G20 : un accord pour lutter contre la pollution plastique en mer

Environnement

Chaque année, des millions de tonnes de déchets plastique sont déversées dans les mers et les océans. Avec un impact de plus en plus important sur les activités économiques liées, sur la santé humaine et sur l'environnement de manière générale. Ainsi, la pollution plastique coûterait, tous les ans, la vie à 100.000 mammifères marins. Et enfin, les pays du G20 se sont accordés pour faire changer les choses.

 

Les pays du G20 sont parvenus à un accord de réduction des déchets plastiques en milieu marin lors d'une réunion dimanche au Japon. D'après cet accord, les membres du G20 se sont engagés à réduire les déchets plastiques, mais ont donné peu de détails sur la manière de s'y prendre.

« C'est formidable que nous ayons réussi à concevoir des règles pour tous, y compris les pays émergents et en développement », s'est félicité le ministre japonais de l'Environnement Yoshiaki Harada à l'issue d'une réunion de deux jours des ministres de l'Environnement du G20. Les mesures seraient volontaires et les progrès seraient publiés une fois par an, d'après les médias locaux.

La pollution plastique est devenue une préoccupation mondiale, particulièrement depuis les interdictions par la Chine et d'autres pays d'importer des déchets plastiques en provenance d'autres nations. Beaucoup de pays, dont le Japon, font depuis face à une accumulation de ces déchets sur leur territoire.

Une première en matière de pollution plastique maritime

L'une des principales préoccupations porte sur la question des microplastiques, ces morceaux de plastiques dégradés -- certains n'atteignant pas cinq millimètres -- très difficiles à collecter. Ils ont tendance à absorber des produits chimiques dangereux et à s'accumuler dans l'organisme des poissons, oiseaux et autres animaux.

C'est «?un premier pas pour résoudre ce problème?», a estimé Hiroaki Odachi, de Greenpeace Japon, dans un communiqué, soulignant cependant qu'il apparait «?insuffisant de compter sur les actions volontaires des pays?» pour résoudre cette crise. «?Des règles internationales contraignantes avec des calendriers et des objectifs clairs?» sont nécessaires, comme ceux de l'accord de Paris sur le climat, a-t-il ajouté.

Sachant que seulement 9 % des plastiques produits sont recyclés, les défenseurs de l'environnement affirment que la seule solution de long terme serait que les sociétés en fabriquent moins et que les consommateurs en utilisent peu. Un avis partagé par beaucoup. «?La véritable solution ne viendra pas du nettoyage de l'océan. Il ne faut pas croire qu'elle serait d'éponger la fuite alors que le robinet n'est pas fermé?», confirmaient ainsi les responsables de la fondation Tara océan dans un appel à soutenir la recherche en la matière publié récemment.

Ce qu'il faut retenir
  • La pollution plastique des milieux marins est un fléau.
  • Les pays du G20 annoncent être parvenus à un accord de réduction des déchets plastiques en milieu marin.
  • Mais celui-ci semble ne reposer que sur des mesures volontaires.

Source : G20 : un accord pour lutter contre la pollution plastique en mer


Articles en Relation

Incendie de Lubrizol à Rouen : quels sont les risques de pollution chimique ? Un incendie s'est déclaré dans l'usine Lubrizol de Rouen (France) dans la nuit de mercredi à jeudi. Une usine classée Seveso seuil haut. Aujourd'h...
Toujours en proie aux incendies, l’est de l’Australie suffoque Manifestations annulées, bateaux à quai, écoliers cloîtrés dans les établissements, Sydney, comme tout l'est de l'Australie, vit au ralenti et suf...
Incendies en Autralie : Sydney est en urgence sanitaire Tandis que le gouvernement défend son bilan pour lutter contre le réchauffement climatique, l'État de Nouvelle-Galles du Sud et Sydney continuent ...
Du pollen pour absorber les substances toxiques de l’eau polluée Produits phytosanitaires, produits pharmaceutiques, nettoyants ménagers. Les eaux contiennent de plus en plus de polluants difficiles à éliminer p...
Science décalée : Doha repeint ses routes en bleu pour lutter contre la chaleur Dans une ville où les températures dépassent les 50 °C l'été, tous les moyens sont bons pour rafraîchir l'atmosphère. La capitale qatarie teste un...
La pollution de l'air détectée jusque dans le placenta Si nous ingérons et inhalons, chaque semaine, quelque 5 grammes de microparticules de plastique, il n'est presque pas étonnant d'apprendre que la ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA