L'essor du vélo ne signe pas la mort des voitures

Economie

Des cyclistes le 16 septembre 2018 à Paris. | François Guillot / AFP

Pour l'éditorialiste de TF1 François Lenglet, la bicyclette est coupable de tous les maux. Pourtant, selon différentes études, la progression de son usage soutiendrait l'emploi et la croissance.

Le propos en a surpris plus d'un·e. Dimanche 20 septembre, l'éditorialiste François Lenglet, chargé des questions économiques à TF1, a défendu une association plutôt particulière. «Moins de voitures, c'est moins d'usines et moins d'emploi. Un chômeur qui roule à vélo, c'est d'abord un chômeur.»

Il estime que les politiques environnementales en faveur du vélo, notamment la multiplication des pistes cyclables après le confinement et le soutien à la pratique du deux-roues ont provoqué des restrictions, des contraintes et des limitations préjudiciables –tout en précisant qu'elles étaient malgré tout «nécessaires».

François Lenglet n'est pas loin d'imputer directement la fermeture de l'usine de pneus Bridgestone au vélo. Son raisonnement? Les déplacements à bicyclette ont largement augmenté depuis le déconfinement au détriment de la voiture, ce qui explique la chute de la consommation de pneus et la fermeture des chaînes de production. Chômage, crise et précarité, telles seraient les conséquences du vélo.

L'analyse de François Lenglet se heurte néanmoins aux faits. Premier élément, et non des moindres: bien que l'usage du vélo ait augmenté depuis le confinement, celui de la voiture n'a pas baissé par effet de substitution. Les données GPS Apple le démontrent: en France, on se déplace davantage en voiture après qu'avant la crise du coronavirus. À Paris, malgré les nouvelles pistes cyclables de la rue de Rivoli ou du Boulevard Sébastopol, les embouteillages et les désagréments, le trafic a retrouvé mi-septembre le même niveau que mi-janvier.

L'augmentation de la pratique du vélo a surtout réduit la fréquentation des transports publics, métro, bus et trams. La crise sanitaire et les risques de contamination ont très certainement apeuré les usagèr·es, paniqué·es à l'idée de rester enfermé·es pour des trajets de longue durée dans des espaces clos bondés. Le vélo et la voiture ont pris le relai mais ces deux moyens de locomotion ne sont pas substituables. La pratique de l'un n'a pas diminué l'usage de l'autre, et inversement.

Le vélo, vecteur de création d'emplois

Quand bien même, à plus ou moins long terme, le vélo viendrait à prendre une place plus importante au quotidien et que, petit à petit, l'usage de la voiture diminuerait comme peau de chagrin –un souhait qu'expriment 62% des habitant·es des quarante villes de plus de 100.000 habitant·es– cela ne provoquerait pas plus de chômage que de crise.

Le vélo génère déjà des activités économiques. À l'échelle européenne, il créé plus de 650.000 emplois directs, dont 65.000 rien qu'en France, d'après une étude menée par le Transport and Mobility Leuven Research Institute pour la Fédération européenne des cyclistes. Celle-ci estime même qu'un soutien prolongé au secteur permettrait d'atteindre au moins 101.000 emplois temps pleins et durables en moins de cinq ans. Et cela sans compter sur les effets multiplicateurs et les effets d'aubaine. Des emplois nouveaux et indirects pourraient être créés dans les services, l'aide à la personne ou la location, par exemple. Une étude anglaise indique à ce sujet que jusqu'à quatorze emplois seraient générés tous les 1.000 vélos utilisés rien qu'en France et jusqu'à vingt pour l'ensemble de l'Europe. En admettant que le nombre de ciclystes régulièr·es monte jusqu'à 7 millions, les emplois directs et indirects ainsi créés représenteraient la moitié des 400.000 emplois de l'industrie automobile hexagonale.

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - L'essor du vélo ne signe pas la mort des voitures

Articles en Relation

Le chinois Casil vend l’aéroport de Toulouse à Eiffage et réalise une grosse plu... A l’automne, les actionnaires locaux avaient encore évoqué une « gestion strictement mercantile et à court terme » de la part du groupe chinois. Pr...
Les trois erreurs stratégiques de Renault-Nissan qui ont coûté cher à Carlos Gho... Carlos Ghosn à Beyrouth le 8 janvier 2020. | AFP  L'ancien PDG fugitif aurait peut-être mieux fait de prendre en considération les États fr...
En matière d'argent, les millennials comptent reprendre le pouvoir «Les femmes devraient être beaucoup plus éduquées à ne pas avoir à s'excuser de vouloir gagner leur vie.» | Alexander Mils via Unsplash De...
Les entreprises ne se bousculent pas au portillon de la Bourse Echaudés par plusieurs retournements de marché, les Français restent circonspects vis-à-vis du placement en actions. C’est pour le moins un paradox...
Victoria's Secret écrit la fin de son conte de fées La vitrine d'un magasin Victoria's Secret fermé à cause de la crise sanitaire du Covid-19, le 20 mars 2020 à Chicago. | Scott Olson / Getty ...
L'affaire Carlos Ghosn nuit-elle à l'image de Renault F1? La F1 McLaren Renault au Grand Prix des États-Unis, le 3 novembre 2019, à Austin (Texas). | Dan Istitene / Getty Images / AFP  La marque doit co...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA