Convalescente, la droite a fait sa rentrée éclatée

Politique

Les Républicains se sont réunis samedi à La Baule, tandis que Valérie Pécresse, avec son mouvement Libres !, était à Brive-la-Gaillarde.

De La Baule à Brive-la-Gaillarde, de Nice à Angers, de la Normandie à l’Auvergne, la droite a fait sa rentrée ce week-end, écartelée entre une campagne interne qui peine à passionner les adhérents et des chapelles à l’autonomie croissante.

Au jeu des démonstrations de force, la rentrée la plus tonitruante était aussi la plus locale. Dès vendredi 30 août dans la soirée, à Nice, le maire Christian Estrosi a rassemblé 6 000 personnes dans le jardin Albert-Ier, un festin qui semblait destiné à entretenir l’évidence de sa réélection en 2020, à l’heure où Les Républicains (LR) n’ont pas arrêté d’investiture face à l’ambition niçoise du député Eric Ciotti.

« Mon ADN politique n’a pas changé, a lancé M. Estrosi. Mais pour autant, on n’administre pas une ville au nom d’un appareil politique. (…) Je n’accepterai pas que quelque parti politique que ce soit tente de mettre Nice sous tutelle. » Le même jour, autre défi à LR, les maires de droite « Macron-compatibles » faisaient leur rentrée à Angers sous l’égide du maire Christophe Béchu.

Samedi, la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a passé – haut la main si l’on s’en tient au nombre de participants revendiqués (plus de 1 000) – l’épreuve du feu, à Brive-la-Gaillarde (Corrèze), de sa première rentrée depuis son départ en juin de LR.

Le même jour, à La Baule (Loire-Atlantique), les candidats à l’élection à la présidence de LR, prévue mi-octobre, ont discouru sous l’égide des ténors Gérard Larcher et Bruno Retailleau. Interdits d’ambition présidentielle par Jean Leonetti, le président par intérim du parti, Guillaume Larrivé, Julien Aubert et Christian Jacob ont peiné à emporter l’adhésion de militants en mal de chef.

« Détendez-vous, la vie est belle ! »

Depuis que la droite a dissocié les fonctions de chef de parti et d’homme providentiel, la fonction semble maudite : président de LR en 2016, l’ex-président de la République Nicolas Sarkozy a perdu la primaire ; après lui, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, a tenu un an et demi.

Samedi, 500 adhérents tout au plus ont applaudi poliment à la fin de chaque discours. Excluant des alliances avec La République en marche aux élections municipales, promettant aux militants de supprimer la primaire pour Julien Aubert et Guillaume Larrivé, les trois candidats ont tenté d’éclaircir leur ligne, « une droite forte, populaire, claire » pour le premier, « libre » et transformée pour le second qui a défendu l’héritage de Nicolas Sarkozy, et rassembleuse pour Christian Jacob, qui s’est prononcé contre la multiplication des chapelles.


Lire la suite : Convalescente, la droite a fait sa rentrée éclatée


Articles en Relation

Xavier Bertrand, un « présidentiable » providentiel pour la droite Contre Emmanuel Macron mais pour « l’intérêt général », le président de la région Hauts-de-France, qui a pris ses distances avec Les Républicains, n...
Petit lexique des retraites pour comprendre le débat sur le projet de réforme Le système des retraites en France, complexe, s’accompagne d’un vocabulaire qu’il faut comprendre pour participer au débat. Définitions des principa...
Les féminicides, un combat de société En moyenne depuis dix ans en France, 140 femmes meurent sous les coups de leur conjoint. Emmanuel Macron devrait faire de la lutte contre ces crimes...
Retraites : « Augmenter les ressources plutôt qu’abaisser les pensions » Le gouvernement affirme sa volonté d’équilibrer le système de retraite en réduisant les pensions ou allongeant la durée de cotisations, alors que d’...
Chômage : un recul généralisé malgré de fortes disparités territoriales Avec 8,7 % de la population active, le taux de chômage a retrouvé le même niveau qu’il y a dix ans. Ces bons chiffres cachent toutefois de profondes...
« Le rôle des partis traditionnels était d’encadrer les passions politiques » Pour le politologue Xavier Crettiez, les élus n’ont jamais été perçus comme étant aussi éloignés des électeurs, ce qui suscite des tensions. Xavier...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA