La Belgique se souvient des pires attentats de son histoire - BFMTV.COM

Actualités

Du roi des Belges aux enfants des écoles de Molenbeek, la Belgique officielle et citoyenne marque mercredi le premier anniversaire des attentats qui ont fait 32 morts et plus de 320 blessés à l'aéroport et dans le métro de Bruxelles, les pires de son histoire.

Les commémorations commenceront par une minute de silence à 07H58 (06H58 GMT) à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem, en présence du roi Philippe et de la reine Mathilde, de victimes et de leurs proches, de membres des services de secours.

C'est à cette minute, le 22 mars 2016, qu'Ibrahim El Bakraoui et Najim Laachraoui, jihadistes affiliés à l'organisation Etat islamique (EI), ont déclenché leur charge de TATP dans le hall des départs, tuant 16 personnes.

Les représentants des autorités se rendront ensuite à la station de métro Maelbeek, au coeur du "quartier européen", pour un hommage à l'endroit même où Khalid El Bakraoui, le frère d'Ibrahim, a actionné sa ceinture d'explosifs à 09H11 (08H11 GMT), faisant là aussi 16 morts.

Puis le couple royal inaugurera une sculpture monumentale à deux pas du siège de la Commission européenne.

Mais c'est l'ensemble des Belges qui sont appelés à rendre hommage aux victimes et aux services de secours.

- 'Une minute de bruit' - 

Le "plus célèbre des Bruxellois", Manneken Pis, la statue fontaine d'un petit garçon faisant pipi, recevra une nouvelle tenue de pompiers.

"Manneken Pis a été plusieurs fois volé, démonté et mis en pièces. Mais il est toujours là, veillant sur la ville sans sourciller. Il est pour nous le témoin de la résistance, de la dignité et de la force de se surpasser", a expliqué le chef des pompiers bruxellois, Tanguy du Bus de Warnaffe.

C'est en observant une "minute de bruit" que les conducteurs et contrôleurs des métros, trams et bus de la société des transports en commun bruxellois (Stib) marqueront le moment de l'explosion à Maelbeek, alors que l'ensemble du réseau s'arrêtera quelques instants et que les voyageurs sont invités à applaudir.


Lire la suite : La Belgique se souvient des pires attentats de son histoire - BFMTV.COM


Articles en Relation

« Récit d’une rupture » : le poignant journal de l’après-rue d’Aubagne Karine Bonjour décrit la crise sanitaire, sociale et humaine que les effondrements des numéros 63 et 65 de la rue d’Aubagne, à Marseille, ont révélé...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA