Dans les lumières vibrantes de «Balloon», la voie et la voix de Pema Tseden

Actualités

Balloon, à la fois onirique, métaphorique et très ancré dans son territoire. | Condor Film

À l'occasion de la sortie de son nouveau film, magnifiquement porté par le sens du sacré et du quotidien, rencontre avec le grand cinéaste tibétain.

Le septième film de Pema Tseden, et le troisième à être distribué en France après Tharlo et Jinpa, confirme avec éclat que son auteur n'est pas seulement un très bon réalisateur tibétain représentatif de la culture de son peuple, mais un des grands artistes du cinéma contemporain.

L'humour, la tendresse, la cruauté et la beauté se sont penchées comme autant de fées puissantes mais ambiguës sur ce récit aussi tonique que complexe.

Il y a le berger très préoccupé des marques de sa virilité et les gamins qui ont des idées pour s'amuser avec des préservatifs. Il y a l'épouse imprégnée de respect pour les valeurs traditionnelles et sa sœur blessée par un amour déçu, qui va peut-être devenir nonne. Mais personne n'est réductible à une seule fonction ni à un seul trait de caractère. Pas plus le grand-père que les enfants.

Il y a un amoureux transi, des malentendus et des trahisons comme dans une pièce de Marivaux, le conflit entre le contrôle des naissances imposé par la loi et les croyances religieuses bouddhistes concernant la réincarnation, et des affrontements au grand air entre hommes rudes comme dans un western.

Il y a un livre qui brûle et un adolescent qui essaie de trouver son chemin, l'immensité bouleversante des paysages tibétains et les lois de la République populaire de Chine. Le sens du sacré et le sens du quotidien. Avec un sens impressionnant de la composition, le cinéaste tisse ainsi les multiples fils de son récit, et leurs multiples colorations.

Il y a les images qui semblent palpiter d'une vie intense, souvent douloureuse, parfois d'une folle sensualité –particulièrement les intérieurs des maisons traditionnelles. Une romance très émouvante et des moments proches du fantastique inscrits très naturellement dans un réalisme âpre et puissant.

Il y a la compassion et l'ironie dans la manière qu'a Pema Tseden de filmer le machisme de ses compatriotes, la brutalité des humains et de la nature, mais aussi la diversité des manières de percevoir le monde, et plusieurs idées respectables sur comment mener son existence.

Il y a dix figures attachantes et deux personnages féminins d'une présence intense: Drolkar, paysanne, épouse du berger Dargye et déjà mère de trois fils, et Drolma sa sœur, l'amoureuse déçue en route pour le monastère.

Il y a, partout et sous de multiples formes, de la liberté et de la contrainte, de la générosité et de l'obstination butée, des pulsions de vie, des formes de soumission et des échappées de rêve.

Fable inscrite dans une réalité très située, Balloon est incroyablement accessible à quiconque, où qu'il vive et quel que soit son mode de vie. Cela méritait d'aller en parler avec son auteur....

Lire la suite de cet Article avec Slate.fr - Dans les lumières vibrantes de «Balloon», la voie et la voix de Pema Tseden

Articles en Relation

La Berlinale, confinée mais ouverte au monde et aux formes Memory Box, quand effusions d'adolescence amoureuse et explosions mortelles de la guerre s'inscrivent ensemble dans l'image. | Berlinale  Dans d...
Il n'y a pas que dans «Kaamelott» que le royaume d'Arthur est pourri Le ton est comique mais aussi tragique, dans un royaume où le roi, justement, ne veut pas être roi. | Capture d'écran SND via YouTube Au XIIe siècle,...
Les Films à voir au cinéma le 19 mai, et les semaines suivantes Certains craignent la ruée vers les salles obscures. | Krists Luhaers via Unsplash Pour se réjouir de la réouverture des salles, s'orienter dans...
Gal Gadot décriée en tant que Cléopâtre, mais que sait-on des origines de cette ... Gal Gadot à la Vanity Fair Oscar Party, au Wallis Annenberg Center for the Performing Arts (Beverly Hills, Californie), le 9 février 20...
Cannes 2021, jour 7: le bel envol de «Drive My Car» Le metteur en scène Kafuku (Hidetoshi Nishijima) et la conductrice Misaki (Toko Miura), deux personnages en quête d'une place au monde, au-delà de ce ...
Jean-Paul Belmondo, deux fois trois décennies pour construire le Bébel national Jean-Paul Belmondo, à jamais inoubliable dans Pierrot le Fou. | Capture d'écran Rialto Pictures via YouTube Vedette incontestée du cinéma f...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA