Le Hamas accepte un État palestinien dans les frontières de 1967 - Le Figaro

Actualités

Le mouvement de résistance islamique (Hamas) palestinien a présenté lundi soir un «document politique» qui complète, sans pour autant la remplacer, sa charte publiée en 1988. Ce texte a été élaboré dans le plus grand secret avant d'être soumis à l'approbation des divers échelons du parti islamiste, qui l'a diffusé à la fois en Arabe et en Anglais lors d'une conférence de presse organisée à Doha (Qatar). Il réaffirme l'ambition de «libérer» la Palestine historique face à l'«occupation» israélienne mais reconnaît, pour la première fois noir sur blanc, que «l'établissement d'un État palestinien entièrement souverain et indépendant dans les frontières du 4 juin 1967, avec Jérusalem pour capitale (…), est une formule de consensus national».

Cet aggiornamento, esquissé du bout des lèvres, vise manifestement à atténuer l'isolement du Hamas sur la scène internationale. Le mouvement islamiste a pris le contrôle de la bande de Gaza par la force, en 2007, à l'issue d'une guerre fratricide avec le Fatah du président Mahmoud Abbas. Son implication dans des dizaines d'attentats suicides durant la seconde intifada ont conduit l'Europe et les États-Unis à l'inscrire sur leur liste des organisations terroristes. Ses liens avec les Frères musulmans égyptiens lui ont attiré les foudres du président Abdel Fattah al-Sissi, qui a ordonné peu après le coût d'État de l'été 2013 la destruction des tunnels de contrebande reliant la bande de Gaza au Sinaï égyptien.

Plus aucune référence aux Frères musulmans

Le document publié lundi soir présente le Hamas comme «un mouvement de résistance nationale», dont le but revendiqué est «de libérer la Palestine et d'affronter le projet sioniste». Il omet délibérément toute référence aux Frères musulmans, dont le parti est pourtant issu. Cette mise à distance était réclamée par les autorités égyptiennes, qui mènent depuis bientôt quatre ans un combat sans merci contre la confrérie. «Le Hamas s'oppose à toute intervention dans les affaires internes d'un autre pays», souligne prudemment le texte.

Dans l'espoir d'en finir avec les accusations d'antisémitisme qui lui collent à la peau depuis qu'il s'est juré de détruire l'État d'Israël, le mouvement affirme qu'il s'oppose «au projet sioniste et non pas aux Juifs à cause de leur religion». «Le Hamas ne mène pas une guerre contre les Juifs mais contre les Sionistes qui occupent la Palestine, martèle le document. En réalité, ce sont les sionistes qui identifient constamment le Judaïsme et les Juifs à leur projet colonial et à leur entité illégale.»


Lire la suite : Le Hamas accepte un État palestinien dans les frontières de 1967 - Le Figaro


Articles en Relation

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrop... Le président américain Donald Trump lors de sa réunion d'information quotidienne sur le nouveau coronavirus, Covid-19 à la Maison-Blanche  (Washi...
Les Mémoires d'Obama, pour comprendre les États-Unis d'hier et d'aujourd'hui L'autobiographie de Barack Obama, Une terre promise (Fayard), publiée en novembre 2020. | Nicholas Kamm / AFP Dans son livre, l'ancien président...
L'ambassadeur des États-Unis au Mexique est devenue une star de Twitter Il a ceci d'une personne joviale qui l'éloigne des discours et politiques américaines souvent désagréables à l'égard du Mexique. | @USAmbMex via ...
Aux États-Unis, les anti-avortement prennent les jeunes d'assaut sur les réseaux... Tous les ans, les anti-avortement défilent le temps d'une Marche pour le vie. | Caroline Ernesty  De TikTok à Instragram, tous les moyens s...
Le racisme étouffe l'Amérique La mort de George Floyd marquera-t-elle une rupture historique dans un pays gangrené par le racisme depuis qu'il est né? | Julien Suaudeau  Depu...
Claudia Conway, la star de TikTok qui ébranle la Maison-Blanche 'est sur TikTok que Claudia Conway a révélé que sa mère, ex-conseillière de Donald Trump, avait été testée positive au Covid-19.  Connue pour se...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA