L'industrie du disque dans l'impasse du confinement

Economie

«Le clip est reporté. Sans clip, on ne peut pas sortir le single. La promo n'est pas possible non plus.» | Kevin Maillefer via Unplash / Freepng / Montage Slate 

Alors que le spectacle vivant semble être embarqué sur un bateau qui coule, entre annulations et reports, le milieu de la musique enregistrée est en pleine réflexion sur la manière de s'en sortir.

Aucune maison de disques, aucun producteur n'est en mesure de dire ce qu'il adviendra en matière d'agenda musical dans les prochaines semaines. Parce que la crise sanitaire est incertaine, et que tout dépend d'elle.

Face à ce trou d'air –un euphémisme–, le premier réflexe de bien des structures et des artistes a été de reporter la sortie de leurs albums. La réaction s'observe dans tous les genres musicaux: dans le rap français avec le dernier Soso Maness, chez les mastodontes pop avec Lady Gaga, dans le jazz avec Gregory Porter, mais aussi chez Alicia Keys, Hoshi, Sam Smith, Thomas Dutronc… Aucun style n'y échappe, et peu importe que la distribution soit française ou internationale.

Durant cette période indécise, plusieurs labels prennent un coup financier ou s'apprêtent à le voir arriver. Comme chez Ici d'ailleurs, dirigé par Stéphane Grégoire: «On est un label assez vieux, qui a les moyens de pouvoir reporter le gros de l'activité de quelques mois. On peut se permettre d'attendre. On fait le dos rond jusqu'à début avril pour voir les évolutions, mais il est possible qu'on doive se mettre en chômage partiel.»

Cette possibilité est envisagée même dans les majors, voire déjà mise en place. «Plus ça durera, plus le travail se réduira, continue Stéphane Grégoire. On le ressent déjà. Est-ce que c'est parce que les gens doivent prendre leurs repères pour rentrer dans un cadre de télétravail? Je ne sais pas, mais on sent tout de même un manque de réactivité.»

«Jusqu'en juin, rien ne bougera»

Alors certes, la musique enregistrée est moins touchée que la musique live. Mais puisque les commerces sont fermés et que le gros de l'activité du pays est mis à mal, les acteurs du secteur observent une baisse significative de leurs droits voisins (qu'ils touchent par exemple lorsqu'une chanson est diffusée dans un centre commercial ou une boîte de nuit).

Clarisse Arnou, du label Yotanka, est inquiète: «On le ressentira plus tard, au deuxième semestre de l'année. C'est le délai de paiement des distributeurs qui veut cela. Alors oui, il y a le temps pour anticiper, mais l'activité ne s'invente pas. Ce sont des concerts qui ne se font pas et des tas de droits qui ne sont pas générés. Oui, les droits télé ou radio vont continuer, mais bien d'autres revenus sont en pause.»

On pourrait penser qu'avec l'explosion du streaming et de la musique dématérialisée en général, l'industrie musicale serait épargnée. Il n'en est rien.

D'abord, les ventes de CD et de vinyles (dites «physiques») représentent encore 37% de ses revenus en France, même si ce chiffre est en baisse. Beaucoup de sorties sont programmées sur ce support, qui représente chez certain·es artistes près de la moitié des ventes.

Et puis il ne suffit pas de balancer l'album sur les plateformes et d'attendre que les gens l'écoutent: tout le cheminement stratégique est chamboulé.

«On a l'album du rappeur ALP qui devait sortir le 17 avril, il va être reporté, confie Antoine Bernou, du label Urban. C'était notre priorité du moment, il y a déjà deux singles qui sont sortis, on était en train de lancer la fabrication des CD, on a pu la stopper juste à temps. Les magasins sont fermés, ça ne sert à rien. On devait organiser un événement pour la sortie de l'album, c'est mort. Pour la première fois, on voulait mettre en place un plan marketing avec écrans publicitaires dans les rues et les boutiques pour l'un des singles, impossible.»

«Le clip devait être tourné prochainement, on voulait y convier des médias, des influenceurs… C'est reporté. Sans clip, on ne peut pas sortir le single. On voulait faire des freestyles sur des médias rap, ça stoppe tout. La promo n'est pas possible non plus. Bref, on va probablement tout décaler pour septembre. Jusqu'au mois de juin, rien ne bougera», constate-t-il amèrement.

Le public d'ALP est pourtant très porté sur le streaming. Mais dans ce cas de figure, cela ne suffit pas: balancer une campagne marketing à cinq chiffres dans des rues vides, c'est un puits sans fond.

Le privilège des grands noms

Les artistes doivent s'adapter, réfléchir parfois seul·es, quand la possibilité leur est offerte. Le nouvel album solo de Rockin' Squat, leader du groupe de rap Assassin, était prévu pour le 20 avril. Il sera finalement reporté d'un mois.

«Un projet comme le nôtre se défend en promo, avec la possibilité de se rendre en télé, en radio, de faire des showcases, des concerts, de rencontrer le public, détaille le rappeur. Ce qu'on vit sur la planète en ce moment est une situation beaucoup trop floue, qui évolue au jour le jour; ce n'est pas du tout le bon moment pour sortir son disque. Cet album, je le travaille avec mon équipe depuis plus de deux ans et demi, je ne peux pas me permettre de le sortir dans les conditions actuelles. Toutes les personnes qui doivent défendre une actualité en ce moment sont par la force des choses dans la même situation que moi et vont devoir décaler leurs projets.»

Le pire scénario est probablement à trouver du côté des albums qui sont sortis juste avant le début du confinement, comme celui de Chapelier Fou, chez Ici d'ailleurs: «Il est sorti fin février, les CD venaient d'être mis en bacs. Les concerts, la promotion, la dynamique sont à plat.»

Stéphane Grégoire ajoute: «On avait des sorties programmées pour le Disquaire Day qui sont reportées en juin, alors que les vinyles sont en fabrication. On espère bénéficier de délais de paiement, mais ça rend les choses compliquées en matière de finances.»

Même dans une telle impasse, quelques labels ont décidé de limiter les reports et de continuer à sortir des albums en cette période de confinement –y compris ceux de stars internationales comme The Weeknd ou Childish Gambino, qui bénéficient d'une fanbase très importante.

«Les noms bien identifiés, les stars, peuvent sortir un album. Il y a tout de même un besoin de réconfort par la musique. L'appétit de nouveauté est remplacé par le besoin de refuge dans des artistes que l'on connaît déjà», assure Sophian Fanen, journaliste aux Jours et auteur de Boulevard du stream - Du MP3 à Deezer, la musique libérée.

D'autres ont des processus de sortie déjà bien enclenchés et ne peuvent plus vraiment reculer: les clips sont tournés, des articles doivent paraître, les singles sont prêts à être diffusés sur le web… La sortie numérique se fait, seule la partie physique est reportée...

Lire la suite de cet Article sur Voici.fr - L'industrie du disque dans l'impasse du confinement

Articles en Relation

La crise du Covid-19 peut-elle offrir un nouveau départ à la mode? Au défilé automne-hiver 2020-2021 de Givenchy, le 1er mars 2020 à Paris. | Lucas Barioulet / AFP  La pandémie invite les secteurs du prêt-à-port...
Le scepticisme persiste autour de Stadia, le service de jeu vidéo en streaming d... A la veille de la GamesCom, le géant du Web a annoncé l’arrivée dans son futur catalogue du blockbuster « Cyberpunk 2077 », à l’occasion d...
L'industrie des croisières est-elle sur le point de baisser pavillon? Des paquebots de croisière attendent l'autorisation de débarquer dans la baie de Manille, aux Philippines, le 31 mai 2020. | Ted Aljibe / AFP  L...
Des effectifs intérimaires en baisse et l’arrivée d’une nouvelle concurrence : l... Après avoir atteint des sommets, les effectifs de l’intérim ont chuté de 4,7 % sur un an. La santé du secteur est-elle toujours bonne ? Après plusi...
Dans la musique, le blues des indépendants Les petits producteurs dénoncent avec virulence le « poids prépondérant des majors » qui, selon eux, contribue à mettre en péril la diversité du sec...
Le coronavirus n'aura pas la peau de la mondialisation Maintenant que la Chine est devenue l'atelier du monde, que faut-il faire? | Duangphorn Wiriya via Unsplash L'épidémie due au coronavirus Covid-...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA