François Ruffin : « Il n’y aura rien sans débordement populaire »

Politique

Dans un entretien au « Monde », le député « insoumis » de la Somme appelle à une alliance « rouge et verte ».

Dans un entretien au Monde, le député (La France insoumise, LFI) de la Somme, François Ruffin, appelle à un « Front populaire écologique » autour du combat pour l’écologie. Cette alliance « rouge et verte » est au cœur de son livre Il est où, le bonheur (Les liens qui libèrent, 175 pages, 14 euros) qui sort jeudi 7 novembre.

Dans votre livre, vous appelez à former un « Front populaire écologique ». Pouvez-vous le détailler ?

François Ruffin : « S’unir, plus que jamais s’unir, pour donner à la France d’autres espoirs. » C’est le vœu qu’Ambroise Croizat, [le père de la Sécurité sociale], avait lancé en 1934, mais il résonne au présent : on se sent asphyxiés, étouffés. Il faut ouvrir d’autres espoirs entre l’extrême argent et l’extrême droite.

Dans les années 1930, il a fallu une exigence populaire. C’est la base qui opère la jonction des socialistes et des communistes. C’est elle qui lance, dans les cortèges de février 1934, « Unité ! Unité ! » Aujourd’hui encore, je me demande s’il ne faudrait pas une pétition, adressée aux partis, du genre « Arrêtez vos conneries ! » Parce que sinon, va se poursuivre la lutte partidaire et suicidaire.

Il y avait alors un danger fasciste. N’est-ce pas une comparaison excessive ?

Je ne joue pas là-dessus. En effet, je ne brandis pas le spectre d’une Marine Le Pen qui remporterait la présidentielle. Le danger qui peut nous rassembler, c’est la crise climatique. La bataille n’est plus sur le niveau de vie, mais sur la vie elle-même.

Or, nous sommes dirigés par une élite inconsciente, ou cynique, obsédée par la croissance, la concurrence, la mondialisation, qui fonce droit dans le mur écologique. Nous devons lui reprendre le volant des mains et cet impératif peut nous rassembler. Mais il faut, de la base, une exigence que le rouge et le vert s’unissent.

L’élite est l’adversaire commun ?

Oui. Cela doit nous souder. L’oligarchie domine la société par ses firmes, mais elle nous dirige aussi de l’intérieur, par la publicité, par les médias, par une démocratie sous tutelle.

De quelle tutelle parlez-vous ?

Emmanuel Macron a d’abord été adoubé par les grands patrons, de médias notamment. Son mouvement a été financé par des chèques de 5 000 euros, largement venus de la City et de Suisse. C’est prouvé, l’oligarchie s’est mobilisée pour lui.


Lire la suite : François Ruffin : « Il n’y aura rien sans débordement populaire »


Articles en Relation

François Hollande : « La “une” du “Monde”, un instant d’énervement ou de satisfa... Série « Le Monde » et moi. A l’occasion des 75 ans du quotidien, l’ancien président de la République confie, avec une pointe de nostalgie, les senti...
La France, en manque de confiance, déprime Ce niveau de défiance est beaucoup plus élevé dans notre pays que dans tous les pays européens de niveau économique comparable. | Annabelle Sheme...
Retraites : l’exécutif face au risque d’enlisement Plus de trois semaines après le début de la contestation, l’opposition reproche au gouvernement de laisser pourrir la grève contre la réforme. Plut...
Retraites, PMA : Macron aborde avec prudence une rentrée à risques Le pouvoir assure avoir tiré un trait sur l’arrogance des débuts, et privilégier désormais le dialogue. Mais les foyers potentiels de contestation n...
Retraites : « Augmenter les ressources plutôt qu’abaisser les pensions » Le gouvernement affirme sa volonté d’équilibrer le système de retraite en réduisant les pensions ou allongeant la durée de cotisations, alors que d’...
Corinne Lepage veut porter plainte contre François Bayrou pour « dénonciation ca... L’ex-députée européenne reproche au président du MoDem d’avoir mis en cause sa probité en déclarant à des policiers qu’elle avait essayé d’« es...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA