Huit adresses d'exception à savourer sous le ciel de Paris

Vie Pratique

Jardins, terrasses, et trottoirs aménagés pour déguster des plats raffinés tout l'été dans la capitale.

La parenthèse estivale permet à quelques tables parisiennes de servir dehors sous le soleil et des parasols opportuns en cette période de chaleur intense. Voici huit points de chute bienvenus et agréables aux deux services.

1.La Brasserie d’Aumont au Crillon et le patio

Les nouveaux propriétaires saoudiens et le Groupe Rosewood, gérant du palace, ont installé une plaisante cour de marbre aux bas-reliefs où l’on sert le déjeuner et, rarissime, le dîner la nuit tombée. L’endroit a un charme fou, fauteuils de jardin, parasols et tables bien séparées –un parfait coup de cœur pour les convives un brin esthètes et amoureux de Paris.

La carte du chef Justin Schmitt panache des plats d’été, en plus des huîtres Gillardeau et Cadoret, le délicieux pâté en croûte de Gilles Vérot (18 euros), des jambons d’appellation dont le Bellota (14 euros), les tomates fraîches à l’avocat et basilic (14 euros), l’œuf mimosa (14 euros), et le rare soufflé aux petits pois en chaud et froid, une découverte (18 euros).

Bon choix de bœuf Angus, aloyau et bavette (35 euros) sauce béarnaise. Plats classiques: sole meunière grenobloise (44 euros), volaille des Landes sauce suprême (35 euros) pour les palais sérieux.

À côté du comté affiné (7 euros), la tarte au chocolat (12 euros) et l’île flottante aux fruits rouges (12 euros). Un moment de grâce très parisienne.

10 place de la Concorde 75008 Paris, la Brasserie d’Aumont au fond du couloir d’entrée. Tél. : 01 44 71 16 16. Menu au déjeuner pour deux plats à 44 euros. Carte de 50 à 90 euros au déjeuner, de 75 à 90 euros au dîner. Pas de fermeture.

2.Le Baltard au Louvre

On profite de la renaissance attendue de ce pavillon en lisière des anciennes Halles, limitrophe de la Bourse du commerce, en passe d’être transformée en musée par François Pinault.

Laurent Fréchet (Pirouette et Zébulon) et Vincent Sitz (co-gérant de la Villa Corse) sont aux commandes de l’établissement rénové, doté d’une terrasse-jardin sous les arbres.

Parmi la douzaine de plats tendance concoctés par le chef belge Ewout Vranckx (ancien second de Jean-François Rouquette au Park Hyatt Vendôme), la bonite fumée à la crème d’aubergine et pickles, le foie gras chaud à la betterave, le merlan croustillant aux petits pois et wasabi, les noisettes d’agneau rôties au risotto iodé, le canard des Dombes à la crème de patates douces, le cabillaud au miso brûlé, navets glacés, vinaigrette. Tout cela ressort de la bistronomie plaisante, garnitures un peu chiches.

On termine par le fondant au chocolat, la pêche pochée à la verveine, le riz au lait entier à la vanille, un must pour les «régressifs».

Carte des vins à revoir. Tarifs cinglants, le Bourgogne simple à 45 euros, le Saint-Aubin blanc à 80 euros et le Savigny-les-Beaune à 110 euros, ce qui amplifie l’addition, dommage. Il faut des prix humains, que diable!

9 rue Coquillière 75001 Paris. Tél.: 09 83 32 01 29. Menu au déjeuner à 25 euros pour deux plats, carte-menu au dîner à 56 euros. Pâtisseries l’après-midi et petits plats à partager à l’apéritif. Pas de fermeture.

3.Le Flora Danica

Au centre de cette dépendance nordique de la Maison du Danemark, une terrasse-jardin à l’écart de la noria des Champs-Élysées, une sorte de refuge pour amateurs de saumon fumé, le meilleur de Paris avec celui de Petrossian et du Borvo –le pavé de saumon épais façon Gilbert Bécaud est inégalable (26 euros). Aussi des harengs marinés et un menu danois du chef Andreas Moller, le cabillaud saumuré, la fricassée de poulet Label Rouge et la compote de fruits d’été pour 29 ou 38 euros. Un refuge de qualité.

142 avenue des Champs-Élysées 75008 Paris. Tél.: 01 44 13 86 26. Pas de fermeture.

4.Divellec

Mathieu Pacaud, formé à l’Ambroisie par son génial père, a relancé ce temple du poisson pêché (et non élevé) et il vient de créer, sur le trottoir, une terrasse couverte sur l’Esplanade des Invalides. Au menu, le ceviche de maigre à la prune, la queue de lotte farcie et le tiramisu revisité pour 48 euros. À la carte, la pastilla de thon (28 euros) et le Saint-Pierre rôti aux pêches. Rosé corse de Clos Canarelli (50 euros).

• 18 rue Fabert 75007 Paris. Tél.: 01 45 51 91 96. Pas de fermeture....

Lire la suite Slate.fr - Huit adresses d'exception à savourer sous le ciel de Paris

Articles en Relation

Gramme, Déviant, Citron: de quoi la mode du restaurant à mot unique est-elle le ... L'économie verbale que représente le choix du mot unique est une tentative d'ajustement à l'accélération des cycles de la mode et, surtout, au rythme ...
15 adresses parisiennes pour fêter la réouverture des restaurants Chez Guy Savoy à la Monnaie de Paris, le homard-carottes, jus de homard et sarrasin torréfié. | Laurence Mouton  Le moment tant attendu par les ...
10 terrasses parisiennes pour ravir les gastronomes Terrasse de l'Apicius, dans le VIIIe arrondissement. | Romain Laprade  Une sélection de tables de qualité pour retrouver la joie d'aller au rest...
Vive effervescence dans la bonne restauration parisienne À La Fontaine Gaillon, le foie gras poêlé parfumé à la myrrhe | © Maxime Ledieu  De chouettes adresses à garder sous le coude. Marc Veyrat, pro...
10 autres terrasses parisiennes pour ravir les gastronomes La terrasse du restaurant du Palais Royal. | Philip Chronopoulos  Une nouvelle sélection de tables de qualité pour retrouver la joie d'aller au ...
Qu'est-ce qu'un restaurant médiocre? Au restaurant Dessirier, le vol-au-vent au homard, coquillages et crustacés | ©restaurantDessirier  On a (malheureusement) trouvé un exemple. V...

VIATOR ACTIVITES

BONNES AFFAIRES