Ce que l'on sait des effets du Covid-19 sur le cerveau

Santé

Les atteintes neurologiques en lien avec le Covid-19 touchent environ 8% des malades hospitalisés. | Philippe Merle / AFP

Différentes études ont montré que le virus était capable d'infecter des cellules du système nerveux, avec l'éventualité de conséquences neurologiques à long terme.

L'anosmie, autrement dit la perte d'odorat, très évocatrice de Covid-19 et extrêmement fréquente puisqu'elle concerne 30 à 80% des patients, serait quant à elle plus fréquemment en lien avec une atteinte rhino-pharyngée. Elle résulterait dans la majorité des cas d'une infection des cellules de soutien de la muqueuse nasale (épithélium olfactif), laquelle peut aussi être associée à une obstruction des fentes olfactives secondaire à l'inflammation des tissus. Depuis l'émergence des premiers cas en Chine en décembre 2019, le coronavirus SARS-CoV-2, responsable de la maladie Covid-19, s'est propagé à travers le monde. Au 21 janvier 2020, il avait touché plus de 96 millions de personnes, engendrant plus de 2 millions de décès, dont près de 72.000 en France.

L'infection se traduit le plus souvent par une atteinte respiratoire, allant d'un syndrome pseudogrippal à des tableaux de pneumonie sévère. De nombreux symptômes neurologiques ont également été recensés chez les patients atteints de Covid-19. Cependant, tous ne résultent pas d'atteintes du système nerveux. Que savons-nous à ce jour de ces troubles neurologiques, et que reste-t-il encore à découvrir?

Réveils pathologiques, confusions et accidents vasculaires cérébraux

Tous les symptômes neurologiques ne témoignent pas d'une atteinte du système nerveux par le virus. Ainsi, les maux de tête (céphalées), les sensations de vertige et les douleurs musculaires (myalgies) décrites dans les premières études font partie intégrante du syndrome pseudogrippal associé à l'infection par le coronavirus SARS-CoV-2. Ces symptômes, qui existent aussi au cours des viroses respiratoires saisonnières, n'orientent donc pas, en général, vers un diagnostic d'atteinte spécifique du système nerveux. En outre, ils s'amendent le plus souvent spontanément en quelques jours.

Si la majorité des patients récupèrent de l'anosmie en une quinzaine de jours, d'autres gardent des troubles de l'odorat de manière plus prolongée, probablement en lien avec une atteinte des structures nerveuses (cellules neurales de l'épithélium olfactif et/ou bulbe olfactif). La rééducation olfactive est alors recommandée pour favoriser le processus de récupération neurologique, qui peut prendre plusieurs mois et s'accompagner d'hallucinations olfactives ou fantosmies.

D'autres symptômes neurologiques plus sévères ont été constatés dès les premières semaines de la pandémie parmi les patients hospitalisés pour Covid-19: cas de confusions non expliquées, de réveils pathologiques après une prise en charge en réanimation, ou encore d'accidents vasculaires cérébraux (AVC) sévères. À ces cas s'est ajoutée la publication de descriptions, dans des revues scientifiques, de cas sporadiques d'encéphalites hétérogènes ou de syndromes de Guillain-Barré.

C'est dans ce contexte qu'a été mis en place en mars 2020 le registre français des manifestations neurologiques associées au Covid-19, qui a impliqué quarante-six centres en France métropolitaine et en Guadeloupe (services de neurologie, maladies infectieuses, médecine interne et réanimation). Ce registre a inclus 222 patients entre le 1er mars et le 30 avril 2020. Il s'agissait principalement de malades hospitalisés soit en raison de la gravité de l'atteinte respiratoire, soit en raison d'une atteinte neurologique pouvant parfois être la première manifestation d'une forme de Covid-19 peu symptomatique au plan pulmonaire...

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Ce que l'on sait des effets du Covid-19 sur le cerveau

Articles en Relation

Pourquoi les antivax se méfient du vaccin contre le Covid-19 Les vaccino-sceptiques ne constituent pas une majorité. | Gustavo Fring via Unsplash Une enquête a révélé qu'entre 20 et 32% des Français·es ne se fe...
Un reconfinement nous permettrait de retrouver nos libertés d'ici à l'été Faut-il reconfiner? La question est sur toutes les lèvres. | Marina Khrapova via Unsplash À défaut de pouvoir mener une campagne de vaccination ...
Covid-19: vous n'imaginez pas tout ce que le masque en tissu peut faire pour vou... Bien que l'usage du masque en tissu soit assez généralisé, de nombreuses interrogations subsistent. | Vera Davidova via Unsplash Des épidém...
Covid-19 et sida, des points communs et des différences Des professionnel·les de santé devant un gymnase reconverti en centre d'urgence Covid-19 à Taverny (Val-d'Oise), le 22 mars 2020. | Ludovic Marin / AF...
Pour faire face au Covid-19, faites l'amour Rien ne vaut une partie de jambes en l'air pour renforcer son organisme. | Alejandra Quiroz via Unsplash Avoir des relations sexu...
Dans l'intérêt public, il faudrait connaître les prix des vaccins anti-Covid Les laboratoires restent des entreprises guidées par l'attrait du profit, qui segmentent le marché entre différentes variantes d'un même produit dont ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA