Face au Covid-19, le nouvel essor de la fête à la maison

Sociétés

«Les Français font la fête dans les campagnes, dans les appartements, tout se réinvente.» | Droits réservés pour Slate.fr 

Malgré les risques sanitaires, les soirées et festivals privés se multiplient un peu partout en France.

Sur une scène équipée d'un jeu de lumières disco, de platines professionnelles et de fumigènes, Amaury, 25 ans, alias ANecDote, enchaîne les morceaux de techno. Au beau milieu d'une forêt de 135 hectares à Mayenne, la foule déchaînée et costumée se déhanche, des verres en plastique à la main.

Amaury a été contacté pour mixer avec cinq autres DJ lors de ce mini-festival d'un week-end de la mi-juillet, au cœur d'un complexe composé de trois scènes, d'une piscine, d'une centaine de gîtes et d'un terrain de pétanque. Une participation financière de 88 euros par personne était requise pour cet événement, d'un budget total de 8.000 euros.

«Il y avait des teufeurs de tous horizons, beaucoup de Parisiens, mais aussi des étrangers. J'ai rencontré des collectifs parisiens avec lesquels je vais rester en contact», se réjouit Amaury, qui a mixé plusieurs fois au cours du week-end.


Le festival de Mayenne était organisé dans une grande propriété avec piscine. | Droits réservés pour Slate.fr

Pour Juste, 30 ans et chef adjoint de cour chez un négociant en matériaux de construction, l'ambiance était «à mi-chemin entre un gros festival et une soirée entre potes. C'était plus intimiste que lorsque l'on participe à une fête publique. Les personnes présentes étaient toutes des amis d'amis, ce qui facilitait l'échange. C'était exactement ce dont j'avais besoin».

Deux semaines plus tard, des cas de Covid-19 ont été identifiés parmi les participant·es de la soirée, alors que le seuil d'alerte à Mayenne avait été dépassé et quinze nouveaux clusters identifiés. Juste, ainsi que les organisateurs de la soirée, affirment néanmoins qu'il n'existe pas de lien entre la soirée et les contaminations.

«Si les Français veulent s'amuser, ils le feront»

Avec l'autorisation des rassemblements de plus de dix personnes dans les lieux privés et le maintien de la fermeture des discothèques, les festivals et grandes soirées organisées chez les particuliers se multiplient...

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Face au Covid-19, le nouvel essor de la fête à la maison

Articles en Relation

Le port du masque aura-t-il raison du maquillage? C'est surtout le rouge à lèvres qui fait grise mine, depuis qu'il n'a plus l'occasion de remplir sa fonction. | Ani Kolleshi via Unsplash L'obli...
Le masque est-il un frein à la séduction? Forcément, on misera davantage sur le regard. | Vera Davidova via Unsplash À l'époque du Covid-19, nous devons nous défaire d'un élément majeur de la...
L'insoutenable légèreté des soirées pyjama du couvre-feu Ceux et celles qui rechignent d'ordinaire à rentrer chez eux ou chez elles sont ici encouragé·es à s'incruster. | Kelsey Chance via Unsplash...
À l'heure du Covid-19, le manque de contacts physiques affecte nos vies «L'élan de socialité est un élan vital, c'est comme manger et boire», selon Fabienne Martin-Juchat, professeure en sciences de la communication.&...
Le Covid-19 pourrait bien mettre un terme aux grosses fêtes de mariage Mettre l'organisation des réjouissances sur pause permet de prendre conscience de la contrainte qu'elles représentent. | Foto Pettine via Un...
La semaine imaginaire de Guy Bedos Guy Bedos à l'Olympia, le 23 décembre 2013. | François Guillot / AFP  Chaque samedi, Louison se met dans la peau d'une personnalité qui a f...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA