Comment la gauche a perdu, en trente ans, le vote ouvrier (au profit de l'extrême droite) :

Politique

Quatre personnes sur dix appartenant aux milieux populaires ont l'intention de voter Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle de 2022. | OpenClipart-Vectors via Pixabay

Les intentions de vote de la prochaine présidentielle donnent 45% des voix à l'extrême droite parmi la classe ouvrière. La même qui fit la grandeur électorale du PCF.

Avec le temps va tout s'en va... Mais où est donc passé le vote ouvrier? Née sous l'égide des penseurs marxistes à la toute fin du XIXe siècle, avec la mécanisation des moyens de production et le développement exponentiel de l'industrie lourde, la classe ouvrière a occupé une place prépondérante sur le plan politique et social jusque dans la seconde moitié du siècle suivant. Le XXIe siècle n'a pas vu sa disparition mais plutôt sa transformation en profondeur. Celle-ci a eu des conséquences abyssales sur le plan électoral.

Car le mouvement ouvrier, concept différent de la classe ouvrière, a enregistré, dans le même temps, un recul, voire un retrait, impressionnant. Principal pourvoyeur du vote ouvrier jusqu'à la fin des années 1970, le Parti communiste français (PCF) a été effacé progressivement de la scène politique. Jusqu'à occuper aujourd'hui une place sans aucun rapport avec celle qui était la sienne au lendemain de la Libération, à la sortie de la Seconde Guerre mondiale. Une place quasi marginale au regard de ses heures de gloire qui ne semblent être qu'un lointain souvenir. Quand elles ne sont pas tout simplement inconnues des plus jeunes.

Trente ans de métamorphose de l'électorat frontiste

Une étude de Jérôme Fourquet, directeur du pôle opinion et stratégies d'entreprise à l'Ifop (Institut français d'opinion publique), vient à point nommé pour apporter un éclairage documenté sur la question de savoir où se situe majoritairement, à moins d'un an de l'élection présidentielle, le vote ouvrier. Intitulée «1988-2021: trente ans de métamorphose de l'électorat frontiste», cette analyse d'avril dernier rappelle, d'abord, l'ancrage du vote d'extrême droite dans la société française puisque, depuis trois décennies, «un membre de la famille Le Pen obtient un score à deux chiffres lors d'une élection présidentielle». Et les intentions de vote mesurées pour celle de 2022 ne démentent pas ce constat.

1988-2021: évolution du score du FN/RN au premier tour de l'élection présidentielle. | Jérôme Fourquet/Ifop

Une des mutations prioritaires au sein des strates de l'électorat du Front national (FN), rebaptisé Rassemblement national (RN) en 2018, est fondée sur le niveau de diplôme, selon Fourquet. En 1988, avec Le Pen père, les titulaires d'un diplôme supérieur à bac+2 étaient les plus rétifs à un vote d'extrême droite (9% d'entre elles et eux) et ceux qui avaient un niveau inférieur au bac, les plus enclins (16%). On note que le delta entre ces deux catégories était de sept points. En 2017, avec Le Pen fille, la première catégorie est passée à 8% et la seconde à... 31%. L'écart s'est considérablement creusé pour atteindre vingt-trois points.

Le phénomène se diffuse maintenant au niveau des titulaires du bac dans les intentions de vote pour 2022 (mesurées en 2021). Alors que le vote lepéniste est quasi stable dans la catégorie au niveau éducatif le plus élevé (12% au lieu des 9% de 1988), il grimpe à 34% (contre 13% en 1988) chez les titulaires du baccalauréat. Et il s'affirme encore dans la catégorie des détenteurs d'un diplôme inférieur au bac: 33% contre 31% en 2017, comme noté ci-dessus....

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr : Comment la gauche a perdu, en trente ans, le vote ouvrier (au profit de l'extrême droite) 

Articles en Relation

Pour ne pas être traité de raciste, Sarkozy le devint dans ses mots Je ne m'étonne pas qu'après avoir parlé d'Aimé Césaire, quelques minutes après, Nicolas Sarkozy se soit aventuré dans une sentine de l'esprit, une voi...
C'est dommage d'en arriver là, mais l'obligation vaccinale des soignants semble ... Il est trop tard pour reculer cette décision, d'autant que la situation sanitaire se dégrade. | cottonbro via Pexels     La propa...
Emmanuel Macron savait-il vraiment où il mettait les pieds en allant chez Brut? Pas sûr qu'Emmanuel Macron, qui lui a donné un entretien en décembre, ait été mis au courant des caractéristiques de ce média. | Capture d'écran ...
Qui participe aux manifs anti-vaccin et anti-pass sanitaire? À la suite de l'annonce du gouvernement de l'extension du pass sanitaire, les mouvements de protestation s'amplifient. | Clément Mahoudeau /...
Monsieur le président, Maradona n'est pas une vignette Panini Maradona brandissant la Coupe du monde remportée par l'Argentine le 29 juin 1986. | STAFF / AFP   Une enfilade de lieux comm...
Macron giflé, le signe d'une violence imprévisible qui monte en France En visite à Tain-l'Hermitage, le président de la République Emmanuel Macron a été giflé par un homme. | Capture d'écran BFMTV via YouTube C'est ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA