En Antarctique, une nouvelle espèce invasive nommée touriste

Sociétés

Les bateaux de croisière mettent le cap sur le pôle Sud, menaçant cette terre de paix et de science. Beaucoup appellent à un durcissement de la réglementation.

C'est l'histoire d'un jeune navigateur breton intrépide, parti sillonner en voilier pendant plus de deux ans les mers du monde entier, du Grand Nord arctique à la péninsule antarctique. Il a régulièrement posté ses aventures sur Facebook, suivi par des milliers de fans, et même par la presse, séduite par cette expédition en solitaire. Pas complètement en solitaire en fait, puisque sa poule Monique, rencontrée lors d'une de ses premières escales, l'a accompagné durant tout son périple.

Il l'a filmée et photographiée sous tous les angles, y compris en train de courir gaiement sur la glace australe. Un spectacle insolite qui n'a pas du tout fait rire les scientifiques. «Dans une région aussi fragile, c'est un acte totalement inconscient. Unepoule peut transmettre des maladies aux populations de manchots, notamment la grippe aviaire, s'agace Jérôme Chappellaz, directeur de l'Institut polaire Paul-Émile Victor (Ipev). Plusieurs centaines de touristes avertis des précautions à prendre paraissent moins dangereux pour l'environnement que des initiatives individuelles et irréfléchies comme celle-ci!» Le jeune pionnier s'en est tiré avec une interdiction d'accès à l'Antarctique pendant cinq ans, sanction prononcée par les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) qui représentent la France sur place, en Terre Adélie.

 

Cette histoire de poule peut paraître dérisoire au regard des menaces qui pèsent sur l'Antarctique, à commencer par un réchauffement climatique accéléré. Mais elle illustre aussi le casse-tête que représente la protection de cette région, la dernière sur Terre à rester inhabitée, quasi vierge par endroits, mais hautement vulnérable. Signé en 1959, le Traité sur l'Antarctique (cinquante-trois pays signataires) est certes un bouclier. Il a été renforcé en 1991 par le Protocole de Madrid grâce à une initiative conjointe du Premier ministre de l'époque, Michel Rocard, et de son homologue australien, Robert Hawke, pour contrer la volonté néo-zélandaise d'exploiter les richesses minières australes.

Entré en vigueur en 1998, le Protocole sanctuarise le continent antarctique, devenu «réserve naturelle consacrée à la paix et à la science» où toute extraction de ressources minérales est interdite (au moins jusqu'en 2048) et où toute activité doit «faire l'objet d'une étude d'impact sur l'environnement». Un cas de gouvernance internationale unique, qui a gelé les prétentions territoriales antérieures1.

50.000 touristes par an, le double attendu d'ici 2035

Tant que le tourisme est resté marginal, les règles générales du Protocole ont suffi. Les réunions consultatives du Traité sur l'Antarctique, regroupant chaque année les vingt-neuf pays dotés d'un droit de vote (un droit obtenu grâce à leur implication scientifique) ont d'ailleurs abordé régulièrement le sujet. Mais tout s'est compliqué avec l'essor du phénomène dans les années 2000: de 25.000 en 2002-2003, le nombre de touristes a bondi à 46.200 en 2007-2008, avant de refluer temporairement à 25.300 sous l'effet de la crise mondiale, puis de remonter ces dernières années autour de 45 à 50.000 durant chaque été austral (octobre à mars). Soit dix fois plus que les quelque 5.000 scientifiques sur place l'été.

Si les États-Unis fournissent encore plus du tiers du contigent de visiteurs, la clientèle chinoise monte rapidement en puissance, doublant celles allemande et australienne (contre moins de 2.000 personnes côté français).

Ces chiffres peuvent paraître faibles au regard des 14 millions de kilomètres carrés que compte le continent. En fait, une grande partie des croisières se concentre sur la péninsule antarctique et les îles environnantes, car c'est la zone la plus accessible (à deux jours en mer d'Ushuaïa en Argentine ou de Punta Arenas au Chili), et parce qu'elle est riche en faune à observer et en stations scientifiques à visiter. Selon une étude publiée en février 2016, plus de 76% des débarquements de touristes se sont faits en 2012-2013 sur une surface n'excédant pas 200 hectares. De ce point de vue, on peut redouter des nuisances potentielles propres au tourisme de masse, d'autant que la zone la plus fréquentée est aussi la plus affectée par le réchauffement. Or, les spécialistes estiment que le nombre de touristes va doubler d'ici les quinze prochaines années, à quelque 100.000 par an.

«Une nouvelle approche»

Une perspective assez préoccupante pour que l'Association internationale des voyagistes antarctiques (IAATO), ainsi que plusieurs États –Pays-Bas, Royaume-Uni, France, États-Unis et Nouvelle-Zélande– décident d'organiser une conférence pour définir «une nouvelle approche» du problème. Cette conférence, qui se tient actuellement à Rotterdam (du 3 au 5 avril) réunit aussi les organismes de recherche et les ONG environnementales, ainsi que des représentants des autres pays membres.

Trois thèmes sont sur la table: la croissance future du tourisme; la diversification des activités touristiques (qui, de plus en plus, ne se limitent plus aux débarquements en zodiac mais aussi à des virées en hélicoptère, ski, escalade, kayaks de mer, plongée sous-marine, etc.); et enfin, «le renforcement des moyens pour faire respecter la réglementation actuelle», sessionau cours de laquelle sera également abordée la question du tourisme illégal.

De nombreux spécialistes craignent donc désormais que l'afflux de touristes ne devienne, à terme, ingérable dans cet environnement extrême, imprévisible, et dénué d'infrastructures permanentes. Les dangers sécuritaires sont réels (le naufrage de l'Explorer en 2007 ou le cas du navire russe coincé dans les glaces en 2013 en témoignent), les risques pour l'environnement le sont tout autant: marée noire, déchets, piétinements, perturbations de l'écosystème austral… L'objectif de la conférence est donc de tenter de faire émerger quelques idées avant la prochaine réunion consultative de juillet prochain à Prague.

Autorégulation des tour-opérateurs

Regroupés dès 1991 au sein de l'IAATO, les armateurs et les tour-opérateurs actifs en Antarctique ont élaboré et enrichi au fil des ans leur propre code de conduite: décontamination des bottes et vêtements, conservation à bord des déchets et eaux usées, limitation à 100 du nombre de touristes autorisés à débarquer ensemble sur un site (pour trois heures maximum), distance minimale avec les animaux, interdiction de procéder à des débarquements pour les bateaux transportant plus de 500 personnes (un plafond réduit à 200 sur certains sites).

L'armateur norvégien Hurtigruten (dix-sept navires) mise gros sur les croisières polaires, tout en se revendiquant champion de l'écologie. «Sur nos bateaux, toute l'eau des ballasts est recyclée et le plastique à usage unique est banni depuis six mois», explique Christine Bois-Beauval, la directrice générale du bureau français du groupe. Hurtigruten a investi quelque 850 millions d'euros dans le verdissement de sa flotte avec, notamment, la construction de trois navires à coque renforcée et à propulsion hybride (batterie et GNL), destinés à l'Arctique et à l'Antarctique. Ils seront livrés en 2019, 2020 et 2021. Prochaine étape: passer au biogaz à base de restes de poisson. Pas de projet de brise-glace en revanche, «trop cher, trop gourmand en carburant et entraînant des prix astronomiques pour les clients», ajoute Christine Bois-Beauval, expliquant que le groupe norvégien vend des «safaris polaires» et «de l'authenticité», plus que du luxe.

La Compagnie du Ponant est, elle, spécialiste des croisières de luxe sur des petits navires de moins de 100 ou de 200 cabines. Elle est aussi le leader mondial autoproclamé des expéditions polaires, où elle est présente depuis une vingtaine d'années. Après son rachat en 2015 par la holding Artémis de François Pinault, l'entreprise bretonne est passée elle aussi à la vitesse supérieure, investissant massivement pour porter sa flotte à une douzaine de navires, dont un paquebot brise-glace hybride, qui sera opérationnel en 2021. Il lui permettra d'organiser des circuits dans des zones encore plus reculées, actuellement inaccessibles aux visites.


Lire la suite : En Antarctique, une nouvelle espèce invasive nommée touriste


Articles en Relation

La Nouvelle-Zélande interdit aux touristes de nager avec les grands dauphins Selon le ministère de la Conservation, les interactions avec les êtres humains ont un impact négatif sur le comportement des animaux. Qui n'a jamai...
Les caribous vont-ils (vraiment) disparaître au Canada ? Protéger cet animal mythique du pays relève de l'urgence. Reste à s'entendre sur l'art et la manière d'y parvenir. Le mont Albert est l'une des mon...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA