« La date à laquelle des fonds ont été souscrits modifie leur taxation »

Economie

En cas de remboursement, les produits générés par des fonds détenus depuis plus de cinq ans dans le cadre de l’épargne salariale sont totalement exonérés d’impôt sur le revenu, précisent les experts de Cyrus Conseil en réponse à un lecteur. 

Question de lecteur. En France, la fiscalité des produits d’épargne n’est pas réputée pour sa simplicité. Le niveau des prélèvements sociaux a régulièrement augmenté au cours des deux dernières décennies. C’est pourquoi la date à laquelle des parts de fonds ont été souscrites dans le cadre de l’épargne salariale influe sur leur taxation finale, expliquent les experts de Cyrus Conseil en réponse à la question d’un lecteur.

Je possède un plan d’épargne salariale constitué de trois fonds : un fonds A pour lequel le nombre de mes parts n’a pas bougé depuis 1979, un fonds B pour lequel le nombre de mes parts n’a pas bougé depuis 1991, un fonds C pour lequel le nombre de mes parts n’a pas bougé depuis 1993. Quelle fiscalité s’applique au titre des prélèvements sociaux et de l’impôt sur le revenu en cas de remboursement ?

Comme vous détenez ces fonds depuis plus de cinq ans, les produits générés seront totalement exonérés d’impôt sur le revenu en cas de remboursement. En revanche, ils resteront soumis aux prélèvements sociaux.

En effet, les produits de l’épargne salariale acquis dans le cadre d’un plan d’épargne, qu’il s’agisse d’un plan d’épargne entreprise (PEE), d’un plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) ou d’un plan d’épargne interentreprises (PEI) sont soumis aux prélèvements sociaux lorsque les bénéficiaires demandent récupérer leur mise.

Pour l’application du taux des prélèvements sociaux, il faut regarder le taux en vigueur au moment de l’acquisition du produit. Ces taux historiques débutent en 1997 à 3,90 % pour atteindre 17,20 % en 2018.

Notons que les produits antérieurs au 1er janvier 1997 ne subissent pas de prélèvements sociaux. En effet, l’épargne salariale bénéficie du maintien des taux historiques pour les revenus issus de la participationdes salariés aux résultats de l’entreprise, ainsi que pour les revenus attachés à des sommes versées sur un PEE ou PEI antérieurement au 1er janvier 2018.

En revanche, tous les produits acquis ou constatés à compter du 1er janvier 2018 seront soumis au taux de 17,20 %. Concernant l’impôt sur le revenu, ces sommes sont exonérées d’impôt sur le revenu à condition d’être maintenues, dans le plan d’épargne pendant au moins cinq ans, sauf exceptions autorisées.


Lire la suite : « La date à laquelle des fonds ont été souscrits modifie leur taxation »


Articles en Relation

En matière d'argent, les millennials comptent reprendre le pouvoir «Les femmes devraient être beaucoup plus éduquées à ne pas avoir à s'excuser de vouloir gagner leur vie.» | Alexander Mils via Unsplash De...
Les entreprises ne se bousculent pas au portillon de la Bourse Echaudés par plusieurs retournements de marché, les Français restent circonspects vis-à-vis du placement en actions. C’est pour le moins un paradox...
Le chinois Casil vend l’aéroport de Toulouse à Eiffage et réalise une grosse plu... A l’automne, les actionnaires locaux avaient encore évoqué une « gestion strictement mercantile et à court terme » de la part du groupe chinois. Pr...
Des effectifs intérimaires en baisse et l’arrivée d’une nouvelle concurrence : l... Après avoir atteint des sommets, les effectifs de l’intérim ont chuté de 4,7 % sur un an. La santé du secteur est-elle toujours bonne ? Après plusi...
Crise du Boeing 737 MAX : l’effet domino pour les fournisseurs Une centaine de sociétés travaillent pour l’avionneur américain en France, dont un tiers pour le moyen-courrier cloué au sol depuis la mi-mars. L’a...
Les trois erreurs stratégiques de Renault-Nissan qui ont coûté cher à Carlos Gho... Carlos Ghosn à Beyrouth le 8 janvier 2020. | AFP  L'ancien PDG fugitif aurait peut-être mieux fait de prendre en considération les États fr...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA