Dix bonnes nouvelles concernant le coronavirus

Santé

Plus de quatre-vingts essais cliniques concernant des antiviraux sont en cours. | Louis Reed via Unsplash

Certes, la progression de l'épidémie de coronavirus est préoccupante. Mais il faut rester optimiste: jamais l'humanité n'a été aussi bien préparée à affronter une pandémie.

Que l'épidémie de Covid-19 soit déclarée pandémie ou non, il est clair que la situation que nous vivons actuellement doit être considérée avec le plus grand sérieux. Le coronavirus SARS-CoV-2 se fiche bien de savoir s'il est à l'origine d'une pandémie: en moins de deux mois, il s'est propagé sur plusieurs continents.

On considère qu'une maladie entre en phase pandémique lorsque sa transmission se fait de manière prolongée, efficace et continue, simultanément au sein de plus de trois régions géographiques différentes. Peut-être sommes-nous donc déjà entrés en phase pandémique en ce qui concerne le Covid-19. Mais cela ne signifie pas pour autant que nous sommes condamnés à mort: le fait qu'un virus soit à l'origine d'une pandémie ne reflète pas sa létalité, mais uniquement sa transmissibilité et son extension géographique.

Une chose est sûre: la peur, en revanche, est bel et bien entrée en phase pandémique. Pour la première fois de l'histoire, nous vivons une épidémie en temps réel. Nous sommes sous perfusion d'informations: partout sur la planète, les médias nous informent en temps réel de l'évolution de l'épidémie, plusieurs fois par jour, sept jours sur sept. Nous sommes tenus au courant en direct de chaque nouveau cas. Le fait que le coronavirus a muté trois fois au Brésil a même fait la une des journaux!

J'insiste, nous faisons face à un grave problème. Cependant, il faut se souvenir que l'une des premières victimes du coronavirus aura été l'économie. S'il est important de rendre compte de l'évolution de la situation, il faut également mettre l'accent sur les informations positives. Et elles existent: voici dix bonnes nouvelles concernant le coronavirus.

1. Nous savons ce qui est à l'origine de la maladie

Après la description des premiers cas de sida en juin 1981, plus de deux ans ont été nécessaires pour identifier le virus à l'origine de la maladie, le VIH. Concernant le nouveau coronavirus, les premiers cas de pneumonie sévère ont été signalés en Chine le 31 décembre 2019. Le 7 janvier, le virus responsable avait déjà été identifié. Au jour 10, la séquence de son génome était disponible.

Nous savons déjà qu'il s'agit d'un coronavirus appartenant au groupe 2B, autrement dit de la même famille que le SRAS, et nous lui avons donné un nom: SARS-CoV-2. La maladie qu'il provoque est baptisée Covid-19. Ce nouveau virus est apparenté à un coronavirus de chauves-souris. Les analyses génétiques ont confirmé qu'il est d'origine naturelle, qu'il a émergé récemment (entre fin novembre et début décembre), et que, bien que les virus s'adaptent en mutant, la fréquence de mutation du SARS-CoV-2 n'est pas très élevée.

2. Nous savons comment détecter le coronavirus

Dès le 13 janvier, un test RT-PCR permettant de détecter le virus a été rendu accessible à tout le monde. Ces derniers mois, les tests de ce type ont été perfectionnés, et leur sensibilité et spécificité évaluées.

3. En Chine, la situation s'améliore

Les importantes mesures de contrôle et d'isolement imposées par la Chine portent leurs fruits: le nombre de cas diagnostiqués quotidiennement diminue depuis plusieurs semaines.

Dans d'autres pays, un suivi épidémiologique détaillé est en cours. Les flambées du nouveau coronavirus sont très spécifiques, ce qui peut permettre de les contrôler plus facilement. C'est par exemple le cas en Corée du Sud ou à Singapour.

4. 81% des cas sont bénins

La maladie ne provoque aucun symptôme ou est bénigne dans 81% des cas. Dans 14% des cas, elle peut provoquer une pneumonie sévère et dans les 5% restant, elle peut devenir critique, voire mortelle.

5. Les gens guérissent

Les médias ont parfois tendance à ne rendre compte que de l'augmentation du nombre de cas confirmés et du nombre de décès. Néanmoins, la majorité des personnes qui ont été infectées sont guéries. On dénombre en effet 13 fois plus de guérisons que de décès, et cette proportion est en augmentation.

6. Les enfants ne sont (presque) pas affectés

Seul 3% des cas concernent des jeunes de moins de 20 ans, et la mortalité chez les personnes de moins de 40 ans n'est que de 0,2%. Chez les enfants, les symptômes sont si légers qu'ils peuvent passer inaperçus.

7. Le coronavirus est facilement inactivé

Le virus peut être efficacement inactivé en nettoyant pendant une minute les surfaces contaminées avec une solution d'éthanol (alcool à 62-71%), de peroxyde d'hydrogène (eau oxygénée à 0,5%) ou d'hypochlorite de sodium (eau de javel à 0,1%). Le lavage fréquent des mains avec du savon et de l'eau est le moyen le plus efficace pour éviter les transmissions.

8. Il existe déjà plus de 250 articles scientifiques sur le nouveau coronavirus

L'heure est à la science et à la coopération. En à peine plus d'un mois, 164 articles mentionnant les termes Covid-19 ou SARS-CoV-2 ont été référencés dans la base de données bibliographiques PubMed, qui fait référence pour les sciences biomédicales. De nombreuses autres publications ont également été référencées dans des dépôts d'articles encore non revisés.

Ces travaux préliminaires traitent de vaccins, de thérapies, d'épidémiologie, de génétique et de phylogénie, de diagnostic, d'aspects cliniques, etc. Ils ont été élaborés par environ 700 auteurs et autrices, réparti·es partout sur la planète. Il s'agit de science coopérative, partagée et ouverte. En 2003, lorsque le SRAS est survenu, il a fallu plus d'un an pour obtenir un nombre d'articles moitié moindre. Qui plus est, cette fois-ci la plupart des revues scientifiques ont laissé leurs publications traitant du coronavirus en libre accès....

Lire la suite sur Slate.fr - Dix bonnes nouvelles concernant le coronavirus

Articles en Relation

La France et d'autres pays vont-ils, comme l'Italie, être massivement touchés pa... Le président Emmanuel Macron avec le président de l'AP-HP Martin Hirsch, le ministre de le Santé Olivier Véran et le directeur général de la Santé Jer...
Le coronavirus, sans précédent dans l'histoire des épidémies La mise en quarantaine du Diamond Princess a un avantage: il nous permet de tenter une projection du taux de mortalité du Covid-19. Ici, une passagère...
Sommes-nous correctement préparés au nouveau coronavirus? Depuis que l'épidémie a pris une dimension internationale, les ventes de masques de protection explosent –et leurs prix sur internet aussi. | STR/AFP&...
Coronavirus, premières espérances de traitement par des médicaments «Tout est prêt, nous n'attendons plus que les médicaments», expliquait il y a quelques jours le Pr Yazdan Yazdanpanah chef du service des maladies inf...
Covid-19 et sida, des points communs et des différences Des professionnel·les de santé devant un gymnase reconverti en centre d'urgence Covid-19 à Taverny (Val-d'Oise), le 22 mars 2020. | Ludovic Marin / AF...
Le Covid-19 tue dix fois plus que la grippe Un malade arrive à l'hôpital universitaire de Keimyung à Taegu, en Corée du Sud le 12 mars 2020. | Ed Jones / AFP  Avec le recul, les chiff...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA