La première série Netflix sur la pandémie est là (et, franchement, c'est pas mal)

Vidéo

La série fait notamment écho, avec beaucoup de cœur, aux appréhensions du moment. | Capture d'écran YouTube via Netflix  

«Social Distance», écrite et tournée pendant le confinement, est une des premières productions à refléter notre nouvelle réalité.

Décidément, 2020 n'en finit pas de nous surprendre. Si on m'avait demandé, il y a quelques jours, de choisir entre regarder une série Netflix sur des gens confinés pendant la pandémie de Covid-19, ou sniffer du verre pilé au wasabi, j'aurais probablement choisi la deuxième option.

Cela fait maintenant presque huit mois que notre monde a basculé dans une réalité quasi-dystopique. Depuis le début, mon refuge, et celui de milliers d'autres personnes, a le plus souvent été l'évasion offerte par la fiction: j'ai eu ma phase séries pour ados, ma phase comédies romantiques, ma phase récits post-apocalyptiques, ou encore ma phase films des années 1950 parce que le monde, c'était mieux avant. J'ai même lu Dune. Mais il semblerait que l'heure du déni soit terminée. Après tous ces détours, il s'est avéré que Social Distance, nouvelle série de fiction sur la pandémie, était exactement ce dont j'avais besoin.

Chaque épisode d'une vingtaine de minutes suit de nouveaux personnages américains pendant leur confinement, chacun faisant face à son lot de difficultés, d'angoisses et d'absurdité. Dans le troisième volet, une aide-soignante dans un Ehpad, incarnée par Danielle Brooks (Taystee dans Orange is the new black), doit s'occuper d'une patiente récalcitrante, tout en surveillant sa fille, restée seule à la maison sans nounou, depuis son téléphone. Dans le cinquième épisode, un des plus émouvants, un père tente de ne pas craquer face à son fils alors que sa femme, atteinte du Covid, reste confinée dans une chambre de la maison.

Parmi les autres protagonistes, on trouve une infirmière retraitée qui prête main forte à l'hôpital malgré le désaccord de son mari, un alcoolique anonyme qui a du mal à gérer la solitude du confinement, une famille qui se retrouve sur Zoom pour l'enterrement du patriarche, ou encore deux hommes en couple qui ne se supportent plus à cause de la promiscuité du confinement. Si les deux premiers volets sont un peu bancals, le reste de la série est étonnamment réussi. Au lieu de se limiter à des blagues un peu nazes sur l'utilisation de Zoom («non Jean-Mi, tu es sur silencieux, il faut te unmuter»), la série offre un reflet sincère et curieusement touchant de la période hors-norme que nous sommes en train de vivre.

Une série tournée à distance

Créée par Hilary Weisman Graham et produite, entre autres, par Jenji Kohan, Social Distance rassemble, du côté de l'écriture comme de la réalisation, de nombreux ancien·nes d'Orange is the new black. La série a été conçue et tournée entre avril et juin 2020, et chaque épisode était dirigé à distance par un réalisateur ou une réalisatrice différente.

Comme les actrices et acteurs étaient bloqués chez eux, ils ont dû se filmer eux-mêmes, le plus souvent avec un iPhone envoyé par la production, faisant parfois intervenir certains proches avec qui ils étaient confinés: au casting, on retrouve ainsi la mère de Danielle Brooks, le père d'Asante Blackk (Dans leur regard), ou encore Becky Ann Baker et Dylan Baker, qui incarnent un couple de retraités.

Danielle Brooks et Oscar Nuñez, connu pour son rôle d'Oscar Martinez dans la série The Office. | Capture d'écran YouTube via Netflix

Pour raconter ces multiples histoires et compenser l'absence de caméras traditionnelles, la réalisation s'appuie sur les outils technologiques utilisés au quotidien par les personnages: leurs appels vidéo, leurs réunions Zoom, mais aussi leurs feeds Instagram, leurs recherches Google ou encore leurs caméras de surveillance. Bien sûr, le procédé n'est pas nouveau. Depuis le début de la crise, Zoom a déjà été utilisé par Hollywood, notamment pour des réunions d'acteurs et actrices de programmes cultes comme Parks and Recreation ou Une nounou d'enfer.

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - La première série Netflix sur la pandémie est là (et, franchement, c'est pas mal)

Articles en Relation

12 séries flippantes pour se mettre dans l'ambiance d'Halloween L'effrayant Bob dans Twin Peaks. | Capture d'écran via YouTube Et comme on est sympas, on les a même classées de la moins à la plus effraya...
Ce qu'il restera de «Dix pour cent», ce sont ses personnages féminins À travers ses personnages principaux et ses guest-stars, la série a pointé en filigrane le système sexiste du cinéma. | Capture d'écran Youtube v...
Les films à voir sur Netflix pendant votre confinement Pour faire passer les longues journées de mars, les plateformes de VOD et SVOD risquent d'être vos meilleures amies. Côté cinéma, on vous résume ce qu...
Pendant le confinement, regardez des DVD! De beaux fantômes vous y attendent Willem Dafoe dans «Tommaso» d'Abel Ferrara. | Capture d'écran via YouTube Choix d'objets singuliers plutôt que logique de flux, les DVD sont une...
Confinement : Comment se couper les cheveux tout seul ? En cette période de confinement beaucoup de personnes se pose la question : Comment se couper les cheveux tout seul ? Voici un petit Tuto vidéo qui po...
Rashida Jones est bien plus qu'une actrice cool Rashida Jones à la soirée organisée par Vanity Fair en l'honneur des Oscars, le 9 février 2020 en Californie. | Frazer Harrison / Getty Images / AFP&n...

TOP VIDEO EN LIGNE

BONNES AFFAIRES LOISIRS