La jeunesse alsacienne dépoussière le schlager, style de variété allemande

Musique

Extrait du clip de la chanson «Mein Sommertraum», soit «Mon rêve d'été», de Robin Leon. | Capture d'écran via YouTube

Apparu au début du XXe siècle, le schlager est l'exemple type de ces genres musicaux qui reviennent à la mode des décennies plus tard et profitent d'un véritable revival.

Mai 2019. Anne-Laure, 30 ans, et Thomas, 27 ans, viennent de se dire «oui» au cœur d'un petit village bas-rhinois d'à peine 500 âmes. Comme pour la plupart des jeunes de leur âge, la cérémonie religieuse est rapidement balayée par l'effervescence d'une grosse fête à l'approche. Les sonorités pop, rock et RnB n'ont d'ailleurs pas tardé à faire lever quelques convives de leurs sièges. Mais c'est un genre musical en particulier qui a mis d'accord une bonne partie de l'assistance: le schlager.

Cette variété populaire allemande, avec ses paroles sentimentales et son air rythmé aujourd'hui bien identifié, a fait ses preuves dans les années 1960, avec l'émergence de chanteurs reconnus comme Roy Black ou Udo Jürgens. Passé de mode quelques années plus tard, le schlager est délaissé par les jeunes, notamment avec l'avènement du rock et la culture contestataire. «Ce qui caractérise le XXe siècle, c'est la modernité et l'enregistrement. Et avec l'enregistrement, on a le développement de plein de genres musicaux», note Gérôme Guibert, docteur en sociologie à la Sorbonne Nouvelle et spécialiste des musiques populaires.

Depuis une vingtaine d'années, le schlager semble pourtant renaître. Profitant d'une culture bilingue, les jeunes Alsacien·nes l'écoutent et surtout, le chantent. Des voix d'à peine 20 ans s'en sont emparées, dans le but de faire perdurer et de réinventer ce genre musical cher à leurs yeux. Pour Gérôme Guibert, ce regain d'intérêt s'expliquerait notamment par le retour cyclique des modes musicales.

«Le journaliste anglais Simon Reynolds explique dans son livre Rétromania qu'au niveau des courants musicaux, dans les années 1970, il y avait un revival des années 1950, dans les années 1990, un revival des années 1970, dans les années 2000, un revival des années 1980...». Il reprend: «Dans la sociabilité des jeunes, il y a toujours un peu l'idée de marquer une distance avec les parents.»

Exit le schlager ringard

À 23 ans, Robin Leon s'impose comme la nouvelle voix du schlager en Alsace. Il y a quatre ans, le jeune homme a remporté un télé-crochet, diffusé sur la première chaîne de télévision publique allemande, ARD, et regardé par plus de deux millions de personnes. Sur scène, avec sa veste cintrée bleu céleste, sa tignasse blonde et ses traits juvéniles, Robin Leon interprète son tube «Mein Sommertraum», soit «Mon rêve d'été» devant un public conquis.

Son rêve, c'était la victoire. Celle-ci lui a ouvert les portes des tournées, des studios d'enregistrement et des autographes, surtout en Allemagne, où le schlager est encore un véritable phénomène. Une fierté pour celui qui dit avoir baigné dans la variété allemande depuis l'enfance. «J'ai commencé la trompette à 7 ans et demi, puis j'ai écouté et joué de cette musique. Je faisais aussi des reprises et je jouais sur les CD de mes idoles», raconte-t-il.

Exit alors le schlager de l'ancienne génération, celui d'Heino ou de Peter Alexander. «C'est un rendu plus moderne», souligne Robin Leon. L'interprète le décrit aujourd'hui comme «de la pop allemande, une musique populaire germanisée, avec des sons rétro», qu'il compare notamment à «Patrick Bruel» et à «Patrick Sébastien» pour sa variante électro, le ballermann.

Représenté notamment par Peter Wackel ou Mickie Krause, le ballermann, aussi surnommé le «schlager des DJs», se consomme à outrance sur les plages et les boîtes de nuit de Majorque, d'où il tire son nom...

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - La jeunesse alsacienne dépoussière le schlager, style de variété allemande

Articles en Relation

«Diabolique» de L'Épée raconte les sixties qui n'ont jamais existé La réunion d'Emmanuelle Seigner, Anton Newcombe et The Limiñanas sonne comme un kiff rock à la fois savant et nonchalant. Pas de nostalgie dans ce pre...
Ce que le hip-hop américain doit à Kraftwerk Kraftwerk à Helsinki (Finlande) le 15 février 2018. | Raph_PH via Wikimedia Commons Le groupe de Düsseldorf, endeuillé par le décès de son cofondateu...
Les concerts à distance appartiennent-ils déjà au monde d'après? Ces performances se multiplient pendant le confinement et vont peut-être se pérenniser pour faire évoluer cette activité vers un modèle plus immatérie...
«Wind of Change» de Scorpions, la CIA et la propagande par la pop Clip officiel de «Wind of Change» de Scorpions. | Capture d'écran via YouTube On pourrait penser que la diplomatie par la culture n'a plus d'impact d...
En attendant le retour des concerts, les podcasts pour découvrir de la musique Des recommandations pour tous les goûts. | Sound On via Pexels     Petites salles et festivals ne sont plus là pour vous présente...
Pomme est bien plus que l'incarnation d'une génération «J'ai un problème avec le culte de la performance, très présent dans mon métier, c'est pour cela que j'ai sorti Les Failles», explique la chanteuse. |...

MUSIQUE LIVE

PROMO MUSIQUE