Comment les survivalistes vivent la crise du Covid-19

Sociétés

Dans l'abri d'un groupe de survivalistes de Virginie-Occidentale, aux États-Unis, le 13 mars 2020. | Nicholas Kamm / AFP 

La pandémie, les «preppers» l'avaient vue venir depuis des années. Tout était prêt, en théorie. Mais que se passe-t-il quand la fiction devient réalité?

Joshua* est un mec prêt. Depuis des années, il bassine tous ses amis avec ses histoires de fin du monde, ses allusions catastrophistes et autres délires prophétiques.

Dans sa petite maison de Gironde, il a accumulé depuis des plombes six mois de denrées impérissables, au cas où le monde viendrait brutalement à changer. En attendant le pire, Monsieur a pris l'habitude de manger bio, de faire ses trajets à vélo. Une vie de famille tranquille, vélo, boulot, bio, dodo.

Puis la pandémie est arrivée. Mais ce n'était pas la fin du monde que Joshua avait anticipée: pas de morts-vivants, pas de guérillas… Alors quand le confinement a été annoncé, Joshua a continué de vivre comme si de rien n'était. Les enfants ont été retirés de l'école, mais c'est Madame qui s'est collée aux leçons à la maison.

Plan blanc perso

Joshua a continué, vélo, boulot, bio, dodo, jusqu'à ce que tout le monde s'y mette, que des amis moins survivalistes lui volent dans les plumes et que le patron ne lui impose de remplir ses tableaux Excel depuis son salon.

Il faut croire que Joshua est un prepper en carton et qu'il n'a pas regardé les vidéos du YouTubeur Citoyen prévoyant, qui a pourtant 110.000 abonné·es au compteur et en gagne chaque jour.

Le papa de 39 ans est un survivaliste depuis bien longtemps. Anciennement agent de la RATP, il a troqué son appartement en ville contre une maison dans la campagne, sous le soleil de la PACA.

Dans ses vidéos, Citoyen prévoyant apprend aux autres à réaliser des conserves en lacto-fermentation, à gérer leurs stocks de denrées sans faire de pertes, en somme à se tenir prêt·e à pouvoir gérer toutes les éventualités.

Quand les premières informations sont arrivées de Chine, l'homme a appliqué son propre plan blanc et s'est auto-confiné depuis le 1er mars, sans aucun contact avec l'extérieur.

«Quand ils disaient que c'était une simple grippe, je savais que c'était faux, assure-t-il. Directement, les gens m'ont traité de parano quand j'ai dit qu'il fallait commencer à prendre ses précautions. Aujourd'hui, ma tante est hospitalisée à cause du Covid-19.»

Bunkers et boîtes de conserve

On les appelle survivalistes, preppers, collapsologues; discrètes et difficiles à quantifier avec précision, ces personnes seraient des dizaines de milliers à travers le monde à se tenir parées à combattre tous les périls collectifs: catastrophes naturelles, hiver nucléaire, guerres civiles… ou pandémies.

Elles nourrissent des craintes glanées dans l'histoire plus ou moins récente –la Seconde Guerre mondiale, la guerre froide, l'ouragan Katrina–, mais aussi dans la fiction, qui utilise à tire-larigot et avec succès le motif d'Armageddon. En témoignent les best-sellers La Route ou Silo, les blockbusters Le Jour d'après, Contagion ou World War Z et la série à succès The Walking Dead.

Pour beaucoup, «survivaliste» est synonyme de bunker rempli de boîtes de conserve et d'armes à feu. Une image héritée des premièr·es survivalistes mainstream de l'après-guerre froide aux États-Unis –une époque où, risque d'attaques nucléaires oblige, les citoyen·nes étaient encouragé·es à préparer un stock de survie et à bâtir des abris en béton armé dans leur jardin.

Contre toute attente, ce type de consommateurs et consommatrices de l'apocalypse existent encore. Ron Hubbard en a bien conscience: ce sont ses client·es.

Ce Texan a fondé en 2001 la société Atlas Survival Shelters, qui vend chaque année des centaines d'abris résistant à toute catastrophe, du module de 3m2 au penthouse de 130 m2. Le magnat du bunker, qui porte fièrement la casquette «Make America Great Again», est fort d'une communauté de plus de 215.000 abonné·es sur YouTube.

Sa clientèle, qu'il estime plutôt riche, éduquée et conservatrice, vise le très court terme (les incendies et les tornades) ou au contraire le long terme (la crise économique et la guerre civile).

Le Covid-19? «Ce n'est pas le Big One, assure Ron Hubbard. Aucun de mes clients n'a gagné son abri pour l'instant, le virus n'est pas dans l'air. Si j'ai de nouvelles demandes, c'est pour préparer l'après: le désastre économique, les guerres qui pourraient arriver.»

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Comment les survivalistes vivent la crise du Covid-19

Articles en Relation

Le confinement ne nous soude pas, il nous divise encore plus À Paris, le 19 mars 2020. | Philippe Lopez / AFP  Tout se passe comme si ce virus, loin de nous rapprocher, exacerbait notre conscience des inég...
Avec le coronavirus, un travail du sexe encore plus précarisé «Ma clientèle ne sera certainement pas intéressée par le virtuel.» | Ava Sol via Unsplash Pour les travailleurs et travailleuses du sexe, le Covid-19...
Le confinement n'est ni un atelier d'écriture de haikus, ni une retraite spiritu... Plage de Saint-Lunaire, en Ile-et-Vilaine, le 17 mars 2020. | Damien Meyer / AFP Si ce moment agit comme un évident révélateur d'inégalités soci...
Les sept défis capitaux pour vaincre le Coronavirus Les valeurs, comme les virus, n'ont pas de passeport. | Handout / US Food and Drug Administration / AFP  Seul un véritable effort mondial c...
L'infidélité au temps du coronavirus, adieu maîtresses et amants? Pour entretenir la flamme illégitime, il va aussi falloir faire preuve de créativité. | Anton Petukhov via Flickr Gérer une relation secrète en ...
Comment ne pas faire exploser son couple pendant le confinement Le confinement, c'est aussi la période pour profiter de tout ce temps pour faire des choses ensemble: ranger, trier les affaires... | HiveBoxx&nb...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA