En photos : la France compte désormais le plus grand nombre d’aires protégées au monde

Environnement

Avec cinq nouveaux sites classés sur la liste verte de l’UICN, répertoriant les sites naturels les mieux gérés et protégés au monde, la France est le pays qui en compte le plus. Des calanques marseillaises au îles Kerguelen, découvrez ces 10 trésors hexagonaux.

L'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a intégré 15 nouveaux sites en novembre 2018 sur sa liste verte, qui en compte désormais 40. Lancée en 2014, cette initiative récompense l’efficacité de la protection et de la gestion des sites ayant un impact positif sur la nature et les populations. Elle permet également de mesurer les progrès vers l’Objectif 11 d’Aichi, pour la biodiversité des Nations Unies. Son ambition est que 17 % des zones terrestres et 10 % des zones marines soient efficacement conservées et équitablement gérées d’ici à 2020. Parmi les 15 nouveaux sites, 5 sont Français, ce qui fait de l’Hexagone le premier contributeur avec un total de 10 sites sur 40. Les voici en images et en vidéos.

Parc marin de la Côte bleue

Créée en 1983, cette aire protégée à l’ouest de Marseille couvre 189 km2 . De l'Anse des Laurons à l'ouest, à la Pointe des Corbières à l'Est, et sur le milieu marin adjacent jusqu'à 3 milles au large, la pêche, sous toutes ses formes, y est interdite ainsi que le mouillage des bateaux, le dragage et la plongée sous-marine, afin de reconstituer les biotopes naturels. Plusieurs récifs artificiels ont été immergés pour favoriser la colonisation des espèces et protéger les fonds marins.

 

Plongée en apnée au Parc Marin de la Côte Bleue (Carry le Rouet)
Plongée dans le parc marin de la Côte bleue. © Raphael Colin, YouTube

Parc naturel régional des Vosges du Nord

Déjà reconnu réserve de biosphère par l’Unesco, le parc naturel régional des Vosges du Nord s’étend sur 1277 km2 dont les deux tiers sont couverts de forêts. Créé en 1975, il comprend aussi 2.350 hectares de vergers, 1.200 km de cours d’eau et 40 châteaux classés ou inscrits aux monuments historiques. Parmi les actions emblématiques de la réserve, la protection des faucons pèlerins : 124 fauconneaux ont pris leur envol dans cette réserve depuis 20 ans.

Les châteaux de Windstein, dans le parc naturel régional des Vosges du Nord. © Ranulf 1214, Flickr

Les châteaux de Windstein, dans le parc naturel régional des Vosges du Nord. © Ranulf 1214, Flickr

Réserve naturelle nationale des Terres australes françaises

Les Terres australes françaises sont les plus vastes des rares terres émergées de l’océan Indien sud. La réserve est un site d’importance majeure pour la reproduction de nombreux oiseaux marins de de 205 espèces de poissons. L’archipel Crozet héberge, quant à lui, la plus vaste colonie mondiale de manchots royaux. Malgré sa taille immense (près d’un million de km2), elle bénéficie désormais d’une protection rapprochée, notamment contre la surpêche et contre les espèces invasives.

De jeunes manchots des îles Crozet, dans la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises. © Dimitri Damasceno, Wikipedia

De jeunes manchots des îles Crozet, dans la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises. © Dimitri Damasceno, Wikipedia

Réserve biologique intégrale du Bois du Loc’h

La réserve du Bois du Loc’h, dans la forêt domaniale de Landévennec, est la première réserve biologique de Bretagne. D’une surface de 66 hectares, elle vise à étudier l’évolution naturelle des habitants forestiers sans intervention sylvicole. Le site constitue un échantillon représentatif de la faune et flore de la région, avec une grande variété d’arbres, notamment une hêtraie-chênaie descendant jusqu’au bord de la mer. Une signalétique à but pédagogique a été mise en place à destination des promeneurs.

La réserve biologique intégrale du Bois du Loc’h © Henri Moreau, Wikipedia

La réserve biologique intégrale du Bois du Loc’h © Henri Moreau, Wikipedia

Réserve nationale de chasse et de faune sauvage d’Orlu

Nichée au cœur des Pyrénées ariégeoises, la RNCFS d’Orlu possède des habitats remarquables, comme les pineraies à crochet, des tourbières ou des pelouses sèches à orchidées. Elle accueille une flore diversifiée et une grande partie de la faune pyrénéenne (Isard, Grand tétras, ours brun…).

D’une surface de 44 km2, elle est gérée par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) qui y développe des programmes d’étude et de suivi de la faune sauvage.

La réserve nationale d’Orlu, dans les Pyrénées. © Vallée Orlu, YouTube

Parc naturel marin d’Iroise

Le parc naturel marin d’Iroise a rejoint la liste verte de l’UICN en 2014. Situé au large de la pointe du Finistère, c’est le plus grand parc naturel marin français avec ses 3.430 km2. La mer d’Iroise, qui jouit également du statut de réserve de biosphère de l’Unesco et Natura 2.000, possède un grand nombre de paysages représentatifs de l’environnement de l’Atlantique Nord-Est : dunes, falaises, landes, îles, fonds rocheux et sédimentaires… Elle a pour but le développement durable des activités maritimes.

Le parc naturel marin d’Iroise, au large du Finistère. © Tom Chirossel, Wikipedia

Le parc naturel marin d’Iroise, au large du Finistère. © Tom Chirossel, Wikipedia

Parc national des Pyrénées

Créé en 1967, le parc national des Pyrénées a pour objectif la préservation du patrimoine culturel et naturel, le soutien à l’agriculture et au pastoralisme, et la sensibilisation du grand public autour du développement durable. De nombreux inventaires et études scientifiques y sont également menés. Grâce aux différents niveaux d’altitude qui étagent la forêt, on y trouve une vaste diversité de paysages, de faune et de flore, ainsi qu’une riche histoire géologique.

Le lac de Gaube au cœur du Parc national des Pyrénées. © thierry llansades, Flickr

Le lac de Gaube au cœur du Parc national des Pyrénées. © thierry llansades, Flickr

Réserve naturelle marine de Cerbère Banyuls

La Réserve naturelle marine de Cerbère Banyuls s’étend sur 6 km2 sur la côte Vermeille, au nord de la frontière espagnole. Instaurée en 1974, elle garantit la protection de la biodiversité et participe au maintien de la pêche artisanale. Assez original, un sentier sous-marin a été créé pour découvrir ses 49 espèces protégées dont la posidonie, le corail rouge, la grande nacre et la datte de mer (bivalve), la grande cigale (crustacé), la raie blanche ou le grand dauphin.

Le sentier sous-marin de la Réserve naturelle marine de Cerbère Banyuls. © George George, YouTube.

Espace naturel sensible du marais d'Episy

Sur la liste verte de l’UICN depuis 2014, l’espace naturel sensible du marais d'Episy est situé à proximité de Fontainebleau en Seine-et-Marne. D’une surface de 41 hectares, il est aménagé avec un parcours de pontons de 1.200 mètres ponctué de points d’observation. On peut ainsi y apercevoir des espèces végétales rares, comme le scirpe à écaille ou la sanguisorbe officinale, ainsi que des libellules, amphibiens ou gorges bleues à miroir (petit oiseau ressemblant au rouge-gorge).

Le parcours aménagé de l’espace naturel sensible du marais d'Episy. © Pil, Flickr

Le parcours aménagé de l’espace naturel sensible du marais d'Episy. © Pil, Flickr

Parc national de la Guadeloupe

Créé en 1989, ce site est le premier parc naturel d’outre-mer français. D’une surface de 221 km2, il accueille la plus grande foret primaire des Petites-Antilles et les paysages emblématiques de l’île, comme le volcan de la Soufrière, les chutes du Carbet ou la mangrove du Grand Cul de Sac marin. Menacé encore aujourd’hui par l’urbanisation et la pollution, le parc naturel de Guadeloupe mène un programme volontariste de préservation et de sensibilisation via l’écotourisme.

La forêt de Basse-Terre dans le parc national de la Guadeloupe. © Luca Moglia, Flickr

La forêt de Basse-Terre dans le parc national de la Guadeloupe. © Luca Moglia, Flickr


Lire la suite : En photos : la France compte désormais le plus grand nombre d’aires protégées au monde


Articles en Relation

Cet arbre australien est aussi venimeux qu'une araignée En Australie, de nombreux animaux sont venimeux, tout comme les plantes ! Des scientifiques ont analysé la neurotoxine produite par le Gympie-Gympie, ...
Les digues ne nous protégeront pas de la hausse du niveau de la mer Une vague s'écrasant sur la digue de Lomener à Ploemeur en Bretagne le 5 février 2014. | Frank Perry / AFP  Il existe des solutions d'adapt...
Ceci expliquerait pourquoi la Terre connaît des cycles de glaciations depuis 2,6... La Terre est marquée par des cycles de glaciation. Chaque ère glaciaire étant suivie d'une période interglaciaire. Si les scientifiques avançaient, ju...
La moitié des plages dans le monde sont menacées de disparition d'ici 2100 Pourra-t-on encore faire des châteaux de sable d'ici la fin du siècle ? Les plages représentent un tiers des littoraux mondiaux. Quand bien même l'hum...
Quel est le plus vieil arbre du monde ? Les scientifiques connaissent plusieurs spécimens d'arbres individuels les plus vieux du monde mais des populations clonales ont des systèmes racinair...
Les orques sont menacées par leurs interactions avec l'Homme Même les prédateurs les plus redoutables de l'océan n'échappent pas à la pression de l'activité humaine. Selon les rapports d'autopsie réalisés sur un...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA