La vie des parents n'est toujours pas revenue à la normale depuis le confinement

Sociétés

Je m'énerve beaucoup plus facilement qu'avant le confinement, comme si ma patience était une corde qu'on avait frottée et qui ne tient plus qu'à quelques filaments. | engin akyurt via Unsplash

Le 5 septembre, on a recommencé à hurler sur les enfants. On n'en peut plus, on va craquer, est-ce que quelqu'un comprend ça?

Je suis fatiguée. Vous me direz, c'est normal. On sait qu'on vit dans un monde fatigant. On sait aussi, parce qu'on a déjà écrit sur le sujet, que toutes les rentrées sont épuisantes quand on a des enfants. Nadia Daam le racontait déjà sur Slate il y a quelques années. Et puis, il y avait eu ce formidable article de Louise Tourret qui analysait comment les techniques managériales avaient infiltré nos maisons et nos rapports avec nos enfants, nous menant tout droit vers le burn out (avec dedans une interview de Sarah Chiche).

Comme tous les ans, il faut s'occuper des fournitures scolaires, passer une soirée entière à mettre le nom de l'enfant sur chacun de ses crayons de couleur et de ses vingt tubes de colle, faire le tri des vêtements trop petits, en racheter, effectuer les inscriptions aux activités/centre de loisirs (aller au pôle familles de la mairie = mourir un peu), essayer de faire un planning familial pas trop pourri, trouver des baby-sitters/modes de garde, passer des soirées à remplir des fiches de renseignements, à chercher une photo d'identité pas trop vieille, à gérer le stress des enfants, en consoler un parce qu'il est tombé sur la méchante maîtresse, l'autre parce que la meilleure amie n'est pas dans sa classe, ne pas tomber en dépression en découvrant que l'enfant a recommencé à confondre le pluriel des mots en S et la conjugaison des verbes en ENT (le fameux «ils manges», voire l'acrobatique «il manges des pommes»), enchaîner les réunions à l'école, et puis, au milieu de tout ça, bien travailler aussi. Tenter de trouver le temps de prendre des nouvelles des ami·es après les vacances. Et peut-être, un jour, d'ici à la fin de l'année, passer chez le coiffeur.

Ok, ça, c'est le tableau normal.

Mais cette année, c'est différent.

Cette année, c'est encore pire.

Peut-être que c'est seulement moi et les parents qui m'entourent, mais on est déjà au bout du rouleau. Le 5 septembre, on a recommencé à hurler sur les enfants en pensant bien fort que Maria Montessori n'avait qu'à bien aller se faire foutre parce que là, on n'en peut plus, on va craquer, est-ce que quelqu'un comprend ça?

Mais pourquoi? Un indice peut-être dans ce titre du New York Times:

«La pandémie est une crise de santé mentale pour les parents» | Capture d'écran via The New York Times

Je pense que oui, le confinement a eu un coût psychique lourd pour les parents, surtout pour les mères. Et qu'il n'a pas suffi de déconfiner pour que ce coût s'annule. D'abord, il nous a épuisées nerveusement et psychologiquement et, à titre personnel, je ne suis pas certaine d'avoir récupéré mon état mental d'avant. Je ne suis pas déprimée mais stressée, tendue, sur le fil. Je m'énerve beaucoup plus facilement, comme si ma patience était une corde qu'on avait frottée et qui ne tient plus qu'à quelques filaments.

Comme l'écrit Jessica Grose, la journaliste du NYT, «alors que nous entrons dans le septième mois de la pandémie, l'impact sur la santé mentale des parents reste important et ne montre aucun signe de diminution. Bien que la pandémie ait certainement affecté la santé mentale de tous les groupes démographiques, les recherches de l'American Psychological Association ont montré qu'en avril et en mai, les parents ayant des enfants à la maison de moins de 18 ans étaient nettement plus stressés que les non-parents.»

On fait des blagues mais tout le monde s'inquiète

En France, on a beaucoup parlé des parents au moment du confinement, puis on a eu tendance à faire comme si le sujet était clos. Tout cela n'avait été qu'une parenthèse de quelques semaines, la vie normale reprenait son cours avec, certes, quelques aménagements, mais il n'y avait plus de sujet. Mais en vérité, la vie n'est pas du tout revenue à la normale. Le NYT a raison de compter en mois de pandémie. Interrogé dans le même article, un professeur de psychiatrie explique que «nous devons traiter cela comme une crise de santé mentale qui n'a pour l'instant pas de fin en vue». Deux sous-groupes de parents semblent encore plus touchés par ce niveau extrême de stress: les femmes enceintes ou qui viennent d'accoucher et les parents qui ne s'en sortent pas financièrement.

Il n'y a pas que le confinement en soi qui nous a épuisées, cette crise de santé mentale est liée à l'accumulation de tout le reste, dans un contexte où chaque sujet d'angoisse est démultiplié. D'abord, les angoisses pour le travail. Pendant combien de temps en aura-t-on encore? Dans certains cas, on a soit un retard à rattraper, soit une pression pour en faire plus que d'habitude à cause des incertitudes économiques. Le résultat est le même: on est déjà bien plus submergé·e qu'un mois de septembre habituel. Et puis, le soir, au dîner, on évoque nos inquiétudes quant à la situation économique. C'est devenu la question rituelle aux ami·es non-fonctionnaires: et toi? Ça va au boulot? Vous tenez le coup? On fait des blagues mais tout le monde s'inquiète. On consulte plus souvent nos comptes en banque, on regarde combien on a sur le livret d'épargne, on essaie de se projeter dans les prochains mois mais on n'y parvient pas vraiment....

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - La vie des parents n'est toujours pas revenue à la normale depuis le confinement

Articles en Relation

Le port du masque aura-t-il raison du maquillage? C'est surtout le rouge à lèvres qui fait grise mine, depuis qu'il n'a plus l'occasion de remplir sa fonction. | Ani Kolleshi via Unsplash L'obli...
Face au Covid-19, le nouvel essor de la fête à la maison «Les Français font la fête dans les campagnes, dans les appartements, tout se réinvente.» | Droits réservés pour Slate.fr  Malgré les risqu...
Le masque est-il un frein à la séduction? Forcément, on misera davantage sur le regard. | Vera Davidova via Unsplash À l'époque du Covid-19, nous devons nous défaire d'un élément majeur de la...
À l'heure du Covid-19, le manque de contacts physiques affecte nos vies «L'élan de socialité est un élan vital, c'est comme manger et boire», selon Fabienne Martin-Juchat, professeure en sciences de la communication.&...
Le Covid-19 pourrait bien mettre un terme aux grosses fêtes de mariage Mettre l'organisation des réjouissances sur pause permet de prendre conscience de la contrainte qu'elles représentent. | Foto Pettine via Un...
La semaine imaginaire de Guy Bedos Guy Bedos à l'Olympia, le 23 décembre 2013. | François Guillot / AFP  Chaque samedi, Louison se met dans la peau d'une personnalité qui a f...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA