La Provence, reine des vacances en France

Vie Pratique

À l'Oustau de Baumanière, entre la pizza et la pissaladière. | Virginie Ovessian Photographe 

L'Oustau de Baumanière, La Cabro d'Or et Le Prieuré, trois restaurants de la famille Charial et un même art de vivre.

Jamais les hôtels, restaurants, Relais & Châteaux de la Provence de Jean Giono, d'Alphonse Daudet et de Marcel Pagnol n'ont connu un tel engouement. Au mois d'août et au déjeuner par 30 degrés et plus, nombre de bonnes tables étoilées ou non refusaient du monde.

Aux Baux-de-Provence et alentours, les Maisons de Baumanière ont été envahies même à midi et les chambres et suites (cinquante-quatre) très demandées à tous les prix.

Coup de projecteur sur les lieux de vie et de civilisation fondés par le grand seigneur des Baux Raymond Thuilier (1897-1993) et développés par son petit-fils Jean-André Charial et son épouse Geneviève, l'artiste de la décoration des hôtels et restaurants de la famille.

L'Oustau de Baumanière. | Maeva Destombes

L'Oustau de Baumanière aux Baux-de-Provence

La troisième étoile obtenue en janvier 2020 par Jean-André Charial, le petit-fils et successeur de Raymond Thuilier, a beaucoup œuvré pour la formidable attractivité de l'ancienne bergerie du Val d'Enfer transformée en restaurant provençal dans les années 1950 par l'ex-assureur cordon-bleu, élève de Fernand Point et admirable cuisinier.

Le prince des gastronomes Curnonsky vantait dès les débuts du restaurant proche d'Avignon le caneton à l'orange, le gratin de langouste, la poularde aux morilles, le gigot des Alpilles en croûte: ses grands plats étaient des «mets» selon le vocable d'Escoffier.

En quatre ans Raymond Thuilier a eu sa première étoile, c'était en 1949. Il arrivait aux Baux en vélo et Yves Brayer, Marc Chagall, Picasso venaient goûter ses spécialités: les rougets en papillotes, l'agneau de lait en croûte, le fromage de chèvre au thym et plus tard le succulent millefeuille, le premier de la grande restauration française.

En 1953, c'est la troisième étoile. Il va rejoindre au firmament du guide Fernand Point, Jacques Pic et Alexandre Dumaine, les trois chefs stars de l'après-guerre.

En 1954, Raymond Thuilier crée la chaîne des châteaux-hôtels qui donnera naissance aux Relais & Châteaux en 1962. En cela, le créateur avant-gardiste de Baumanière a été un pionnier du tourisme culturel et gastronomique.

Il a inventé la profession de «chef patron», saisi par la passion de la bonne chère et de l'hospitalité. Raymond Thuilier, gentleman du monde hôtelier, a été l'un des premiers restaurateurs à saluer ses client·es, à les conseiller pour le menu, à recevoir en personne Georges Pompidou, secrétaire d'État au Tourisme, Jean Cocteau dont Baumanière a été le décor de son film Le Testament d'Orphée.

Pour Frédéric Dard, «Baumanière n'est pas une hostellerie, c'est une récompense qu'il faut mériter», mais surtout l'amphitryon Thuilier a su transmettre sa créativité culinaire à son petit-fils Jean-André Charial, diplômé d'HEC et pas du tout formé à l'artisanat des casseroles provençales.

Et pourtant c'est lui, ce grand gaillard humaniste, curieux des autres, passé par des brigades de rêve (Troisgros, Taillevent), qui a repris le flambeau en 1993 et retrouvé en 2020 la suprême récompense du guide: un exploit rarissime car nombre de tables à deux étoiles ne parviennent jamais au sommet...

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - La Provence, reine des vacances en France

Articles en Relation

Rendez-nous nos restaurants, nos bistrots et nos brasseries! Au Dôme Montparnasse, la sole meunière. | Gourmets & Co  Le bistrot français n'est pas la panacée, mais la privation de sorties gourmandes à...
Deux adresses haut de gamme à ne pas rater dans les Bouches-du-Rhône Entre ciel et mer, Le Petit Nice propose des plats de poissons issus d'une pêche durable. | Gérald Passédat  Direction les hôtels-restaurants Le...
La seconde vie de l'auberge étoilée de Paul Bocuse Paul Bocuse. | Stéphane de Bourgies  Dépoussiérer, repenser la carte, imposer des plats nouveaux, c'est ainsi que le restaurant mondialement cél...
Itinéraire gourmand de Paris à Marseille Chez Bernard Loiseau à Saulieu, en Côte-d'Or. | B. Preschesmisky  Une quinzaine de bonnes étapes hôtelières et culinaires, majoritairement ...
Vive effervescence dans la bonne restauration parisienne À La Fontaine Gaillon, le foie gras poêlé parfumé à la myrrhe | © Maxime Ledieu  De chouettes adresses à garder sous le coude. Marc Veyrat, pro...
Les caviars d'élevage ont supplanté les caviars sauvages interdits, la qualité s... Chez Petrossian, le service du caviar | © Anne-Claire Héraud  Le caviar reste un sublime aliment, le plus mythique de tous. C'est une réalité h...

VIATOR ACTIVITES

BONNES AFFAIRES