«Cheer», la série Netflix qui montre les cheerleaders sous un nouveau jour

Actualités

Loin des clichés sur les pom pom girls, cette série documentaire offre un portrait inédit de ces athlètes dévouées.

Si l'on vous parle de pom pom girls, vous imaginerez sans doute de jolies blondes souriantes, trop maquillées et un peu creuses; ces «mean girls» du lycée en jupes bicolores représentées ad nauseam dans les séries et films américains. Et c'est justement le sujet qu'a choisi le documentariste Greg Whiteley (Mitt, Last Chance U) pour son nouveau projet, Cheer.

Cette série documentaire Netflix, sortie le 8 janvier, nous emmène dans la petite ville de Corsicana au Texas, où réside la meilleure équipe de cheerleading universitaire du pays: Navarro Cheer. Mais si vous espérez y trouver un divertissement frivole, passez votre chemin. Tour à tour exaltant et bouleversant, ce programme montre que derrière les cris d'encouragement, les costumes scintillants et les sourires figés, se cachent de véritables athlètes aux entraînements exigeants (on préfèrera d'ailleurs le terme cheerleader à pom pom girl, puisqu'il s'agit d'un sport mixte).

Cette image de futilité et de féminité docile colle au cheer depuis longtemps. Pourtant, cette discipline qui consistait au départ à encourager les «vrais» athlètes pendant la mi-temps, s'est peu à peu transformée en un véritable sport. Aujourd'hui, elle requiert un mélange de musculation, de danse, de gymnastique, et de cascades de haut niveau enchaînées à une vitesse hallucinante. Et si le spectacle qui en résulte est visuellement époustouflant, il est le fruit d'un acharnement physique dépassant largement les limites du raisonnable. La réalisation de Greg Whiteley, qui nous place au plus près des corps, le montre parfaitement. En faisant planer le risque de blessure à chaque épisode, Cheer est souvent plus proche de Black Swan que de Bring It On.

Une réalisation réaliste à propos d'un sport à part entière. | Capture d'écran via YouTube

Un sport extrêmement dangereux

Que les âmes sensibles se rassurent, les images sont rarement explicites. Attendez-vous tout de même à entendre beaucoup de chutes violentes et à voir beaucoup de cheerleaders, filles comme garçons, en larmes. Dès le premier épisode, on nous précise que le cheer est le sport pratiqué par des femmes qui recense le plus de «blessures catastrophiques». Commotions cérébrales, fractures, hématomes et luxations sont le lot quotidien de ces jeunes athlètes.

L'une d'elles, Allie, en est à sa cinquième commotion lorsque la série commence. Après un court repos, elle continuera pourtant à virevolter dans les airs jusqu'au championnat national de Daytona. Cette compétition représente l'objectif ultime pour l'équipe de Navarro, qui y a déjà été sacrée championne treize fois. La série s'annonce alors comme une course contre la montre, avec des entraînements de plus en plus intenses où chaque nouvel accident complique les chances de réussite de l'équipe.

Lorsque Morgan doit aller aux urgences car ses côtes se sont déplacées, elle refuse de prendre les antidouleurs qu'on lui prescrit, et continue à s'entraîner contre les recommandations des médecins.

L'une d'elles, Allie, en est à sa cinquième commotion lorsque la série commence. Après un court repos, elle continuera pourtant à virevolter dans les airs jusqu'au championnat national de Daytona. Cette compétition représente l'objectif ultime pour l'équipe de Navarro, qui y a déjà été sacrée championne treize fois. La série s'annonce alors comme une course contre la montre, avec des entraînements de plus en plus intenses où chaque nouvel accident complique les chances de réussite de l'équipe.

Lorsque Morgan doit aller aux urgences car ses côtes se sont déplacées, elle refuse de prendre les antidouleurs qu'on lui prescrit, et continue à s'entraîner contre les recommandations des médecins.

À l'effort physique, s'ajoutent ainsi la peur de l'échec, la pression des cours et les tourments psychologiques de ces jeunes coincé·es entre l'adolescence et l'âge adulte. Lexi, la plus introvertie du groupe, révèle par exemple dans un épisode que quelqu'un a posté des photos dénudées d'elle sur Twitter. C'est sa coach qui finira par l'accompagner au commissariat pour porter plainte...

Lire la suite sur Slate.fr - «Cheer», la série Netflix qui montre les cheerleaders sous un nouveau jour

Articles en Relation

Les fictions médicales doivent-elles être réalistes? Les séries questionnent notre rapport à la fiction et au degré de véracité qu'elles doivent atteindre pour remporter l'adhésion du spectateur. | Captu...
Ronaldo, Ibrahimovic... comment font-ils pour rester au meilleur niveau malgré l... Les joueurs Cristiano Ronaldo, Thiago Silva, Zlatan Ibrahimovic et Vitorino Hilton sur le terrain. | Behrouz Mehri / Damien Meyer / Andreas Solar...
Avoir le permis sans prendre le volant: pourquoi les femmes laissent leur conjoi... Si les femmes ont tendance à avoir peur en voiture, c'est parce que les stéréotypes de genre leur ont ancré cette idée dans la tête. | kaluci via Unsp...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA