De plus en plus de papillons monarques se perdent en route

Sociétés

Et ce n'est pas (forcément) mauvais signe.

Il s'agit sans doute de l'insecte le plus célèbre au monde. Et pour cause, le papillon monarque est non seulement très beau, mais avec sa migration annuelle où des milliers d'individus se retrouvent à un seul endroit pour se reproduire, il est à l'origine d'un des phénomènes les plus mirifiques du monde naturel.

Sauf que depuis maintenant plusieurs années, les spécialistes se font du souci pour lui, car les populations à atteindre les montagnes du Mexique en hiver se font de moins en moins denses. Pour une partie de la recherche, la raison est à chercher du côté d'une chute drastique du nombre de papillons atteignant leur maturité sexuelle, quand pour une autre, il s'agit des périls que les bestioles rencontrent durant leur migration. 

Une étude menée notamment par des scientifiques de l'université de Floride isole une autre explication plus optimiste: la démographie des monarques ne semble pas subir de réelle avanie, c'est simplement que de plus en plus de papillons vont passer l'hiver ailleurs, sur les côtes fleuries du sud de la Floride. 

Autre itinéraire

L'équipe dirigée par Hannah Vander Zanden a examiné par analyse isotopique les ailes et les corps d'un échantillon de papillons prélevés dans sa région. Il en ressort que près de la moitié des insectes étaient nés dans le Midwest américain, soit le berceau principal des populations de l'est des États-Unis.

Jusqu'ici, les spécialistes pensaient que les papillons nés dans cette région partaient ensuite chaque automne vers les régions montagneuses du Mexique. La découverte de Zanden et de ses collègues montre qu'au moins une partie de ces insectes choisit un autre itinéraire et volent dans la direction opposée jusqu'à la Floride, où ils viennent se reproduire et mourir.

«Des recherches antérieures avaient laissé entendre que certains monarques migrateurs terminaient effectivement leur course dans le sud de la Floride, seulement s'ils étaient portés par de forts vents d'ouest, commente pour DeGruyter Andy Davis, chercheur en écologie à l'université de Géorgie et rédacteur en chef de la revue Animal Migration. Mais ces données indiquent qu'ils ont en réalité délibérément voyagé jusqu'à cet endroit.»

L'étude pourrait ainsi permettre de tempérer les propos alarmistes sur la disparition des monarques, surtout si d'autres sites alternatifs de leur hivernage sont découverts.


Lire la suite : De plus en plus de papillons monarques se perdent en route


Articles en Relation

Le cyclo-tourisme, le bonheur de planter sa tente n'importe où Tous les vélo-bivouaqueurs et bivouaqueuses n'ont pas la même philosophie lorsqu'il s'agit de chercher un lieu où se poser. | Bruno Poussard ...
Noël est sauvé, mais à quoi ressemblera-t-il? Avec le Covid-19, il faut repenser notre manière de fêter Noël. | Joel Saget / AFP   Dans le contexte épidémique singulier que no...
Les viols d'enfants dans le milieu sportif, des histoires d'emprise et d'omerta «Je me suis tu pendant quarante-deux ans, je pensais que je ne pourrais jamais dire cela à quelqu'un.» | Quinton Coetzee via Unsplash Nous publi...
La pipe, une passion Française?   «La pipe est comme une parenthèse qui permet de laisser divaguer ses pensées.» | Josh Rocklage via Unsplash   Autrefois marq...
Comme une envie de changer de métier en rentrant de vacances «Les gens rentrent de vacances et se disent “ça ne va pas du tout, je reviens à mes activités initiales et c'est super déprimant”.» | Abbie Bernet via...
La voiture tue trois fois plus de personnes par kilomètre que le vélo  Pédaler un peu plus, c'est déjà des morts en moins. | Eduardo Enrietti via Unsplash Au Royaume-Uni, une équipe de recherche a mesuré ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA