Comment les médecins pourraient-ils en venir à trier leurs malades du coronavirus?

Santé

Une équipe médicale évacue un patient atteint du Covid-19 à l'hôpital Emile Muller de Mulhouse, saturé, le 17 mars 2020. | Sébastien Bozon / AFP  

Le manque de moyens hospitaliers conduit les autorités sanitaires et éthiques française à donner des consignes de priorisation pour l'accès aux soins. De tels choix s'expliquent-ils?

«Priorisation». Hier inconnu ou presque, le néologisme va commencer à émerger dans notre quotidien. Ce barbarisme désigne l'action de prioriser, de «donner une importance préférentielle à quelqu'un ou à quelque chose». Depuis peu ce terme est bel et bien officiellement présent dans les réflexions des autorités sanitaires et hospitalières françaises confrontées à la progression de l'épidémie de Covid-19. Des autorités qui n'imaginaient guère, hier encore, devoir donner plus d'importance à telle ou telle catégorie de malades hospitalisé·es.

Car tout, ici, est allé très vite. Nous étions le 12 mars dernier. La question, alors, était celle de savoir si la situation épidémiologique de l'Italie était spécifique à ce pays ou s'il fallait redouter qu'elle puisse, à court ou moyen terme, être observée dans d'autres pays, à commencer par la France où l'on recensait alors 3.000 cas et près de cinquante décès. «Je crois que dans les prochains jours, ce qu'il s'est passé en Italie risque de devenir la nouvelle règle dans toute l'Europe», déclarait alors sur RTL Mateo Renzi, ancien président du Conseil italien. Le même jour à 20 heures, Emmanuel Macron a annoncé une première série de mesures et recommandations pour faire face à l'épidémie en France.

«Le trop et le pas assez»

Pour autant, le même jour, l'exécutif français réfutait toute comparaison avec l'Italie. «On ne peut pas calquer notre réponse sur celle de nos voisins italiens: leur système hospitalier n'est pas dans le même état que le nôtre, nous n'avons pas la même pyramide des âges, expliquait un conseiller d'Emmanuel Macron au Monde. Nous devons en permanence naviguer entre deux écueils: le trop et le pas assez. Mais notre stratégie est la bonne, nous avons moins de morts que nos voisins, notre hôpital tient le choc.»

Une semaine plus tard tout a radicalement changé. Parallèlement aux mesures drastiques de confinement, et dans l'attente des futures mesures prises dans le cadre de l'«état d'urgence sanitaire», le système hospitalier français commence parfois à atteindre (et, en Alsace, dépasse) la saturation de ses lits spécialisés de réanimation et de ses capacités en personnels soignants. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, certaines impasses sanitaires et questions éthiques observées en Italie commencent à émerger aujourd'hui en France.

La situation apparaissait alors d'autant plus tendue, en Italie, que le nombre de respirateurs artificiels était limité. «Nous faisons de notre mieux, mais sommes dans une situation de pénurie, observe le Dr Matteo Bassetti, qui dirige le service des maladies infectieuses de l'hôpital San Martino (Gênes). Nous les réserverons aux patients qui ont le plus de chance d'en bénéficier.» Pour accompagner au mieux les médecins italiens réanimateurs dans leurs décisions, des recommandations éthiques avaient été publiées. Objectif: «Assurer un traitement intensif aux patients ayant les plus grandes chances de succès thérapeutique: il s'agit donc de donner la priorité à l'espérance de vie», estime la Société italienne des réanimateurs. Il n'est plus possible, dans un tel contexte, d'appliquer la règle du «premier arrivé, premier servi».

Combiner éthique et réalité

Deux semaines plus tard la situation, les interrogations et les réponses observées hier en Italie prévalent désormais en France. Un document dont l'existence vient d'être révélée par Le Monde en témoigne. Intitulé «Priorisation de l'accès aux soins critiques dans un contexte de pandémie», il a été remis à la Direction générale de la santé (DGS) le 17 mars. En pratique il «vise à aider les médecins à opérer des choix dans l'éventualité d'une saturation des lits de réanimation pour les patients Covid-19». On peut le dire autrement: comment parvenir à combiner respect de l'éthique et principe de réalité. C'est aussi exposer ouvertement une équation qui, jusqu'alors et dans des cas extrêmes, était résolue au sein même de la communauté médicale. Tel n'est plus le cas aujourd'hui avec les conséquences de la progression de l'épidémie sur les prises en charge hospitalières.

«Il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt. Quand on aura une pression énorme pour admettre des patients qui attendront à la porte, la question va se poser franchement», explique au Monde Bertrand Guidet, chef du service de médecine intensive réanimation à l'hôpital Saint-Antoine, à Paris, qui a participé à la rédaction de ce texte.

Élaboré en liaison avec les sociétés médicales savantes directement concernées, le document sur la priorisation remis à la DGS présente notamment un arbre décisionnel pour aider les personnes qui travaillent en réanimation peu habituées à établir un pronostic et à prioriser les malades. Il s'appuie pour l'essentiel sur un indicateur déjà bien connu des soignant·es, le «score de fragilité» (qui classe les patient·es selon leur état de santé préalable à la maladie) et qui l'adapte aux spécificités du Covid-19. Il rappelle aussi les principes éthiques déjà établis en réanimation comme la non-malfaisance, le respect de l'autonomie et de la dignité des patient·es.

Un sujet difficile à exposer publiquement

C'est là, à l'évidence, un sujet délicat, difficile à exposer publiquement, notamment en période de crise sanitaire. Il avait été abordé il y a peu dans la contribution demandée au Comité national d'éthique (CCNE) par le gouvernement. Les personnes qui sont à l'origine de cette contribution avaient tout d'abord rappelé le contexte. «L'émergence de l'épidémie Covid-19 se déroule aujourd'hui dans des conditions de tension dans les structures hospitalières publiques qu'il ne faut pas sous-estimer, liées à des restrictions budgétaires, des fermetures de lits et une insuffisance du nombre de personnels soignants, conduisant à des pratiques qualifiées parfois de “dégradées'”», écrivaient-elles.

Elles continuaient en ces termes: «Pour les formes graves, il faut envisager l'éventualité que certains moyens techniques et humains deviennent limitants si la crise épidémique s'accroît de façon majeure. Les ressources telles que les lits de réanimation et leur équipement lourd sont déjà des ressources rares qui risquent de s'avérer insuffisantes si le nombre de formes graves est élevé.»

Et d'enfoncer le clou: «Ainsi, lorsque des biens de santé ne peuvent être mis à la disposition de tous du fait de leur rareté, l'équité qui réclame une conduite ajustée aux besoins du sujet se trouve concurrencée par la justice au sens social qui exige l'établissement des priorités, parfois dans de mauvaises conditions et avec des critères toujours contestables: la nécessité d'un “tri” des patients pose alors un questionnement éthique majeur de justice distributive, en l'occurrence pouvant se traduire par un traitement différencié des patients infectés par le Covid-19 et ceux porteurs d'autres pathologies. Ces choix devront toujours être expliqués et respecter les principes de dignité de la personne et d'équité. Il conviendra aussi d'être vigilant à la continuité de la prise en charge des autres patients.»...

Lire la suite de cet article sur Slate.fr - Comment les médecins pourraient-ils en venir à trier leurs malades du coronavirus?

Articles en Relation

Le Covid-19 tue dix fois plus que la grippe Un malade arrive à l'hôpital universitaire de Keimyung à Taegu, en Corée du Sud le 12 mars 2020. | Ed Jones / AFP  Avec le recul, les chiff...
La France et d'autres pays vont-ils, comme l'Italie, être massivement touchés pa... Le président Emmanuel Macron avec le président de l'AP-HP Martin Hirsch, le ministre de le Santé Olivier Véran et le directeur général de la Santé Jer...
Coronavirus, premières espérances de traitement par des médicaments «Tout est prêt, nous n'attendons plus que les médicaments», expliquait il y a quelques jours le Pr Yazdan Yazdanpanah chef du service des maladies inf...
Comment choisir son désinfectant contre le coronavirus Les désinfectants pour les mains contenant plus de 60% d’alcool sont les plus efficaces. | Rodriguo Buendia / AFP   Les offres se sont...
Que valent vraiment les masques en tissu fabriqués à la maison contre le coronav... «À la guerre comme à la guerre», répondent les soignant·es qui manquent de moyens au mot d'ordre du président Macron. | Sophie Cmbr  Confectionn...
Sommes-nous correctement préparés au nouveau coronavirus? Depuis que l'épidémie a pris une dimension internationale, les ventes de masques de protection explosent –et leurs prix sur internet aussi. | STR/AFP&...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA