Ce que les anciennes coutumes de dépucelage par un tiers disent de nous (et de la virginité)

Sociétés

La notion de chasteté a été créée sous l'Antiquité romaine. | Lana Abie via Unsplash

Rester vierge jusqu'au mariage n'a pas toujours été une prescription: des coutumes de «défloration par un tiers» ont été rapportées, qui éclairent notre rapport à la «pureté» féminine.

«Il fut un temps où le mari ne considérait ni comme un avantage, ni comme un gage de bonheur futur, le fait d'avoir défloré sa femme. Toutes les coutumes de dépucelage par un tiers en témoignent», écrivait en 1968 dans La condition masculine Catherine Valabrègue, cofondatrice du Mouvement français pour le Planning familial.

Et de lister diverses façons de «sacrifier la virginité» des filles, chez les Babyloniens, où il s'agissait de «[coucher] pour la première fois dans le temple de leur déesse protectrice, avec un inconnu; parfois les prêtres se chargeaient de la tâche», comme chez les Phéniciens, qui «faisaient dépuceler les filles par des valets», ou encore les Arméniens. «Ailleurs, c'était une obligation pour les chefs de tribu de procéder à la défloration des jeunes filles ou bien encore cet acte était exécuté manuellement devant le fiancé, par les parents, un frère ou toute autre personne de la famille, avec laquelle la fiancée n'aurait par la suite aucune relation sexuelle.» Perdre sa virginité et l'offrir à son époux lors de la nuit de noces est donc loin d'avoir été une prescription universellement répandue remontant à Mathusalem.

Le problème, c'est que «les peuples censés avoir ces coutumes n'en parlent pas; du moins, les textes ne sont pas parvenus jusqu'à nous», précise Jean Claude Bologne, spécialiste de l'histoire des mœurs et notamment auteur de l'Histoire de la conquête amoureuse. De l'Antiquité à nos jours (éd. du Seuil, 2007) ainsi que d'une Histoire du couple (éd. Perrin, 2016). Résultat: «On a toujours un regard extérieur.»

Ainsi, les pratiques des Lydiennes sont mentionnées dans les écrits de l'historien grec Hérodote; l'historien romain Valère Maxime, qui vécut au Ier siècle après J.-C., consigne également les us des Carthaginoises, dont il était, en outre, loin d'être contemporain, la civilisation carthaginoise s'étant déployée entre le IXe et le IIe siècle avant J.-C. Or, «le regard des historiens est tout aussi important que les témoignages qu'ils invoquent», souligne Jean Claude Bologne. En réalité, la façon dont ces rites sexuels présumément en vigueur ont été relatés et interprétés nous renseigne avant tout sur la construction de notre imaginaire virginal au cours des siècles.

Sacrée dot

D'abord, rappelle l'historienne Virginie Girod, autrice de l'ouvrage Les femmes et le sexe dans la Rome antique (éd. Tallandier, 2013), évoquer des jeunes filles se dévirginant dans des temples à Babylone ou ailleurs en Mésopotamie n'est pas tout à fait exact. Il était davantage question de «prostitution sacrée» –et encore, les historien·nes sont divisé·es sur le sujet. «Dans l'Orient antique, il y aurait eu des prêtresses, nommées “hiérodules”, dont le travail était de pratiquer cette prostitution sacrée; des femmes seraient aussi venues ponctuellement se prostituer pour rendre un culte à la déesse Ishtar», détaille la spécialiste de l'histoire des femmes et de la sexualité.

La déesse Ishtar. | davideferro.net via Wikimedia

Les plus anciens récits de ces traditions supposées des trois premiers millénaires avant notre ère se trouvent sous la plume d'historiens grecs comme Hérodote (env. 480-425 avant J.-C.) ou Strabon (env. 60 avant J.-C.-20 après J.-C.).

«L'accent n'est alors pas mis sur le dépucelage ni l'abandon de la virginité au profit d'une déesse», confirme Jean Claude Bologne. Selon ces commentateurs de l'Antiquité grecque, la justification de ces pratiques prostitutionnelles répétées serait… la constitution de la dot et donc de pouvoir, à terme, choisir elles-mêmes leur époux –c'est cela qui étonne les chroniqueurs antiques. Au Ier siècle après J.-C., l'explication évolue. Pour les premiers Pères de l'Église, c'est d'idolâtrie dont il est question, relève l'historien. «Les auteurs chrétiens comme Athanase insistent sur le côté sacré de la prostitution, ils parlent de dévotion à une déesse, une Vénus de la prostitution, pour la rendre favorable.» C'est là que l'on retrouve l'exemple d'Anahit, déesse arménienne primitive de la fécondité, à laquelle faisait notamment référence Catherine Valabrègue dans son essai. La défloration et la sexualité sont ramenées non à un moment qui relève de l'intimité mais à «un acte cultuel, mise en scène par des codes religieux et qui sort de la sphère privée», pointe Virginie Girod, dans l'idée que «le rapport sexuel peut être une porte sur le divin».

Péril virginal

Qu'il s'agisse d'argent ou d'idolâtrie, la condamnation morale est systématique dans la bouche des auteurs rapportant ces faits. Pas étonnant que le culte d'Aphrodite avec des hiérodules arrivé du côté de Rome dans le courant des IIe et Ier siècles avant J.-C. ait été romanisé, poursuit l'historienne de l'Antiquité romaine. «Que des prêtresses offrent leur corps choque les Romains.» Le culte, sur le mont Érix, en Sicile, est supprimé. Et une Vénus dite verticordia, «littéralement qui tourne les cœurs, sous-entendu sur le bon chemin», à savoir de la luxure vers la chasteté, est alors créée.

Venus Verticordia par Dante Gabriel Rossetti. | freeparking via Wikimedia

La mention de ces cérémoniaux «barbares» a un objectif: rappeler que la virginité est un trésor précieux à sauvegarder, tout simplement pour s'assurer des liens de filiation et ne pas déstabiliser le modèle patriarcal de la société gréco-romaine. «La citoyenne a un rôle social: perpétuer Rome à travers sa descendance», ponctue Virginie Girod.

 

C'est en fait sous ce prisme d'une virginité au sommet de la hiérarchie morale (et au fondement de la société) qu'il faut analyser les exposés lointains de ces dépucelages par un tiers. Ainsi des récits de voyageurs et d'explorateurs comme Marco Polo ou Jean de Mandeville. Le premier cite des coutumes tibétaines, selon lesquelles on craint à tel point le dépucelage que l'on demande à un étranger de passage de s'en charger; en échange, les femmes reçoivent un bijou, qui n'est pas un paiement mais une preuve de la défloration. Reste que, retrace Jean Claude Bologne, les femmes qui ont le plus de bijoux sont ensuite les plus convoîtées…

Lire la suite sur Slate.fr - Ce que les anciennes coutumes de dépucelage par un tiers disent de nous (et de la virginité)

Articles en Relation

Rangez votre pudeur, on lève le voile sur le sexe dans la Rome antique Triolisme (Pompéi) arrangé de la manière décrite par Catulle, poème 56. | Angelika Dierichs, Erotik in der Römischen Kunst [É...
Faut-il exposer des corps morts pour satisfaire notre curiosité ? Macabre pour certaines personnes, instructif pour d'autres, l'intérêt pour l'anatomie des cadavres ne date pas d'hier. Ouvrir le corps d'une person...
Vous pensez que Jack l'Éventreur a tué des prostituées? C'est une fake news de l... The Five, The Untold Lives of the Women Killed by Jack the Ripper (Les cinq: la vie des victimes de Jack l'Éventreur comme on ne vous les a jamai...
Un Russe porte plainte contre Apple car son iPhone l'aurait rendu gay Le plaignant accuse le géant de la tech de l'avoir «enlisé dans des relations homosexuelles». Un homme russe nommé D. Razumilov demande plus de 13....
Le premier auteur de l'histoire était une autrice Elle s’appelait Enheduanna et a composé (au moins) deux hymnes à la déesse sumérienne Inanna il y a quarante-trois siècles. Quelle est la plus viei...
Bordeaux, la ville en forme de refuge illusoire J'ai noté une phrase du «Coup de grâce»: «Il n'aimait pas les études, Bordeaux, la prudence.» Bordeaux, la ville où il fait bon vivre. La ville, au...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA