Ce que le hip-hop américain doit à Kraftwerk

Musique

Kraftwerk à Helsinki (Finlande) le 15 février 2018. | Raph_PH via Wikimedia Commons

Le groupe de Düsseldorf, endeuillé par le décès de son cofondateur Florian Schneider, a marqué le rap au point que c'est devenu un signe de reconnaissance de poser sur sa musique.

Les raisons de penser que Kraftwerk fut l'une des formations musicales les plus importantes de l'histoire moderne sont nombreuses. Au travers de son parcours, c'est l'expérimentation sonore, les paradigmes et formats pop ainsi que la réflexion sur ce qu'est le musicien qui ont été successivement remis en cause. La formation allemande fut fondée en 1970 à Düsseldorf par deux étudiants du conservatoire local, Florian Schneider-Esleben et Ralf Hütter.

Le premier est décédé ce 21 avril 2020 à l'âge de 73 ans, discrètement. Les hommages n'ont pas tardé, bien entendu, issus de tous les genres musicaux possibles, tant l'impact du travail de Kraftwerk, de ses lives, aura été important. Parmi cette pluie d'honneurs, les grands architectes du son hip-hop se sont joints à la chorale. DJ Premier, l'un des maîtres du sampling hip-hop et moitié du groupe Gang Starr, disait sur Instagram: «Ils représentent un pan d'histoire de notre hip-hop.» Car oui, le rap leur doit beaucoup.

Partout, des férus d'électronique

Durant les années 1970, Kraftwerk a développé une nouvelle approche de l'instrument, a été parmi les artistes permettant de rendre plus poreuse cette frontière entre l'être humain et la machine, jusqu'à consolider le concept d'homme-machine dans la musique (et sur leur album The Man-Machine, sorti en 1978). Oh, certes, ils n'ont pas été les seuls. Mais leur travail, ayant touché un public mondial, a fait la différence. À cette même époque, le hip-hop prenait forme, puis le large à New York.

Cette musique était celle des DJ, des bidouilleurs électroniques, des danseurs. Elle était, à sa manière, une remise en cause des carcans musicaux établis, théorisait et pratiquait l'emprunt musical totalement décomplexé puisque les DJ passaient, par définition, la musique des autres. Elle a évolué au gré des évolutions technologiques, embrassant très vite les outils développés par les firmes créatrices de synthétiseurs, de boîtes à rythmes, d'effets transformés en sampleurs, puis de sampleurs tout court...

Si aujourd'hui son évolution sonore suit plutôt les dernières possibilités offertes par les avancées des logiciels de musique assistée par ordinateur, le principe est le même. Dans tous les cas, elle est, au même titre que la musique de Kraftwerk, une musique électronique, dont la démarche est différente en de très nombreux points, mais proche, aussi.

Il n'est donc pas surprenant de retrouver de grands noms du beatmaking hip-hop citer Kraftwerk, ou Mantronix d'ailleurs, comme référence. Afrika Bambaataa, pour commencer. Faisant partie de la sainte trinité des pionniers du son hip-hop (avec Kool Herc et Grandmaster Flash), il était, dès ses débuts derrière les platines, un grand amateur de Kraftwerk, sur la musique desquels il faisait danser le public de ses block parties dans le Bronx et à Manhattan.

En 1981, alors que le rap est sorti de son quartier d'origine pour commencer à conquérir les États-Unis, Afrika Bambaataa signe un contrat avec le label Tommy Boy, au sein duquel il rencontre deux musiciens-ingénieurs férus d'électronique: Arthur Baker et John Robie. Ensemble, ils se basent sur plusieurs titres que Bambaataa chérit comme «Give It to Me Baby» de Rick James, le délirant «Super Sporm» de Captain Sky, mais surtout sur trois morceaux qui seront les inspirations de la version finale: «The Mexican» de Babe Ruth, et «Trans-Europe Express» (issu de l'album du même nom sorti en 1977) et «Numbers» (sur Computer World en 1981) de Kraftwerk.

Créer un précédent juridique

En résulte un «pastiche polyculturel», comme le décrit Jeff Chang dans son livre Can't Stop Won't Stop, nommé «Planet Rock», qui change totalement la démarche studio hip-hop, contribuant à installer dans le genre un attrait des beatmakers suivants pour les sonorités électroniques très brutes, épurées, fidèles aux sons des machines. Kurtis Blow, Too $hort, Slick Rick, Spoonie Gee seront, tout à tour, des dignes représentants de cette démarche.

Par ailleurs, il est souvent avancé que «Planet Rock» sample «Trans-Europe Express» de Kraftwerk. Mais il s'agit en fait de l'emprunt d'une mélodie de synthétiseur qui est rejouée par Arthur Baker en studio, et non de l'échantillonnage même du morceau. Cette confusion est aussi grandement entretenue par les crédits du morceau d'Afrika Bambaataa, puisque ceux-ci stipulent l'utilisation d'un Fairlight CMI, l'un des rares sampleurs de l'époque.

Pourtant, ça n'est pas pour ses qualités d'échantillonnage que cette machine a été convoquée, mais pour sa banque de sons par défaut. Les bruits d'explosion, de train que l'on entend sur «Planet Rock», en proviennent directement. La référence à Kraftwerk, évidente et assumée, n'est cependant en rien changée. D'ailleurs, Arthur Baker s'expliquera plus tard dans le livre The Record Players: The Story of Dance Music Told by History's Greatest Djs: «J'ai essayé de recréer la démarche qu'ont les djs avec les enregistrements des autres.»

Ce mashup entre deux titres de Kraftwerk n'a pourtant rien de légal. À l'époque, plusieurs flous permettent (et permettront encore pendant près de dix ans) au hip-hop de sampler la musique d'autrui sans être trop inquiété aux États-Unis. Les Allemands, issus d'une culture juridique européenne bien plus alerte en la matière, ne reçoivent rien des retombées de «Planet Rock» et n'apprécient pas la démarche. Dans le livre Kraftwerk: Man, Machine and Music, l'un des membres du groupe, Karl Bartos, assénait: «Si vous lisez un livre et que vous en recopiez un passage dans une démarche scientifique, vous devez en citer l'origine, en donner la source.»

Kraftwerk attaque le label Tommy Boy en justice. Son boss, Tom Silverman, se souvient dans le livre Creative License: The Law and Culture of Digital Sampling: «Ces mecs sont venus me voir tels des pitbulls, m'ont pris à la gorge, m'ont menacé dans tous les sens, essayant de stopper la sortie du morceau. Ils voulaient juste pomper le sang d'un mec qui venait de créer un tout petit label. Je ne comprenais pas ce qui m'arrivait. Je faisais de mon mieux, et j'étais présumé coupable. Il n'y avait pas de précédent juridique avant cela, je ne connaissais donc pas d'avocat pouvant faire face à ce type de cas.» Bref, les Kraftwerk ont aussi, d'une certaine manière, contribué à amener un cadre légal au sampling et au droit d'auteur dans le hip-hop. Leur trace en la matière est indélébile....

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Ce que le hip-hop américain doit à Kraftwerk

Articles en Relation

Le rap français, vivier du cinéma hexagonal Leurs qualités d'interprétation leur assurent une place de choix sur grand écran. Ces artistes n'en délaissent-ils pas la musique? «Je voulais faire ...
«Diabolique» de L'Épée raconte les sixties qui n'ont jamais existé La réunion d'Emmanuelle Seigner, Anton Newcombe et The Limiñanas sonne comme un kiff rock à la fois savant et nonchalant. Pas de nostalgie dans ce pre...
La jeunesse alsacienne dépoussière le schlager, style de variété allemande Extrait du clip de la chanson «Mein Sommertraum», soit «Mon rêve d'été», de Robin Leon. | Capture d'écran via YouTube Apparu au début du XX...
En attendant le retour des concerts, les podcasts pour découvrir de la musique Des recommandations pour tous les goûts. | Sound On via Pexels     Petites salles et festivals ne sont plus là pour vous présente...
Le confinement a réussi à Taylor Swift, «Folklore» le prouve Image extraite du clip de «Cardigan». | Capture d'écran via YouTube Avec son nouvel album, l'ancien prodige adolescent passe dans le monde des adulte...
Quand le rap français séduit le monde Genre musical le plus écouté dans l'Hexagone, le rap vise de nouveaux marchés à l'étranger. De quoi ravir les fans anglophones de ce courant et donner...

MUSIQUE LIVE

PROMO MUSIQUE