La peur du coronavirus peut influer sur le taux de participation aux municipales

Politique

Bureau de vote au Puy-en-Velay (Haute-Loire) lors des élections européennes, le 26 mai 2019. | Jeff Pachoud / AFP 

Il n'est «aucunement envisagé» de reporter les élections en raison des risques d'épidémie... Pour le moment. La crise sanitaire pourrait perturber le scrutin.

Et si le coronavirus mettait son grain de sel dans les élections municipales des 15 et 22 mars? Personne n'a encore parlé sérieusement de leur report. «Dans aucune des réunions ministérielles qui concernent le coronavirus, la question ne s'est posée d'annuler les élections municipales», précisait même la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, le 27 février sur Europe 1. Elle ajoutait que le ministre de la Santé, Olivier Véran, indique, en introduction de chacune de ses interventions, que «la situation est très évolutive», ce qui laisse la porte ouverte à toutes les hypothèses.

De fait, quand la porte-parole s'exprimait, il y avait moins d'une vingtaine de personnes infectées par le coronavirus en France, selon un décompte officiel. Quelques jours après, le 1er mars, on en recensait officiellement 130. Et il est envisageable que la courbe de progression des cas dans ce qui prend la forme d'une épidémie explose brutalement après avoir fait apparaître une ascension modérée dans les premiers jours, voire les premières semaines. C'est à peu près toujours comme cela que ça se passe.

Conseillés par les professionnel·les de santé et les organismes de surveillance sanitaire, les pouvoirs publics sont censés prendre les mesures préventives adéquates pour enrayer, ou même stopper, la progression de la pandémie. Ainsi, plusieurs événements ou manifestations d'importance ont été effacés des tablettes: le semi-marathon de Paris a été annulé (44.000 participant·es étaient en lice), le Salon de l'agriculture a été clos un jour plus tôt, des musées sont restés portes closes (le Louvre était fermé le 1er mars), des écoles sont sans élèves et les voyages scolaires supprimés, etc.

Les urnes confrontées à la précaution et à la crainte

Alors que dire des municipales? Le report n'est «aucunement envisagé», confiait un conseiller ministériel début mars. Les bureaux de vote sont, cependant, un lieu privilégié pour se serrer la main, geste qu'il est conseillé d'abolir par les temps d'épidémie. Même si elles ne sont pas reportées à une date ultérieure car le gouvernement considérerait que les risques sont minimes ou même inexistants, ces élections vont peut-être pâtir de cette crise sanitaire mondiale. La peur –consciente ou inconsciente, rationnelle ou irrationnelle– qu'elle suscite dans certains secteurs de la population pourrait avoir une influence négative sur le taux de participation.

Par précaution ou par crainte, des électeurs et des électrices risquent de ne pas se rendre aux urnes. Ces personnes accentueraient ainsi un mouvement de décroissance de la participation aux municipales perceptible depuis plus de trente-cinq ans. À chaque scrutin depuis 1983, le taux de participation à cette consultation qui place pourtant les citoyen·nes au plus près de leurs élu·es est systématiquement en recul.

Alors que de 1959 à 1983 (les municipales ont lieu tous les six ans), le taux de participation a toujours été supérieur à 74%, dépassant même 78% à trois reprises (78,2% en 1965, 78,9% en 1977 et 78,4% en 1983), le premier reflux notable s'est produit en 1989 (-5,5 points par rapport à 1983) avec un pourcentage de participation de 72,9%. Le mouvement de retrait s'est poursuivi en 1995 avec un taux de 69,4%, soit un recul de 3,5 points. En l'espace de douze ans, la perte en ligne a été de neuf points.

La participation s'était relevée aux européennes de 2019

Les consultations suivantes n'ont pas stoppé cette décrue. Le taux est tombé à 67,4% en 2001, soit un nouveau recul de 2 points par rapport à 1995, puis à 66,5% en 2008 (-0,9 point) et, enfin, à 63,6% en 2014 (-2,9 points). Tous ces chiffres concernent le premier tour des municipales mais, à une exception près (1965), le second tour de chacun de ces scrutins a vu un taux de participation sensiblement équivalent à celui du premier round.

Du reste, cette décroissance quasi constante a également été observée aux élections européennes dont la première édition s'est tenue en 1979. Le taux de participation était alors de 60,7%. Il a systématiquement reculé jusqu'en 2009 avec 40,6%, sauf en 1994 où il s'est relevé par rapport à l'édition précédente de 1989 (48,8%) avec un pourcentage de 52,7%. Le point le plus bas de 2009 en trente années d'élections européennes a été suivi de deux rebonds successifs. En 2014, le taux est remonté à 42,4% et, surtout, en 2019, il a atteint 50,1%.

On peut avancer l'hypothèse que l'exacerbation de la bataille entre les anti-européens affirmés d'extrême droite du Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen et les pro-européens non moins affirmés de la République en marche (LREM), le parti fondé par Emmanuel Macron avant qu'il ne devienne chef de l'État, a pu susciter une mobilisation accrue des deux électorats antagonistes. De fait, le RN et LREM sont arrivés en tête, dans cet ordre et dans un mouchoir de poche (23,34% et 22,42%), lors du scrutin de mai 2019....

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - La peur du coronavirus peut influer sur le taux de participation aux municipales

Articles en Relation

Covid-19: le gouvernement a négligé notre manière d'agir (et de penser) Le Premier ministre français Édouard Philippe et le ministre français des Solidarités et de la Santé Olivier Véran lors d'une conférence de presse à P...
Le Covid-19, un stress-test démocratique Le président Emmanuel Macron au cours de la conférence à distance visant à instaurer le comité d'analyse, recherche et expertise sur le Covid-19 à l'É...
Macron a tout à gagner à dévoiler ses sources scientifiques sur le coronavirus Une famille rennaise devant la deuxième allocution d'Emmanuel Macron sur l'épidémie de Covid-19, le 16 mars 2020. | Damien Meyer / AFP  Afi...
Municipales à Marseille : la sénatrice Samia Ghali se déclare candidate A la tête du mouvement Marseille avant tout, la maire honoraire des 15e et 16e arrondissements dans les quartiers Nord revendique être « une femme d...
Les municipales 2020 ou la fin du régime qu'Emmanuel Macron devait sauver Emmanuel Macron à la Convention citoyenne pour le climat, le 10 janvier 2020 au Conseil économique, social et environnemental (Paris). | Yoan Val...
Elections municipales : à Paris, Anne Hidalgo promet des transports gratuits pou... La mesure répond à une demande répétée des alliés communistes de la maire socialiste. Le métro, le RER, le bus et le tramway vont-ils devenir gratu...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA