Coronavirus, quand l'Occident manquera de médicaments

Santé

Le gouvernement français a pleinement pris la mesure de la nature et de l'ampleur de la menace. | qimono via Pixabay

Malgré nombre d'alertes ces dernières années, 80% des matières premières de médicaments restent produites en Asie.

Confrontée aux différentes conséquences possibles de l'extension de l'épidémie du Covid-19 Agnès Buzyn, alors ministre des Solidarités et de la Santé, a dit publiquement ses inquiétudes. Dans cette équation à inconnues multiples, une certitude: s'il ne dispose, à court terme, d'aucune parade contre l'épidémie, le gouvernement français a pleinement pris la mesure de la nature et de l'ampleur de la menace. Et il tient à le faire savoir. Jeudi 13 février, lors d'une conférence de presse, la ministre annonçait que cette contagion pourrait entraîner des problèmes d'approvisionnement de médicaments en France et en Europe.

«À ce stade, aucun problème d'accès ou de pénurie de médicaments n'a été signalé, ni en France ni au niveau européen. Mais l'industrie pharmaceutique mondiale est très dépendante des activités de production de matières premières en Chine, expliquait-elle. Et si cette production devait être réduite pendant une longue période, des impacts sur la disponibilité de certains médicaments sont possibles.»

On peut le dire autrement: faute d'être rapidement maîtrisée, l'épidémie due au nouveau coronavirus pourrait conduire à des tensions majeures sur la disponibilité des spécialités pharmaceutiques, à des situations de pénuries et à des mesures de rationnement des médicaments –tant en milieu hospitalier que dans les pharmacies d'officine. On imagine sans mal les conséquences médicales, éthiques et politiques d'une telle situation. Comment pallier le manque de médicaments essentiels comme les antibiotiques, les anticancéreux, les vaccins, les antidépresseurs, les anxiolytiques ou les antalgiques? Comment hiérarchiser les priorités entre les patient·es? Comment prévenir l'installation de marchés noirs médicamenteux?

L'urgence de l'indépendance

Pour parer à cette éventualité, Agnès Buzyn a aussitôt demandé à l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) le lancement d'une «analyse de risque» afin «d'identifier dès à présent toutes les ruptures possibles d'approvisionnement en médicaments lorsqu'il y a un lien avec la Chine». Ce travail sera effectué en parallèle au niveau européen par l'Agence européenne du médicament.

Interviewée à propos de l'avancée des travaux, la Direction générale de la Santé (DGS) précise que l'ANSM a demandé aux organisations représentatives des industries de santé (médicaments, dispositifs médicaux et dispositifs médicaux de diagnostic in vitro) d'identifier, pour les produits commercialisés en France, ceux dont la fabrication dont toute ou partie est réalisée en Chine, et de mobiliser les mesures ad hoc pour garantir la continuité de la couverture des besoins sanitaires pour les patient·es français·es. Les résultats de ces interrogations «devraient être disponibles dans les prochains jours». Des démarches équivalentes sont menées à l'échelon de l'Agence européenne du médicament.

La veille de l'annonce de la ministre, l'Académie nationale de pharmacie avait lancé une alerte rappelant que 80% des principes actifs pharmaceutiques utilisés sur le Vieux Continent sont fabriqués hors de l'espace économique européen –dont une grande partie en Asie. On estime que la Chine exporte surtout les matières premières nécessaires à la fabrication de médicaments, mais le pays produit déjà aujourd'hui 60% du paracétamol, 90% de la pénicilline et plus de 50% de l'ibuprofène mondiaux.

«La preuve est faite une nouvelle fois que, du fait de la multiplicité des maillons de la chaîne de production, il suffit d'une catastrophe naturelle ou sanitaire, d'un événement géopolitique, d'un accident industriel, pour entraîner des ruptures d'approvisionnement pouvant conduire à priver les patients de leurs traitements, souligne l'Académie nationale de pharmacie. La maîtrise de la fabrication des matières premières à usage pharmaceutique est devenue un enjeu stratégique national et européen.»

Et d'ajouter qu'il y a urgence à créer les conditions d'une relocalisation en Europe de la synthèse des substances actives et des excipients indispensables à la formulation pharmaceutique. Urgence à retrouver, comme jadis, une indépendance au niveau européen, en particulier pour les «médicaments indispensables» comme les antibiotiques ou les anti-cancéreux. Relocaliser sur notre sol, en somme, «la production de nos matières premières pharmaceutiques».

Cette menace avait déjà pu être perçue depuis plusieurs années, en dehors du cercle des spécialistes, via des épisodes récurrents de pénurie ponctuelle, ou durable, de telle ou telle spécialité pharmaceutique. Les prescripteurs, pharmaciens et patientèle françaises commençaient alors à découvrir les conséquences de mouvements tectoniques pharmaceutiques d'ampleur mondiale. À commencer par les demandes croissantes émanant des populations des pays de moins et moins émergents, où se situent désormais les principaux lieux de production des matières premières. Il y a trente ans, 20% des matières actives étaient produites en dehors de l'Union européenne, une proportion qui atteint aujourd'hui 80%.

C'est aussi là, ce qui est moins connu, une conséquence du souci légitime de préserver l'environnement. «Le jeu combiné de la mondialisation, de la crise économique, de l'augmentation des exigences réglementaires, pharmaceutiques et environnementales fait que l'on assiste en Europe à l'abandon de fabrication de matières actives à usage pharmaceutique», souligne l'Académie de pharmacie. Elle observe ainsi que le tissu industriel européen de la chimie fine pharmaceutique est confronté à des normes environnementales sans commune mesure à celles s'imposant aux opérateurs de pays tiers....

Lire la suite sur Slate.fr - Coronavirus, quand l'Occident manquera de médicaments

Articles en Relation

Le Covid-19 tue dix fois plus que la grippe Un malade arrive à l'hôpital universitaire de Keimyung à Taegu, en Corée du Sud le 12 mars 2020. | Ed Jones / AFP  Avec le recul, les chiff...
Comment choisir son désinfectant contre le coronavirus Les désinfectants pour les mains contenant plus de 60% d’alcool sont les plus efficaces. | Rodriguo Buendia / AFP   Les offres se sont...
Quelques conseils pour rassurer vos enfants sur le coronavirus Le coronavirus, menace fantôme génératrice d'angoisses chez les enfants. | Charlein Gracia via Unsplash Risques industriels, menace terroriste, coron...
Que valent vraiment les masques en tissu fabriqués à la maison contre le coronav... «À la guerre comme à la guerre», répondent les soignant·es qui manquent de moyens au mot d'ordre du président Macron. | Sophie Cmbr  Confectionn...
Que manger lorsque l'on perd le goût et l'odorat? «Tout d'un coup, les plaisirs, comme manger des Coco Pops l'après-midi, n'existent plus.» | Thought Catalog via Unsplash L'altération de ce...
Le Coronavirus Covid-19 sera un révélateur, des États et des personnes L'Europe a dédcidé de fermer l'espace Schengen pendant trente jours pour limiter la propagation du SARS-CoV-2. | Claus Fisker / Ritzau Scanpix / ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA