en lumière et musique. Ils jouent un rôle fondamental pour occuper le terrain des retombées médiatiques avec les photos du show et aussi désormais avec la présence très recherchée des personnalités dans la salle.

Les défilés de haute couture vont cette fois être des défilés fantômes, sous forme digitale à voir depuis son ordinateur à l'aide de liens, mais avec un calendrier classique et des horaires. Naomi Campbell a lancé l'événement arborant un tee-shirt «Phenomenally black», prônant la diversité et une «vision with action» pour changer le monde.

Avec la couture, le début des défilés

Nées au XIXe siècle avec Worth, les présentations de modèles sur des mannequins vivantes (alors nommées sosies car elles devaient ressembler aux clientes et à leur morphologie) ont progressivement pris de l'importance. Toutes les maisons de couture ont ainsi continué ce principe de quasi-défilé. Dans En habillant l'époque, Paul Poiret évoque une de ses mannequins: «Je me souviens de l'une d'elle... sotte comme un dindon mais belle comme un paon. Elle faisait la roue, elle apparaissait alors dans mes salons comme une Messaline, comme une reine de l'Inde, prétentieuse, majestueuse et hautaine, et son port de souveraine faisait réfléchir les princesses authentiques devant lesquelles elle se pavanait.» Paul Poiret, visionnaire, imagina des défilés pour la presse et même avec des photographes.

Les robes de Paul Poiret, dessinées par Paul Iribe. | Archives

Pour les maisons de couture, le défilé est devenu un rite, en petit comité et souvent dans leurs salons, avec des mannequins qui déambulaient, affichant un numéro et dont les modèles portaient des noms parfois hautement fantaisistes. Deux films donnent une idée très précise du côté assez intimiste que pouvaient avoir ces défilés, le magnifique Falbalas (1945) avec des costumes de Marcel Rochas et, en 1956, une comédie, Le couturier de ces dames, avec un défilé fantasque et des costumes de Pierre Cardin.

En 1945, le modèle du défilé se réinvente avec l'invention du Théâtre de la mode auquel participèrent les maisons de couture. Une formule originale pour continuer à montrer les créations mais en format réduit, sur des mannequins de fil de fer de 70 cm de haut environ. Une formule itinérante inédite qui traversa l'Europe et se termina aux États-Unis. Si l'après-guerre est encore une sorte d'âge d'or de la couture avec Dior, puis Yves Saint Laurent, les années 1960, avec Paco Rabanne, Pierre Cardin et André Courrèges, ouvrent un passage vers ce qui deviendra le prêt-à-porter. Courrèges sera le premier à faire un défilé mélangeant couture et prêt-à-porter et Yves Saint Laurent franchit le pas avec Rive Gauche...

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Le monde poétique et spectaculaire des vrais défilés de mode

Articles en Relation

La musique et le théâtre sont bons pour le cerveau, même quand on s'y met tardiv... Pas besoin de pratiquer ses gammes pendant quinze ans avant de voir son cerveau changer. | Oleg Ivanov via Unsplash Les personnes pratiquan...
Rihanna étend ses représentations inclusives aux hommes Rihanna souhaite inclure dans sa ligne de lingerie des mannequins aux profils divers. | celebrityabc via Flickr Elle a choisi un mannequin grande tai...
Le grand cru de la Romanée-Conti, le nectar des rois d'antan (et des fortunés d'... Le climat de la Romanée-Conti, son terroir spécifique, sculpte le vin au fil du temps. | Michel Joly  Quelques chanceux seulement peuvent goûter...
Coronavirus : Barbier, Praud, Pernaut… L’art de dire tout et n’importe quoi à la... Les éditorialistes et présentateurs ne cessent de donner leur opinion personnelle dans cette crise du coronavirus. Depuis le début de la crise du cor...
La Nasa diffuse une première vidéo de l’atterrissage spectaculaire de Perseveran... Inédit et impressionnant ! C'est en ces termes que l'on peut qualifier la vidéo de l'atterrissage de Perseverance que la Nasa a rendue publique&n...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA