La fermeture des librairies est-elle un problème de bourges?

France

Photo prise le 2 novembre 2020 à la librairie des Abbesses (Paris XVIIIe), au lancement de l'opération «Rallumez les feux de nos librairies». | Stéphane de Sakutin / AFP  

Le Ve arrondissement parisien en concentre plus de cent à lui seul, les Hautes-Alpes en comptent neuf au total. Il faut vivre dans un certain contexte pour avoir le réflexe librairie.

Une grande bâche rouge barre l'accès au rayon livres d'un supermarché. «Vente de livres interdite, conformément aux mesures gouvernementales en vigueur.» Depuis ce samedi 31 octobre, aucun supermarché ni grande surface culturelle de type Fnac ou Cultura n'a le droit de vendre un livre.

Cette décision du gouvernement répond à la colère des professionnels du livre, après le classement des librairies en commerces non indispensables pour ce deuxième confinement. Forcés de fermer, les libraires doivent se résoudre au système du click and collect, permettant de commander un ouvrage en ligne et de venir le récupérer en magasin. Pacotille, outrage, vilenie, clament tour à tour tweets, pétitions, tribunes et éditos dans les médias français, réclamant de voir les #librairiesouvertes.

Une librairie française sur cinq est à Paris

«Les librairies jouent un rôle que nul autre ne peut tenir dans l'animation de notre tissu social et de notre vie locale, pour la transmission de la culture et du savoir et le soutien à la création littéraire, estimait une tribune signée dans Le Monde par 250 maisons d'édition, écrivain·es et libraires le 30 octobre. Elles sont en outre un des plus efficaces remparts contre l'ignorance et l'intolérance.»

Quiconque aime la lecture et s'engage pour les commerces de proximité le dira: les librairies sont des endroits fantastiques. Doux, relaxants, fourmillants, stimulants, ces lieux sont aussi très rares. Il existe 3.200 librairies en France. À titre de comparaison, l'Hexagone compte environ 6.000 salles de cinéma, 16.000 bibliothèques, 15.000 fleuristes, et 85.000 salons de coiffure.

Sur ces 3.200 librairies, 935 sont en région Île-de-France dont 700 dans Paris intra-muros. Une librairie française sur cinq se tient entre les barrières symboliques du périphérique, c'est-à-dire sur une surface de 100 kilomètres carrés.

Ce n'est pas une surprise, Paris concentre l'essentiel du vivier culturel français. Mais la répartition pour le moins inégale des librairies sur le territoire donne une autre dimension au débat qui agite les médias depuis quelques jours.

Comment ériger la librairie en sacro-saint lieu de partage, symbole de tolérance et de grandeur d'âme comblant un besoin vital, quand celle-ci est physiquement absente du quotidien de la majorité des citoyen·nes, dont celles et ceux qui souffrent déjà d'un manque d'accès global à l'éducation et la culture?

Inégalité géographique et inégalité sociale

Plus de la moitié des personnes achetant des livres (52%) déclarent ne pas se rendre en librairie car il n'y en a pas près de leur domicile.

Les écarts sont énormes selon où l'on vit. Les très chics Ve et VIe arrondissements parisiens concentrent chacun plus de 100 librairies. C'est plus que dans toute la région Nouvelle-Aquitaine (79 en 2013). En Rhône-Alpes, 60 librairies sur les 200 présentes dans la région sont installées à Lyon ou dans ses alentours.

À Marseille, 28 des 31 librairies de la ville sont situées dans l'hyper-centre. Les habitants·e des défavorisés XIIIe, XIVe et XVe arrondissements n'ont aucune librairie en bas de leur immeuble quand les populations aisées des VIe, VIIe et VIIIe en croisent 14 chaque jour.

Dans la France des ronds-points, le livre le plus proche se trouve souvent dans la zone commerciale du coin, omniprésente et qui aimante toutes les envies de consommation.

Graphique extrait de «Étude 2019: Les clients des librairies indépendantes». | Syndicat de la librairie française (SLF)

Si vous vivez à Lens, vous ne trouverez (d'après des chiffres de 2016) aucune librairie. À l'inverse, vous aurez accès à un Cultura, plusieurs rayons livres de grandes surfaces et autres points de vente de marchands de journaux....

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - La fermeture des librairies est-elle un problème de bourges?

Articles en Relation

Les grosses teufs sans fin du confinement Un after sans fin en pleine période de confinement. | Droits réservés pour Slate Des adeptes de soirées qui se prolongent plusieurs jours n'ont ...
«Le Coup d'état d'urgence», ou comment la France a fait du citoyen un «sujet vir... Des policiers dans une rue déserte de Metz, le 5 janvier 2021, en plein couvre-feu. | Jean-Christophe Verhaegen / AFP   Nous publions ...
Pourquoi la France est si frileuse sur le télétravail obligatoire Le télétravail à domicile peut être très mal vécu par certaines personnes. | Corinne Kutz via Unsplash La satisfaction globale après l...
Football, j'ai oublié ton nom (ou presque) Des supporters attendent le match du championnat de Biélorussie entre le FC Minsk et le Dinamo Minsk, à Minsk, le 28 mars 2020. | Serge...
En période de confinement, l'industrie du sport fait un bond dans le passé L'équipe de France de football célèbre sa victoire en Coupe du monde, le 15 juillet 2018 à Moscou. | Franck Fife / AFP   Pour combler l'abs...
Les directeurs et directrices d'école au bord du burn-out Un cours à l'école élementaire Cour de Lorraine à Mulhouse, le 18 mai 2020. | Sébastien Bozon / AFP  Le confinement a mis à rude épreuve les per...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA