Comme les femmes, les filles aussi peuvent être victimes de violences conjugales

Sociétés

Les filles, jamais elles ne se disent que ce sont des violences conjugales. D'abord, conjugal, c'est quand on est marié, non? | Joshua Rawson-Harris via Unsplash

Des sales cons, on peut en rencontrer toute notre vie, même au début.

Pour une fois, je n'écrirai pas les «femmes» mais les «filles». Les filles, ces êtres flous à elles-mêmes, les filles qui se jugent plus adultes qu'elles ne sont et plus immatures aussi, sans doute parce qu'elles sont un mélange des deux. Les filles nous entendent-elles quand nous parlons des femmes?

Si je prends ma propre expérience, non. Elles nous entendent parler entre femmes de nos problèmes de femmes mais elles pensent qu'être une fille, c'est radicalement différent. Qu'elles sont radicalement différentes. Et qu'elles échapperont. Aux discriminations. Aux agressions. Aux viols. Aux coups.

Je viens de lire un récit remarquable, intitulé Il me tue cet amour. Marie Gervais, l'autrice, y raconte sa première histoire d'amour. Avec Thomas.

Une histoire passionnée parce que, l'amour à 17 ans, vous vous souvenez sur quel mode ça se vit. Une histoire fusionnelle. Avec ce Thomas donc, qui ressemble tellement à des mecs que j'ai connus. Qui ressemble au premier amour de ma meilleure amie en terminale. Un sale con, en fait. Avec des qualités, mais un sale con. Avec qui tu te retrouves embarquée dans une relation bizarre, dont tu n'oses pas trop parler. Ce récit m'a profondément troublée parce que je reconnaissais la fille, je reconnaissais le garçon, je reconnaissais l'histoire, mais elle ose y accoler l'étiquette de «violences conjugales». Parce que Thomas la cognait. Il la cognait, et ils se criaient dessus, et il lui criait dessus parce qu'il l'aimait tellement et qu'il la détestait de le pousser tellement à bout qu'il en vienne à faire ça.

Les violences conjugales, pour les filles, c'est un sujet de femmes. Les violences conjugales, ça concerne les plus vieilles. Les mamans. Celles qui restent avec ce type sans qu'on comprenne pourquoi. Mais les filles, jamais elles ne se disent que ce sont des violences conjugales. D'abord, conjugal, c'est quand on est marié, non? Rien à voir avec elles, donc. Et puis, elles se disent que ce sont des disputes parce qu'on s'aime tellement fort qu'on se fait du mal, qu'on a l'impression qu'on va exploser. Et ça, les filles, elles pensent que ça n'a rien à voir. Que personne ne peut comprendre qu'elles, elles vivent une histoire d'amour extraordinaire.

Accepter nos étiquettes

Pour les filles, aussi, ce n'est jamais un viol. Les filles, elles pensent que ce sont elles qui ne sont pas normales de ne pas éprouver du plaisir comme dans les films, elles pensent qu'elles devraient avoir envie tout le temps. Alors, pour masquer ce qu'elles pensent être un handicap, elles se forcent. Ça lui fait plaisir. Et puis, elles ont vraiment envie d'avoir envie même si en vrai, elles ont mal. Comment parler aux filles? Comment leur faire accepter nos étiquettes?

Elles font peur, nos étiquettes, mais elles sont puissantes parce qu'elles vont avec des outils pour comprendre et s'en sortir. Mais les filles, souvent, elles n'ont pas envie de s'en sortir parce qu'elles vivent une histoire d'amour de fou.

Ernestine Ronai, responsable de l'Observatoire des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis, avait senti depuis un moment qu'il manquait un moyen de s'adresser aux filles. Elle a poussé pour la création d'une structure d'accueil qui leur soit spécifiquement dédiée. Co-financée par la ville de Paris, de Bagnolet, Est-ensemble, le fond social européen, elle a ouvert il y a quelques mois à Bagnolet, au 79 bis avenue Gallieni.

Gérée par l'association Fit une femme un toit, elle s'adresse aux filles de 15 à 25 ans de Paris et alentours. Ça fait beaucoup de monde. Sa responsable, Amandine Maraval, fait le constat que les filles se détournent des structures pour les femmes, et en même temps que les missions locales et autres structures qui s'adressent aux jeunes ne sont pas formées à ces questions de violence, elles priorisent même souvent l'insertion professionnelle des garçons.

Donc voilà, les filles ont un endroit où aller parler en Île-de-France. Elles y trouveront des éducs spé, des psys, une juriste, une conseillère conjugale et familiale. Il manque encore un·e médecin. Elles pourront y parler violences intrafamiliales, viols, mariages forcés, cyber-harcèlement etc...

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Comme les femmes, les filles aussi peuvent être victimes de violences conjugales

Articles en Relation

Ces jeux vidéo dont les racistes sont les héros Dans «Jesus Strikes Back», les joueurs peuvent notamment incarner Donald Trump et tirer sur la population. | Capture d'écran via YouTube Des groupes ...
Le catch féminin, ou l'histoire d'une prise de pouvoir Sasha Banks (droite) et Charlotte Flair (gauche) lors d'un cambat organisé par la WWE à Munich, le 3 novembre 2016. | Christof Stache / AFP  Il ...
Ces parents qui ne peuvent plus «saquer leur gosse» après le confinement   «En juillet je n'en pouvais plus d'être mère», nous raconte Lucille. | Markus Spiske via Unsplash   Après des vacances et une rent...
«Dette de sexe»: pourquoi les femmes se sentent parfois obligées d'accepter des ... Un couple s'embrassant à Paris, en mai 2020. | Ludovic Marin / AFP  Une recherche récente montre que de nombreuses jeunes femmes consentent à un...
Parler des premières règles à sa fille en tenant compte de son (jeune) âge «Les jeunes personnes ont bien compris qu'il y avait quelque chose du ressort de la sexualité, mais elles ont très rarement de la maturité sur ce suje...
Culotte menstruelle: laisse couler ton sang Adieu phtalates, dioxynes, pesticides des tampons et serviettes hygiéniques. | Patrick Kool via Unsplash Elle est confortable, écologique et ino...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA