Je ne digère pas que les QR codes aient remplacé les menus au restau

Actualités

J'ai toujours construit des frontières solides entre ma vie en ligne et la vie réelle. | Louis Hansel via Unsplash     

Rendez-nous les cartes!

Au restaurant, avant la pandémie, la vision d'une tablée entière les yeux fixés sur des téléphones me faisait frémir. J'étais toujours bien contente de ne pas être ces gens-là, ou de ne pas être assise avec eux. Moi, je faisais toujours en sorte que la conversation soit naturelle et ininterrompue à ma table. Moi, j'avais construit des frontières solides entre ma vie en ligne et la vie réelle.

Mais aujourd'hui, sans nous demander notre avis, les restaurants du monde entier nous ont tous transformés en ces gens que je jugeais naguère. Je déteste ça. Il est temps de faire marche arrière.

Omniprésence

Aux États-Unis, tout a commencé quand les restaurants ont rouvert après les premières vagues de fermetures imposées au printemps dernier. Inquiets à l'idée que des coronavirus égarés ne s'attardent sur les cartes physiques, les restaurant ont scotché des QR codes à leurs tables et sous-traité l'acheminement du menu au convive et à son smartphone. Cela pouvait sembler logique lorsqu'on pensait encore que le coronavirus se diffusait largement par le biais des surfaces, or nous savons à présent que ce risque de contamination est faible.

Dans une myriade de communautés de tous les États-Unis, les taux de vaccination sont élevés et le nombre de cas de Covid-19 assez bas. Le public est revenu dans les salles de concert, il se presse dans les boîtes de nuit et retourne travailler au bureau. Pourtant, alors même que nous mangeons, postillonnons et éternuons dans des restaurants désormais sans jauge, un grand nombre de ces établissements nous obligent encore à utiliser notre propre smartphone pour déterminer ce que nous voulons manger. Pourquoi? Pourquoi devrions-nous avoir peur de toucher un bout de carton communautaire alors que nous sommes déjà en train de respirer l'air des autres, ce qui est théoriquement bien plus dangereux?

Les évidents inconvénients du menu sur QR code valaient bien la peine d'être supportés lorsqu'il s'agissait d'une mesure de santé publique temporaire et je compatis vraiment avec les restaurateurs et les employés qui ont été obligés de réinventer leur cadre de travail tous les quatre matins pour s'adapter aux variations de règlementations municipales et aux nouvelles découvertes en matière de santé publique.

Mais l'omniprésence persistante du QR code alors qu'un consensus existe sur la faible transmission par les surfaces et que tous les espaces publics ont rouvert me pousse à m'inquiéter à la perspective que les menus uniquement numériques ne deviennent une des nouveautés induites par la pandémie ancrées pour toujours dans la vie publique. Peut-être les restaurateurs se réjouiront-ils de la fin des cartes en carton qui leur permettra de se débarrasser d'une dépense certes modeste, mais permanente? Peut-être leurs employés vont-ils savourer la liberté nouvelle de ne pas avoir à se coltiner la réimpression des menus chaque fois qu'une nouvelle entrée saisonnière y fait son apparition? Peut-être les serveurs seront-ils enfin libérés de cette partie de la clientèle qui semble toujours vouloir commander l'unique plat épuisé (et qui peut être facilement effacé du menu numérique dès qu'il n'est plus en stock)? Peut-être la partie de la clientèle qui adore consulter son téléphone au restaurant sera-t-elle plus que ravie de devoir le sortir pour consulter la carte? Et que d'autres se réjouiront d'avoir une surface potentiellement maculée de graisse et d'invisible morve de moins à manipuler....

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Je ne digère pas que les QR codes aient remplacé les menus au restau

Articles en Relation

La Berlinale, confinée mais ouverte au monde et aux formes Memory Box, quand effusions d'adolescence amoureuse et explosions mortelles de la guerre s'inscrivent ensemble dans l'image. | Berlinale  Dans d...
«Hold-up», ou comment faire une bonne théorie du complot «Hold-up» dénonce le gouvernement français, les scientifiques, les médias, les laboratoires pharmaceutiques ou encore les Gafam. | Capture d...
Budapest se porte mieux sans ses touristes (enfin presque) Des touristes font la fête dans les rues de Budapest, en septembre 2017. | Peter Kohalmi / AFP  La capitale hongroise, privée de visiteurs étran...
Les Films à voir au cinéma le 19 mai, et les semaines suivantes Certains craignent la ruée vers les salles obscures. | Krists Luhaers via Unsplash Pour se réjouir de la réouverture des salles, s'orienter dans...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA