La nostalgie amnésique de «la France d'avant» est un séparatisme de la majorité

Sociétés

Un journal d'époque annonce la Caravelle, voiture mythique de Renault des années 1960. | Pixel2013 via Pixabay

C'était mieux avant, vraiment? Mieux pour qui? Et avant quoi?

Le réflexe médiatique avait été le même en 2017 avec Johnny Hallyday et en 2019 avec Jacques Chirac. Depuis la mort de Valéry Giscard d'Estaing, le rouleau compresseur nécrologique s'est effacé derrière des vapeurs nostalgiques et l'évocation d'une France vintage, celle des Trente Glorieuses, qui aurait été à la fois plus heureuse, plus simple et plus unie.

&

Cette vision, réactionnaire d'un point de vue politique, est aussi paradoxale d'un point de vue psychologique (il s'agit d'un passéisme amnésique) et souffre de plusieurs biais d'un point de vue historique. Sous sa désuétude sympathique, elle repose en réalité sur des mécanismes d'exclusion et des impensés similaires au «Make America Great Again» de Donald Trump.

Une version présentable de l'histoire de France

C'est en 1979 que l'expression «Trente Glorieuses» apparaît sous la plume de Jean Fourastié. Pour l'économiste, cette «révolution invisible», de 1946 à 1975, est caractérisée par une forte croissance et par l'augmentation du niveau de vie dans la majorité des pays «développés».

Dans nos imaginaires, où se croisent le joli mois de mai, les atermoiements de Rosalie entre César et David, le copié-collé des yéyés et les voix-verveine de l'ORTF, les Trente Glorieuses font apparaître un pays idyllique, engagé sur le chemin sans retour de la paix et de la modernité. Dans ce pays fictif, rien de mauvais ne saurait arriver. Comme par enchantement, les conflits, les injustices et les structures de domination qui existent hors de ses frontières n'ont pas droit de séjour.

Et l'Indochine française, jusqu'en 1954? Et Madagascar et le Cameroun, français, jusqu'en 1960? Et l'Algérie, française, jusqu'en 1962? Et la Guadeloupe, toujours française aujourd'hui, où une grève ouvrière et les manifestations qui s'ensuivent sont réprimées par un massacre d'État, en 1967? Et la Guyane française, où des milliers de foyers seront expropriés dans les années 1970 pour permettre la construction du site d'Arianespace?

Et l'Hexagone, lui-même, où un 17 octobre 1961 on ratonne et on noie les manifestants descendus dans les rues de Paris pour réclamer l'indépendance? Le préfet de police, un certain Maurice Papon, sera ministre du Budget durant les trois dernières années du septennat de Giscard...

Lire la suite de cet sur Slate.fr - La nostalgie amnésique de «la France d'avant» est un séparatisme de la majorité

Articles en Relation

L'infidélité au temps du coronavirus, adieu maîtresses et amants? Pour entretenir la flamme illégitime, il va aussi falloir faire preuve de créativité. | Anton Petukhov via Flickr Gérer une relation secrète en ...
Le confinement n'est ni un atelier d'écriture de haikus, ni une retraite spiritu... Plage de Saint-Lunaire, en Ile-et-Vilaine, le 17 mars 2020. | Damien Meyer / AFP Si ce moment agit comme un évident révélateur d'inégalités soci...
Les sept défis capitaux pour vaincre le Coronavirus Les valeurs, comme les virus, n'ont pas de passeport. | Handout / US Food and Drug Administration / AFP  Seul un véritable effort mondial c...
Comment les survivalistes vivent la crise du Covid-19 Dans l'abri d'un groupe de survivalistes de Virginie-Occidentale, aux États-Unis, le 13 mars 2020. | Nicholas Kamm / AFP  La pandémie, les «prep...
Le confinement ne nous soude pas, il nous divise encore plus À Paris, le 19 mars 2020. | Philippe Lopez / AFP  Tout se passe comme si ce virus, loin de nous rapprocher, exacerbait notre conscience des inég...
Raclettes party, dates Tinder... les petites entorses des Français au confinemen... Le bien-être de la population française a été mis à mal pendant les confinements. | Scott Warman via Unsplash Afin de rompre leur isolement et a...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA