«Écoliers», à l'école d'un regard ouvert

Vidéo

Une scène d'Écoliers. | Keren Production

Le film est la belle moisson vivante qu'a récoltée le réalisateur Bruno Romy en s'installant, sans préjugé ni volonté de démontrer, avec sa caméra dans une classe de CM2 pendant un an.

Des gamins dans une classe, ils font leurs devoirs, le maître commente et accompagne. Au cinéma, on connaît cette situation. Fictions comme documentaires ont de multiples manières décrit ce qui se passe dans ce lieu à la fois public et fermé, qui nous a tous concernés en tant qu'élèves et concerne encore le plus grand nombre (les parents dont la progéniture est scolarisée), et bien sûr le monde enseignant –et à nouveau nous tous comme citoyens.

Écoliers commence donc classiquement, même si quelques éléments singuliers, dans la manière de travailler de cette classe de CM2 ne répondent pas au schéma habituel. Dans la classe de monsieur Franc, les élèves se déplacent beaucoup, ils semblent travailler parfois seuls et parfois à deux ou à trois. La place du maître est apparemment le plus souvent au fond de la classe.

La référence immédiate est bien sûr Être et avoir de Nicolas Philibert. Cette référence, légitime à propos d'un si beau film, et qui a à juste titre tellement marqué les esprits, est bien utile pour mesurer tout ce qui distingue le film de Bruno Romy et en fait la réjouissante singularité.

Quand Philibert donnait à percevoir des continuités, des perspectives, des inscriptions dans des projets (projets pédagogiques, projets d'existence, environnements familiaux et professionnels) et un imaginaire, sinon un mythe (l'«École» avec sa majuscule républicaine) à partir des situations concrètes d'une classe unique en milieu rural, Écoliers fait tout autre chose.

À mesure que le film avance, et sans qu'il se produise d'événement extraordinaire, c'est la manière de regarder et d'écouter ce qui se joue dans une classe qui peu à peu se configure autrement.

Un autre regard

Parfois la caméra s'arrête sur un visage et observe les émotions qui s'y manifestent alors que le travail scolaire se poursuit alentour. Parfois se noue une petite saynète –drame minuscule ou comédie miniature– entre deux élèves. Parfois c'est l'usage d'un mot, ou la posture d'un corps.

Comme il devrait aller de soi, mais c'est loin d'être toujours le cas au cinéma, chaque enfant est singulier, et le regard du réalisateur ne s'applique pas à une mécanique égalité de traitement, artificielle, mais semble guidé par ce qui le sollicite et peut susciter une attention, un fragment de sens.

Keren Production

Parmi les élèves se trouve Mika, la fille du réalisateur, que reconnaissent ceux qui ont vu le précédent film de Romy, Quand j'avais 6 ans, j'ai tué un dragon, très belle mise en film du récit du combat de la fillette contre la leucémie. Elle n'occupe pas plus qu'un ou une autre le devant de la scène, et l'instituteur, qui semble par ailleurs un remarquable pédagogue, bien moins que ses élèves.

Le film d'école, genre (trop?) fréquenté

Depuis l'inoubliable Zéro de conduite de Jean Vigo, la classe est un espace très souvent porté au cinéma –le site Sens critique a par exemple recensé 179 titres, et sa liste est loin d'être exhaustive. Y manque notamment l'un des plus beaux exemples jamais composés avec une caméra, Journal d'un maître d'école de Vittorio De Seta, aujourd'hui accessible dans une belle édition DVD accompagnée d'un livre très complet.

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - «Écoliers», à l'école d'un regard ouvert

Articles en Relation

Au cinéma cette semaine, cinq chemins singuliers aux multiples accents Louis (Malik Zidi, à gauche) erre dans une jungle hostile, harnaché d'un lourd équipement de photographie. | Capture d'écran Bandes Annonces Cinéma vi...
Les comédies françaises doivent arrêter avec les élèves en culotte courte «C'est toujours la même chose: l'institutrice bombasse, le pion sadique, le prof castrateur, le papier mâché…» | via YouTube «Les Blagues de Tot...
Pendant le confinement, regardez des DVD! De beaux fantômes vous y attendent Willem Dafoe dans «Tommaso» d'Abel Ferrara. | Capture d'écran via YouTube Choix d'objets singuliers plutôt que logique de flux, les DVD sont une...
«Ganja & Hess», morsure à vif d'un passé incandescent Ganja (Marlene Clark), forte femme qui n'est pas au bout de ses surprises. | Capricci  L'édition DVD du film de Bill Gunn, sortie près de cinqua...
Les films à voir sur Netflix pendant le (nouveau) confinement Eric André dans Bad Trip de Kitao Sakurai | Capture d'écran via YouTube Il n'y a pas que les séries dans la vie. Nous nous préparons encore à de lon...
«Ma belle-famille, Noël et moi», une romcom lesbienne à la fois révolutionnaire ... Le couple Abby et Harper. | Capture d'écran via YouTube Cette comédie romantique, sortie le 21 décembre en VOD en France, est un énorme succès d...