Gramme, Déviant, Citron: de quoi la mode du restaurant à mot unique est-elle le nom?

Vie Pratique

L'économie verbale que représente le choix du mot unique est une tentative d'ajustement à l'accélération des cycles de la mode et, surtout, au rythme désormais épileptique des ouvertures dans les grandes villes. | Comfreak via Pixabay

Si, en 2019, le lieu de vos repas préférés persiste à se doter d'un «Le» ou un «Chez» avant de s'annoncer, c'est que vous êtes passé à côté de la grosse tendance du moment.

Il n'y a pas que la viande et le gluten qui disparaissent progressivement des assiettes de nos restaurants. De la cantine Instagram au restaurant étoilé en passant par la table d'auteur, les professionnel·les de l'hôtellerie et de la restauration semblent s'être concerté·es pour mettre fin à une tradition tenace, celle qui consistait à faire précéder le nom de l'établissement d'un article défini, comme dans les exemples La bonne Table, Les Délices d'Asie, Le Potager de Charlotte ou Le comptoir de Mauricette. Parfois, ce petit mot qui précédait le nom se rapportait directement au fondateur: on se rendait Chez André ou Chez Michel.

Ces fioritures grammaticales appartiennent au passé. Quiconque se penche sur les ouvertures marquantes de ces dernières années, celles qui sont relayées dans la presse spécialisée, sera frappé par cette politique du mot unique, en vertu de laquelle un restaurant, un bar ou un commerce de bouche doit choisir pour enseigne un substantif esseulé, un adjectif voire un adverbe ou un verbe à l'infinitif.

Des exemples? En voici, par centaines. Dans un article de Télérama qui passe en revue les ouvertures notables de la rentrée 2019, on en compte une douzaine. À la rentrée, on nous annonce l'ouverture de Splash, de Pouliche, de Polichinelle, de Candide.

Suivent un Contraste –par l'équipe de Substance– ainsi qu'un Origines (on croirait presque lire le titre d'un nouvel épisode de la franchise Avengers ou Star Wars.)

Le phénomène semble généralisé dans la capitale où, me promenant dans une rue à la recherche d'indices confirmant l'épidémie, je suis tombé à quelques dizaines de mètres d'intervalle sur Source puis sur Impatience.

La politique du mot unique se décline également en épicerie (Fine), en version bistronomique (Buffet), en coffee shop (Fragments), en boulangerie (Utopie), en boulangerie et en adjectif: Sain.

On la retrouve en version cuisine levantine –comprendre oriental chic– et bar à houmous avec Chiche, Levantine, en kebab gourmet –Grillé–, en salon de thé-coffee shop marocain (Oultma).

Ces nouvelles enseignes qui ne s'embarrassent pas d'article peuvent prendre le nom d'un fruit (Citron), d'un champignon (Petit gris), d'un animal (Girafe) ou véhiculer une idée d'engagement (Partisan, Combat).

Renseignements pris auprès de foodistas et foodistos, on signale également Fulgurances, Cuisine, Racines, Goguette, Papille, Gramme ou encore Sauvage.

«Millennial Manger Nouveau Resto»

Comme me l'explique Romain Tellier, restaurateur après une reconversion professionnelle dans le conseil qui a cofondé Gramme, «cantine parisienne» et coffee shop dans le Marais, avec une associée venant de chez Universal Music, «on a cherché un mot qui évoque la cuisine et qui soit facile à retenir, pour une clientèle française mais également internationale, très présente dans notre quartier». Après des années d'hybridation entre le renouveau bistrotier et les influences internationales, la culture food a fini par adopter la syntaxe anglo-saxonne, supprimant l'article défini trop franchouillard pour mieux se présenter à une clientèle globale[1]...

Lire la suite sur Slate.fr - Gramme, Déviant, Citron: de quoi la mode du restaurant à mot unique est-elle le nom?

Articles en Relation

Rendez-nous nos restaurants, nos bistrots et nos brasseries! Au Dôme Montparnasse, la sole meunière. | Gourmets & Co  Le bistrot français n'est pas la panacée, mais la privation de sorties gourmandes à...
Vive effervescence dans la bonne restauration parisienne À La Fontaine Gaillon, le foie gras poêlé parfumé à la myrrhe | © Maxime Ledieu  De chouettes adresses à garder sous le coude. Marc Veyrat, pro...
15 adresses parisiennes pour fêter la réouverture des restaurants Chez Guy Savoy à la Monnaie de Paris, le homard-carottes, jus de homard et sarrasin torréfié. | Laurence Mouton  Le moment tant attendu par les ...
10 terrasses parisiennes pour ravir les gastronomes Terrasse de l'Apicius, dans le VIIIe arrondissement. | Romain Laprade  Une sélection de tables de qualité pour retrouver la joie d'aller au rest...
10 autres terrasses parisiennes pour ravir les gastronomes La terrasse du restaurant du Palais Royal. | Philip Chronopoulos  Une nouvelle sélection de tables de qualité pour retrouver la joie d'aller au ...
La vente à emporter dans la restauration va-t-elle s'inscrire dans la durée? Préparation d'une commande au restaurant étoilé Baieta, le 30 avril 2020 à Paris. | Franck Fife / AFP  L'épidémie de Covid-19 a forcé les r...

PLUS D'ARTICLES

VIATOR ACTIVITES

BONNES AFFAIRES