La magistrale renaissance de l'Hôtel Royal à Evian-les-Bains

France

Le palace a été refait dans sa totalité. Le résultat est impressionnant.

Niché à 497 mètres d’altitude sur le lac Léman, le grand hôtel né à la Belle Époque en 1909 a été rénové des sous-sols au toit en 2014: douze mois de travaux pharaoniques dus au vieillissement des lieux de vie chers au roi Edouard VII, le dandy souverain de Grande-Bretagne, premier client du gotha qui venait «prendre les eaux» si bénéfiques pour la santé.

Quand le quadra athlétique Laurent Roussin, nommé directeur général du Royal par le propriétaire Franck Riboud, ponte de Danone et des Eaux d’Évian en avril 2014, le bâtiment en béton était désossé: il ne restait plus que les dalles sans les murs. Au centre, un trou gigantesque comme si un tremblement de terre avait effondré l’édifice majestueux.

Il faut savoir que c’était le plus bel hôtel du monde selon les gazettes des années 1910. Il était contemporain du Ritz de Paris, du Palais à Biarritz, du Carlton à Cannes. Évian-les-Bains attire déjà des têtes couronnées: les maharadjahs, les sultans, l’Aga Khan, la reine d’Angleterre (une page dans le Livre d’Or), Greta Garbo, Marcel Proust, le roi Fayçal, le Shah d’Iran, Sacha Guitry… la plus belle clientèle du globe.

Site verdoyant

À propos de l’air ô combien pur de la ville thermale et des sources, les mandarins de la faculté de médecine affirment qu’une semaine au bord du lac équivaut à un mois en Bretagne ou sur la côte basque –du bien-être et du plaisir de (bien) vivre dans cet édifice, un balcon géant sur le lac immobile, l’ensemble tout en hauteur et largeur est signé du génial architecte Jean-Albert Hébrard.

Hélas le temps va faire son œuvre, laissant des stigmates d’usure et de vieillissement, conséquence des décennies de fêtes, de mouvements de clientèle, la neige et la glace l’hiver –la chaleur et les orages l’été ont compromis la viabilité du Royal posé au milieu d’un parc de dix-neuf hectares vallonné d’arbres centenaires, de réserves d’oiseaux et d’un potager exceptionnel de trente-deux mètres carrés de plantations légumières et fruitières: un trésor pour les cuisiniers. Oui, voilà un cadre somptueux, enchanteur, inégalable ou presque dans la province française que l’on ne saurait reproduire nulle part ailleurs. Le Royal est unique en son genre et les terrasses sur le lac incomparables.

Malheureusement, les dégâts menacent l’ensemble: l’électricité, la distribution des eaux, la climatisation hasardeuse, les salles de bains sont proches du délabrement comme les façades. Tout cela inquiète fort Franck Riboud, PDG de la société propriétaire des Eaux, très attaché à l’hôtel, à ses fastes, au site verdoyant, au golf, son sport favori. Que faire? C’est le trésor immémorial de la Cité, une perle ourlée par les eaux du Léman.

Repos, cures et farniente

 

Le fils du tycoon Antoine Riboud, fidèle au legs de son père, n’est pas homme à tergiverser ni à s’orienter dans des solutions provisoires –on refait ceci ou cela, puis on verra. On ne bricole pas l’avenir du grand hôtel d’Évian dont l’eau minérale est synonyme de pureté et de bien-être.

Seul Franck Riboud pouvait prendre la bonne décision qui s’impose: abattre la structure en béton et reconstruire le Royal, les charpentes de bois clair au toit déposé puis refait dans sa totalité ainsi que les sept suites aux terrasses privées et le centre de conventions en sous-sol: une création face au Léman, indécelable depuis l’extérieur. 60% des clients viennent au Royal pour le repos, le farniente, les cures au SPA (piscine chauffée) et 40% sont là pour les congrès et séminaires, y compris les cadres de Danone et des Eaux locales.

L’investissement total s’est élevé à 85 millions d’euros, ce qui n’est pas excessif comparé aux 200 millions injectés par Al Fayed dans le Ritz 2017 (avant l’incendie de l’aile Cambon à remodeler) et à l’acquisition par François Delahaye, patron du Plaza Athénée, d’un immeuble voisin de l’avenue Montaigne pour 200 millions d’euros. L’hôtellerie de luxe est un gouffre d’argent.

Pour Franck Riboud, le Royal fait partie du patrimoine familial, de l’ADN d’Évian (c’est son père qui l’a relancé) et la rénovation, la refondation impressionnante menée par François Chatillon, architecte en chef des Monuments Historiques, a concilié les exigences impérieuses d’un grand hôtel contemporain et le legs architectural d’hier –témoin le marbre de Carrare blanc en hommage au passé thermal d’Évian, tout comme le métal nickelé, le bronze patiné, le laiton mat, les luminaires aériens et sur les lits, de superbes couvertures de montagne en laine tressée. C’est le design imprimé en douceur et élégance....

Lire la suite - La magistrale renaissance de l'Hôtel Royal à Evian-les-Bains

Articles en Relation

Les enfants maltraités, victimes silencieuses du confinement Le dimanche 29 mars, un enfant de 6 ans est mort après avoir été frappé par son père. | Kelly Sikkema via Unsplash  Alors que les signaleme...
Sans le Covid-19, il n'y aurait pas eu tous ces records sur le Tour de France Tadej Pogacar, Mikel Landa, Egan Bernal et Primoz Roglic lors de la neuvième étape du Tour de France entre Pau et Laruns, le 6 septembre 2020. | ...
Le succès du Manga Français Couvertues des volumes 1 de Ragnafall, Imperium Circus et Alchimia | éditions Pika et Kurokawa   Les maisons d'édition françaises commencen...
Comment les profs de maternelle continuent à s'occuper de vos enfants «La meilleure réponse consiste à se soutenir et à partager nos ressources pour ne pas se retrouver seuls.» | Kristin Brown via Unsplash Le télétrava...
Pourquoi la France est si frileuse sur le télétravail obligatoire Le télétravail à domicile peut être très mal vécu par certaines personnes. | Corinne Kutz via Unsplash La satisfaction globale après l...
Michel Sarran (Top Chef) annonce la mort dans l’âme la fermeture de son restaura... Le 23 octobre, Michel Sarran était l'invité de Jean-Marc Morandini, sur CNews, pour évoquer la crise sanitaire et les conséquences négatives que celle...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA