«J'ai toujours galéré pour les pantalons»: quand la mode reste bloquée sur les normes

Sociétés

La taille la plus répandue chez la femme en France serait le 40, selon une étude de l'IFTH. | Steven Lasry via Unsplash

Lorsqu'on est gros ou en situation de handicap, trouver des vêtements est un défi du quotidien.

En cherchant sa robe de mariée, Stéphanie, qui fait une taille 60, avait peu d'espoir, mais ne s'attendait pourtant pas à un tel constat: «Même sur internet, je ne trouvais que des robes de demoiselles d'honneur, comme s'il était certain que la grosse ne se marierait jamais.» Elle s'est donc mise à la couture. «J'ai parfois l'impression qu'on nous exclut de toutes les situations de la vie, car de la même manière, je ne trouve pas de vêtements de maternité à ma taille, ce qui m'oblige à être dans l'inconfort.»

Stéphanie est loin d'être la seule à vivre cette situation. Car il faut savoir être obstiné et patient pour trouver des vêtements grande taille adaptés à sa morphologie. «J'ai dû attendre la trentaine pour dénicher une veste en jean», confie cette femme de 35 ans.

Une question d'image

Alors, pourquoi est-ce si dur de trouver des vêtements au-delà du 46, voire du 42 dans certaines enseignes? Béatrice Tachet, professeure et consultante, qui a écrit une thèse abordant la problématique de la mode grande taille, l'explique de plusieurs manières. La première est symbolique. «Dans le monde de la mode, il y a une image de la femme parfaite qui doit être mince. On utilise des mannequins aux silhouettes plates car les vêtements sont plus présentables en deux dimensions. Des générations entières ont été habituées à ce formatage, que cela soient les responsables de marques, les stylistes, ou même les clients.»

Pourtant, selon l'étude de l'IFTH datant de 2006, la taille la plus répandue chez la femme en France serait le 40, puis le 42, et enfin le 44, presque à égalité avec le 38. De quoi s'interroger sur le choix de certaines boutiques de cibler les femmes faisant du 34/36/38… «C'est une façon marketing de segmenter la population, on ne veut pas des grosses, on veut des jeunes qui soient minces, c'est une question d'image. Certaines marques se lancent dans la grande taille mais cachent ces vêtements dans un coin reclus de la boutique, ce qui évidemment ne permet pas leur succès, à l'exception de Kiabi, l'une des rares enseignes où les grandes tailles sont centrales dans les magasins», constate Béatrice Tachet.

Les collections grandes tailles sont même parfois cantonnées au web ou aux boutiques spécialisées, peu nombreuses et limitées également dans leur panel de tailles.

Des vêtements normés pour plus de rentabilité

Emma*, 38 ans, fait 1m80. «Je suis fine et toute en pattes. J'ai toujours galéré à trouver des pantalons. On m'a même une fois répondu dans un magasin qu'on vendait “des vêtements pour les gens normaux”.» Pourtant, comme elle le souligne: «Avec ma morphologie assez proche des standards de la mode, ma taille 36 et mes longues jambes, c'est assez ironique de ne pas trouver facilement des vêtements.»...

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - «J'ai toujours galéré pour les pantalons»: quand la mode reste bloquée sur les normes

Articles en Relation

Les «culs nus», les fers-de-lance du body positive Pour les naturistes, la nudité est avant tout un art de vivre libérateur. | Timothy Meinberg via Unsplash  À l'arrivée de l'été, un lot de ...
Les Clarks, summum du cool en Jamaïque Synonyme de décontraction, attribut badass, mais classe, la paire est portée par celui «qui veut montrer d'où il vient». | Pkilla Pressure via Fl...
La mode de seconde main, le nouveau chic qui fait bon genre En France, le marché de la seconde main est estimé à 1 milliard d'euros. | Luis Montejo via Unsplash Sacs de luxe revendus en ligne, pièces...
Avoir un enfant ou démissionner, des projets annulés par la crise du Covid-19 Après le confinement, reprendre une vie normale ou faire le grand saut? | Doran Erickson via Unsplash Pour une partie d'entre nous, la péri...
Les «vanlifers», chaînon manquant entre les classes moyennes et les ZAD? Si les vanlifers peuvent créer des ponts entre ZAD et classes moyennes, c'est malgré eux, en exposant un public de plus en plus large à des idées alte...
Les filles peuvent s'habiller comme elles veulent, c'est un droit, pas une opini... Avant, c'était le pantalon pour femmes qui était jugé obscène. Maintenant, c'est le crop top. | Ben Weber via Unsplash Leur interdire des tenues sous...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA