Européennes : le parti de Marine Le Pen aborde la campagne avec de solides atouts

Politique

Avec 22 % d’intentions de vote, le RN obtient un score élevé, supérieur à celui du premier tour de l’élection présidentielle de 2017

Le Rassemblement national (RN) talonne désormais la liste de La République en marche (LRM). Avec 22 % d’intentions de vote, il obtient un score élevé – supérieur à celui du premier tour de l’élection présidentielle de 2017. Après une progression d’un point par rapport à la vague du mois de février, il se retrouve au même niveau, à période comparable, que lors de la précédente élection du Parlement européen. Solidement installé, le RN puise sa singularité dans une addition d’oppositions : aux migrations, à l’Union, à Macron.

Il y a, d’abord, lorsque l’on analyse la hiérarchie des préoccupations, une véritable obsession migratoire. L’immigration domine tout et écrase tout. Les électeurs du RN sont les seuls à la placer en tête de tous les enjeux pour la France – 20 points au-dessus des électeurs de LR et 50 points au-dessus des électeurs de LRM et de la gauche. Ils sont également les seuls à marginaliser les autres enjeux pour l’Europe : chez les électeurs du RN, l’écart entre l’immigration et l’environnement ou les inégalités sociales culmine à près de 50 points quand, chez l’ensemble des Français, il est seulement d’un peu plus de 10 points.

Il y a, ensuite, une profonde tentation de sortie de l’Union européenne. 51 % des électeurs du RN déclarent en effet qu’ils éprouveraient « un vif soulagement » si l’Union européenne était abandonnée quand une majorité absolue de tous les autres électorats (60 % pour LR, 72 % pour le PS, 86 % pour LRM) et même une majorité relative des « insoumis » (42 %) déclarent, à l’inverse, que cette perspective provoquerait « de grands regrets ».

Bloc solide

Il y a, enfin, un rejet viscéral du président de la République. En effet, 91 % des électeurs du RN – rejoints sur cet unique sujet par les électeurs de LFI –, n’approuvent pas son action et 87 % pas davantage sa personnalité.

Cette trilogie d’oppositions radicales constitue la singularité des électeurs du RN. Leur sociologie reste stable : le parti de Marine Le Pen est en tête, de loin, dans les milieux populaires mais, plus largement, chez les actifs. Leur fidélité, surtout est remarquable : 75 % des électeurs de Marine Le Pen de 2017 qui votent à l’élection européenne réitèrent leur choix de l’élection présidentielle en votant pour le RN quand tel est le cas de moins de 60 % de ceux d’Emmanuel Macron et aux alentours de 40 % de ceux de François Fillon et de Jean-Luc Mélenchon. Enfin, au-delà de leur fidélité, ils sont plus que tous les autres assurés de leur choix : près de 80 % d’entre eux le considère « définitif » – c’est un peu plus que les électeurs de LRM et beaucoup plus que tous les autres.


Lire la suite : Européennes : le parti de Marine Le Pen aborde la campagne avec de solides atouts


Articles en Relation

Municipales : Marine Le Pen lance un appel « à tous ceux qui, chez LR, n’ont pas... La présidente du Rassemblement national (RN) se dit prête « à mettre en œuvre des plateformes d’action communes » pour les municipales. M...
Européennes : Nathalie Loiseau, candidate solide mais peu flamboyante Peu connue du grand public, cette diplomate de 54 ans n’avait pas forcément vocation à conduire la liste de la majorité pour le scrutin du 26 mai. ...
Pour les municipales, le Rassemblement national mise sur les élus locaux Les Rép... Marine Le Pen a lancé la bataille dès l’échec de la droite aux européennes. Objectif : des ralliements, voire des alliances. Une droite réduite en ...
Hamon et Faure, les colocs font chambre à part Les anciens rocardiens si proches dans leur jeunesse sont devenus rivaux, jusqu’à s’opposer aux européennes. Sur la photo de groupe, Alain Bauer, M...
Des députés de gauche appellent le président à protéger l’IVG des « ingérences p... Demandant au gouvernement de passer « des symboles aux actes », les élus entendent protéger le droit à l’avortement via une proposition de...
« Gilets jaunes » : Macron face à une crise sans fin Editorial du « Monde ». Après quatre mois de tension incessante, le président de la République pensait pouvoir décompresser le temps d’un week-end. ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA