Faut-il arrêter de baiser pour être heureux? Réponses avec le podcast «Vivre sans sexualité»

Sociétés

Qui a le temps de faire l'amour encore plus de deux fois par semaine? | Morgan Lane via Unsplash

Pour «LSD, la série documentaire» de France Culture, Ovidie et Tancrède Ramonet explorent l'abstinence sexuelle, voulue ou non. Une écoute qui bouscule notre vision de la sexualité.

«L'autre jour je lisais un article qui disait que la moyenne nationale française c'était deux fois et demi par semaine –déjà le demi je me demande ce que ça veut dire–, je ne vois pas qui a le temps de faire ça en fait.» C'est vrai ça, qui fait l'amour encore plus de deux fois par semaine?

Dès le début de «Vivre sans sexualité», série en quatre épisodes produite pour LSD, la série documentaire sur France Culture, la documentariste féministe Ovidie met les pieds dans le plat: les injonctions à la sexualité, elle n'en peut plus. Après tout, a-t-on vraiment besoin de baiser, se demande-t-elle en conversant avec le réalisateur et chanteur Tancrède Ramonet.

«Dans la pyramide de Maslow, qui définit les besoins humains, la sexualité apparaît comme l'un des besoins fondamentaux de l'espèce humaine, au même titre que l'alimentation, la respiration ou le sommeil. Donc vivre sans sexe c'est pas évident, ça peut avoir des effets, ça peut être hyper dangereux!», lui répond Tancrède Ramonet, effrayé par le «syndrome des couilles bleues» dont il n'a pourtant jamais fait l'expérience. Qu'à cela ne tienne, les deux comparses se lancent un défi: arrêter le sexe le temps que durera leur enquête sur l'abstinence sexuelle, comme une sorte «d'observation participante» de leur objet d'étude.

Les effets de l'abstinence

Quoi de mieux pour des débutants de l'abstinence que de se tourner vers des expert·es pour mieux apréhender leur expérimentation? Après avoir évacué les idées fausses selon lesquelles le sexe serait nécessaire au bien-être de l'être humain et que le corps (notamment masculin) aurait besoin de sexe pour une question d'«hygiène», Tancrède Ramonet et Ovidie interrogent des personnes qui sont abstinentes, par choix ou non, pour recueillir leurs expériences.

«Je me suis déjà senti sale plusieurs fois en baisant trop peu», confie le poète François Nombret, en pleine traversée du désert sexuel depuis six ans.

De son côté, la journaliste Sophie Fontanel se dit «assez heureuse» de ne presque pas avoir de rapports sexuels. Simple différence de tempérament ou les hommes ont-ils plus de besoins sexuels que les femmes?

«Ça dépend de ce qu'on appelle “sexualité”», répond Ovidie. Pour l'ancienne activiste féministe pro-sexe qui a exercé plusieurs activités au sein de l'industrie pornographique dans les années 2000, le terme évoque davantage le toucher, les caresses et la tendresse. Pour Tancrède Ramonet, homme de 46 ans qui craint les troubles de l'érection qui pourraient survenir avec l'âge, la sexualité est surtout synonyme de performance, où il faut à tout prix bien bander et éjaculer. Pas simple de définir ce qu'est l'abstinence lorsque l'on n'investit pas le terme de la même manière.

Sortir de la sexualité ou la réinventer?

«Une femme, pour se préparer à avoir un rapport sexuel, doit limite poser un RTT: il faut s'épiler, se refaire les racines, mettre de la lingerie à 200 balles, se coiffer, se maquiller... dit Ovidie dans le dernier épisode de la série. Tout ça pour quoi? Pour qu'au bout de cinq minutes le mec te dise qu'il ne bande plus, ou pour qu'il te baise mal.» À quoi bon, en effet, continer à reproduire une sexualité érotisante et pressurisante tant pour les femmes que pour les hommes?...

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Faut-il arrêter de baiser pour être heureux? Réponses avec le podcast «Vivre sans sexualité»

Articles en Relation

Léa, «teetotaler»: «C'est cool de s'amuser autant voire plus sans boire d'alcool... Les matinées Daybreakers sont ponctuées de kombucha. | Katherine Sousa via Unsplash L'auto-interdiction absolue et sans dérogation de consommer de l'...
Le Covid-19 pourrait bien mettre un terme aux grosses fêtes de mariage Mettre l'organisation des réjouissances sur pause permet de prendre conscience de la contrainte qu'elles représentent. | Foto Pettine via Un...
Le désir de choper plus haut et plus beau nous a-t-il rendus malades? Derrière l'objet de notre amour se cache l'idée que l'autre viendra combler nos failles narcissiques. | Anastasia Sklyar via Unsplash Nous publi...
«Dette de sexe»: pourquoi les femmes se sentent parfois obligées d'accepter des ... Un couple s'embrassant à Paris, en mai 2020. | Ludovic Marin / AFP  Une recherche récente montre que de nombreuses jeunes femmes consentent à un...
Dans les couples formés sur des applis, le malaise de l'anti-romantisme Aujourd'hui, s'en remettre aux algorithmes est «le deuxième moyen le plus courant pour les couples hétérosexuels de se rencontrer». | Alexan...
Sur TikTok, les ruptures se vivent à cœur ouvert Ces vidéos peuvent devenir virales, montant jusqu'à plus d'un million de vues. | Capture d'écran via YouTube  Sur le réseau social, des milliers...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA