Flash-Ball: prison avec sursis requise pour l'auteur d'une bavure

Actualités

Marseille (AFP) - Dix-huit mois de prison avec sursis ont été requis vendredi contre l'auteur de la première bavure mortelle au Flash-Ball, un policier marseillais qui avait tué un homme de 45 ans en 2010 lors d'une interpellation mouvementée.

Le policier Xavier Crubezy "n'avait pas le droit, tout simplement, de faire usage de cette arme", le 12 décembre 2010, lorsqu'il a tiré pour maîtriser Mustapha Ziani, a déclaré le procureur. Récusant toute "légitime défense", il a demandé au tribunal correctionnel de Marseille de le condamner pour "homicide involontaire". Le jugement a été mis en délibéré au 3 mars.

"Je n'ai absolument pas tiré pour tuer", avait déclaré auparavant, la voix assurée, Xavier Crubezy, costume noir et lunettes rectangulaires sur un visage rond. Disant regretter "les tragiques conséquences de (son) tir", le gardien de la paix, qui exerce aujourd'hui dans les CRS, a dit n'avoir pas eu d'autre choix que de faire usage de cette arme, présentée comme non-mortelle.

Le 12 décembre 2010, il avait voulu maîtriser Mustapha Ziani, 45 ans, résident d'un foyer de travailleurs de Marseille, en lui tirant dessus au niveau du thorax avec son Flash-Ball. M. Ziani venait de blesser l'un de ses voisins à coups de couteau, s'était retranché dans sa chambre et avait jeté une tasse à la face du policier. Il est décédé le lendemain d'un arrêt cardiaque.

"Pour moi, quand j'ai tiré, la légitime défense était établie", a assuré le policier à la barre. "On savait qu'il y avait des couteaux qui traînaient, qu'il pouvait s'en servir". "Il se montrait virulent face à nous (...) On a essayé de capter son regard, son attention, pour qu'il se calme et que la tension redescende", a-t-il raconté.

"Vous étiez trois fonctionnaires de police face à un individu acculé contre le mur, armé d'un verre et d'un mug !", lui a rétorqué Me Chehid Selmi, avocat de la fille de la victime.

- "Pas une science exacte" -

L'enquête a démontré que M. Crubezy, pourtant formé, avait utilisé son Flash-Ball à environ 4,40 mètres alors que l'administration exige une distance minimale de 7 mètres.

"La police n'est pas une science exacte. Quand ça arrive, on n'a pas le temps de la réflexion", a tenté de se défendre le policier, qui utilisait le Flash-Ball pour la première fois lors d'une intervention.


Lire la suite : Flash-Ball: prison avec sursis requise pour l'auteur d'une bavure


Articles en Relation

Diego Maradona est mort : "el Pibe de Oro", génie indomptable L’ancien footballeur argentin Diego Armando Maradona, champion du monde en 1986, est décédé ce mercredi 25 novembre. Il venait tout juste de fêter ses...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA