Le désir de choper plus haut et plus beau nous a-t-il rendus malades?

Sociétés

Derrière l'objet de notre amour se cache l'idée que l'autre viendra combler nos failles narcissiques. | Anastasia Sklyar via Unsplash

Nous publions les bonnes feuilles de «Nos Cœurs sauvages» de France Ortelli, qui s'intéresse à la notion de couple et à la recherche de l'amour parfait, ce phénomène de narcissisme pur qui explique une partie du célibat actuel.

Le désir de perfection nous entraîne dans une quête du meilleur partenaire possible: le plus beau, le plus intelligent, le plus drôle. La recherche de la personne idéale, encouragée par une pression permanente, celle de la «réussite», passe aussi par la valorisation de soi-même.

Mais pourquoi? Pour qui? Le désir de choper plus haut et plus gros nous a-t-il rendus malades?

Le coup de foudre est-il un leurre?

[…]

Avant, on se mariait. Ensuite, éventuellement, on tombait amoureux. Dans la quête de l'amour absolu, magnifié par la société occidentale actuelle, les couples commencent par tomber amoureux et, si tout se passe bien, se marient. Le coup de foudre est placé au cœur du processus amoureux. Par sa facilité d'exécution, il nous affranchit des conventions sociales, il s'oppose aux manœuvres en coulisses des parents ou des amis. Il réaffirme notre liberté individuelle, notre autonomie, qui n'a cessé de croître durant la seconde moitié du XXe siècle.

Il a aussi l'immense avantage d'apporter une solution toute prête au casse-tête infernal de la multiplication des choix. Il est pourtant réciproque pour très peu d'élus. Si plus de la moitié d'entre nous déclare avoir déjà ressenti un coup de foudre, seuls 10% des couples se sont construits à la suite de cet étrange choc sismique.

En parallèle des nombreux travaux de biologistes qui définissent le coup de foudre comme une réaction chimique provoquée par plusieurs substances telles que la dopamine, l'ocytocine ou l'adrénaline, d'autres recherches prouvent que nous serions pourtant attirés majoritairement par ceux qui nous ressemblent.

Lorsque l'on retrouve dans le visage de l'autre certains éléments de son propre visage, celui-ci nous paraît plus attirant. Au-delà du physique, on trouverait aussi une attraction corrélée à la similarité des personnalités. Des individus ayant des opinions, des valeurs et des croyances analogues seraient plus fréquemment attirés les uns par les autres. Le coup de foudre, c'est probablement se reconnaître dans l'autre. Rien à voir avec les âmes sœurs, le destin ou la magie amoureuse.

De nombreux auteurs contestent d'ailleurs l'authenticité du coup de foudre. On pense au philosophe et sémiologue français Roland Barthes qui, dans ses Fragments du discours amoureux, le compare à une hypnose, un «ravissement», un «rapt» qui nous surprend, nous capture, fascinés que nous sommes par l'image de l'autre. L'abîme de déception n'en sera que plus grand. Pour Nicolas Duruz, docteur en psychologie et psychanalyste, le coup de foudre est même une façon de combler ses blessures, l'autre devenant alors une sorte de thérapeute qui vient pointer du doigt nos propres névroses:

«Dans le coup de foudre, le partenaire revêt toujours une valeur rédemptrice. Il intervient un peu comme le guérisseur d'une blessure vivante dont nous ne parvenons pas à prendre soin nous-mêmes. Nous nous en remettons à lui comme à un sauveur, même si ses marges de manœuvre sont bien restreintes. En effet, gare à lui s'il réveille en nous ce que nous voulons méconnaître de nous-mêmes. Il lui sera tôt ou tard reproché de ne pas être le bon médecin, n'ayant pas réussi, à lui seul, à nous guérir.»

L'astuce consisterait donc à utiliser nos coups de foudre pour déchiffrer ce qu'il y a chez l'autre dont nous avons tant besoin? Exemple: vous flashez sur une femme qui a une grande aisance à l'oral alors que vous êtes un timide. Stratagème: ne pensez pas qu'elle est faite pour vous car elle comblera votre épouvante des échanges verbaux, inscrivez-vous plutôt dans un cours de théâtre.

Dans tous les cas, le coup de foudre ne frappe pas au hasard: une personne plutôt à notre image, ou bien qui vient combler nos manques. On pensait que ce type de rencontre relevait d'une alchimie surnaturelle entre deux êtres, or voilà que nous serions face à un phénomène de narcissisme pur.

Princes et princesses

Penchons-nous sur cet autre mythe qui va de pair avec le coup de foudre: le Prince ou la Princesse Charmante. Si l'on consulte la section «Je ne rencontre personne» de Psychologies Magazine, la plupart des témoignages font référence à cette chimère....

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Le désir de choper plus haut et plus beau nous a-t-il rendus malades?

Articles en Relation

«Un an de relation, trois confinements avec mon mec. Comment est-ce qu'on existe... Le confinement a permis de remettre au goût du jour le fait de rester tranquille chez soi. | Jimmy Dean via Unsplash   En mars 2020, nous a...
Les Canadiens peuvent bien brûler des livres, la réalité du passé ne sera pas mo... «Pocahontas, elle est tellement sexuelle et sensuelle, pour nous, les femmes autochtones, c'est dangereux», a déclaré Suzy Kies, du Parti libéral...
La «fête des célibataires», le plus gros jour de shopping qui épargne (encore) l... Le célibataire, targetté comme un pantouflard obsédé, est devenu un cœur de cible privilégié. | Thomas Lefebvre via Unsplash Tous les ...
Pourquoi les jeunes galèrent sur le marché du travail Précarisation, désenchantement, système peu adapté: la jeunesse connaît des difficultés sur le marché du travail. | Perzon Seo via Flickr En dia...
À 50 ans et plus, on divorce davantage et de nouveaux couples se forment Les personnes de 50 ans qui ne se sont jamais mariées sont plus nombreuses qu'il y a vingt ans. | Freestocks via Unsplash Coup d'œil sur la...
Comment les familles interviennent dans le choix amoureux, hier et aujourd'hui Deux mariés français posent en studio avec leurs familles, autour de 1925. | Gilles Péris y Saborit via Flickr La famille nous influence toujour...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA