Covid-19: la France, championne des dépenses publiques sociales

Economie

La situation devrait s'améliorer dans les prochains mois, mais cette reprise s'annonce inégale selon les pays. | Alexandre .L via Unsplash

Malgré la perspective d'un vaccin, les économistes se montrent réservés et les organisations humanitaires dressent un premier bilan très lourd de la pandémie.

C'est reparti! Déjà, à la sortie du premier confinement, les financiers avaient bruyamment salué la reprise de l'activité et poussé Wall Street vers de nouveaux records pendant l'été alors même que de nombreuses inconnues subsistaient sur la suite des événements. Cette fois, c'est l'annonce de la mise au point de plusieurs vaccins et de leur commercialisation qui fait flamber les cours alors que des mesures de confinement plus ou moins sévères restent en application dans de nombreux pays et que le nombre journalier de cas détectés atteint des sommets aux États-Unis et remonte au Brésil.

Nouveaux records à Wall Street

Le vendredi 4 décembre, les trois indices phares de la bourse de New York, le Dow Jones, le S&P 500 et le Nasdaq Composite, ont tous battu leurs records. Ce ne sont donc plus seulement les grandes valeurs technologiques et de nouvelles venues comme Tesla (qui vaut aujourd'hui environ 468 milliards d'euros, quand Peugeot et Renault ensemble n'arrivent pas à 30 milliards) qui tirent leur épingle du jeu: la plupart des grandes sociétés cotées sont à la hausse, seuls quelques secteurs comme l'énergie (principalement les compagnies pétrolières) et les financières n'ayant pas encore retrouvé leur niveau du début de l'année.

Les mesures votées par le Congrès pour soutenir l'économie ont parfaitement joué leur rôle. Il en est ainsi notamment du programme Paycheck Protection d'aide aux petites et moyennes entreprises: non seulement elles ont pu bénéficier de prêts, mais le remboursement de ces prêts pouvait ne pas être exigé si l'emploi était sauvegardé. Compte tenu du choc subi au premier semestre et du recul du PIB, les résultats des entreprises auraient dû chuter. Cela n'a pas été le cas. Selon les statistiques publiées par le Bureau of Economic Analysis, les profits n'ont reculé que de 12% au premier trimestre et 10% au deuxième avant de remonter de façon spectaculaire de 27,1% au troisième. Cette remarquable résistance du système productif américain explique en grande partie les performances boursières.

Plus de 340 millions par jour de gain pour Elon Musk

Elon Musk, qui détient plus de 20% du capital de Tesla, a vu sa fortune augmenter en moyenne de plus de 340 millions de dollars par jour depuis le début de l'année. Mais le bonheur des actionnaires n'est pas celui de l'ensemble des Américains. Comme le souligne Jerome Powell, président de la Réserve fédérale des États-Unis, bien des incertitudes demeurent. Plus de la moitié des vingt-deux millions d'emplois perdus en mars et avril ont été regagnés; c'est bien, mais cela signifie que plus de dix millions d'entre eux ne l'ont toujours pas été et que beaucoup ne le seront pas avant plusieurs mois, voire plusieurs années.

Laurence Boone, économiste en chef de l'OCDE, se place exactement dans cette perspective: «En dépit du formidable soutien d'urgence apporté par les pouvoirs publics, et même dans un scénario favorable, la pandémie aura mis à mal le tissu socio-économique partout dans le monde. Dans de nombreuses économies, la production devrait rester, en 2022, inférieure de 5% aux prévisions d'avant la crise, faisant craindre que le coût élevé de la pandémie ne s'inscrive dans la durée.» Angel Gurria, secrétaire général de cette même organisation, expose très concrètement ce que représentent les pertes de production de ces derniers mois et le lent redressement à venir: «Nous estimons que le PIB mondial sera fin 2022 inférieur de 7.000 milliards de dollars –soit environ presque un tiers de l'économie américaine– à ce que nous anticipions avant la pandémie, autrement dit des répercussions colossales en termes économiques et humains.»...

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Covid-19: la France, championne des dépenses publiques sociales

Articles en Relation

GameStop, la revanche des petits porteurs sur les loups de Wall Street? Pas si s... Un magasin GameStop, à New York. | Spencer Platt / Getty Images North America via AFP  Des investisseurs individuels qui font plonger des fonds ...
Le surplus d'épargne dû au Covid-19, un problème de (pays) riches Le ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance français, Bruno Le Maire, lors d'une rencontre avec la directrice de l'Organisation mondiale ...
Victoria's Secret écrit la fin de son conte de fées La vitrine d'un magasin Victoria's Secret fermé à cause de la crise sanitaire du Covid-19, le 20 mars 2020 à Chicago. | Scott Olson / Getty ...
L'industrie des croisières est-elle sur le point de baisser pavillon? Des paquebots de croisière attendent l'autorisation de débarquer dans la baie de Manille, aux Philippines, le 31 mai 2020. | Ted Aljibe / AFP  L...
Surveillance, contrôle, traçage: les salariés n'ont jamais été aussi fliqués qu'... Tous ceux qui peuvent te?le?travailler sont particulie?rement sujets a? l'invasion de leur sanctuaire. | Gabriel Benois via Unsplash La crise sanitai...
Ce n'est pas parce que l'économie va mieux qu'il faut se croire tiré d'affaire Le nouveau Premier ministre et le ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, vont devoir faire face à une situation économique post-confin...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA