Cahiers du cinéma, le retour

Actualités

La parution du premier numéro de la revue historique de la cinéphilie depuis son rachat sur fond de polémique est un nouveau départ qui inspire bien des attentes.

À poil et en plein élan dans les rues de Paris, Mathieu Amalric et Omahyra Mota dans le bien nommé Les Derniers Jours du monde des frères Larrieu font la couverture du numéro 766 des Cahiers du cinéma –un numéro singulier à plus d'un titre de la plus ancienne et de la plus prestigieuse revue dédiée au septième art.

Arborant en une la question «Quand est-ce qu'on sort?», il surgit au croisement de deux séries d'évènements à la fois menaçants et peut-être porteurs d'un avenir prometteur.

L'une est évidente et générale: elle concerne les effets de la pandémie de Covid-19 et, parmi ceux-ci, la mise à l'arrêt du cinéma comme dynamique (interruption des tournages, fermeture des salles, annulation des festivals), tandis que les films se réfugiaient un temps entièrement sur la toile et à la télé.

Il reste à voir comment le cinéma, c'est-à-dire la manière dont les films sont faits, montrés, vus, et ce qu'à leur tour ils font, existera et sera transformé par cette situation inédite où, pour la première fois depuis le 28 décembre 1895, se profila la possibilité que tous les projecteurs du monde s'éteignent.

Rachat et rififi

La seconde série d'évènements concerne la revue elle-même. Au début de l'année 2020 était annoncé son rachat par un groupement de dix-neuf investisseurs, ce qui entraîna le départ de la plupart des journalistes –mais pas la totalité, contrairement à ce qui a été répété à l'envi.

Hommes d'affaires et producteurs, les nouveaux acquéreurs ont été dénoncés comme menaçant l'indépendance de la publication.

À quoi l'on pourrait répondre en rappelant d'une part que la situation n'est pas si inédite –les Cahiers sont nés, en 1951, grâce au financement d'un producteur et distributeur, Léonide Keigel–, mais surtout qu'il fallait bien des personnes fortunées pour payer au précédent propriétaire, l'homme d'affaires britannique Richard Schlagman, la somme élevée qui avait auparavant dissuadé d'autres possibles repreneurs, afin d'acquérir un titre qui perd de l'argent et va nécessiter encore d'importants investissements.

Avec dix-neuf propriétaires dont aucun ne détient plus de 12%, le risque est pour le moins dilué.

Peau de chagrin

Il faudra bien que des sommes conséquentes soient mobilisées pour redonner sa place à un titre qui ne désignait pas seulement un mensuel mais de multiples formes de présence dans le monde du cinéma.

Tandis que la précédente rédaction avait fait le choix d'un entre-soi dont on peinait à suivre les lignes de force, les autres activités labellisées «Cahiers» s'étaient étiolées ou avaient entièrement disparu.

Quelques-uns des centaines d'ouvrages publiés par les Éditions des Cahiers du cinéma. | JMF

Ce qui avait été durant trente ans la première maison d'édition de livres de cinéma en France –et sans doute au monde– a été réduit à pratiquement rien. Le site internet qui donnait accès à l'ensemble des archives et produisait des contenus originaux a été rayé de la carte du web, tout comme la traduction chaque mois du contenu de la revue en anglais.

Les ventes de droits des livres Cahiers du cinéma pour traduction en langues étrangères n'existent plus. Les multiples partenariats avec des festivals, des universités, des cinémathèques et autres institutions cinéphiles se sont évanouies, de même que les opérations (à Paris, en régions, à l'étranger) «Semaines des Cahiers» et le «Ciné-club des Cahiers», l'édition de DVD, le partenariat avec des publications dans d'autres langues…

La dimension internationale est ici importante: la revue y dispose d'un capital important. Fleuron de la pensée critique et de l'activisme cinéphile en France depuis près de soixante-dix ans, les Cahiers du cinéma ont perdu l'essentiel de leur visibilité et de leur influence en France au cours de la dernière décennie, mais ils demeurent entourés d'une aura extraordinaire dans le reste du monde...

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Cahiers du cinéma, le retour

Articles en Relation

Chez Clint Eastwood, les héros se cachent pour pleurer C'est une constante chez l'acteur-réalisateur: les attributs de ses personnages finissent inlassablement par devenir un poids, voire même par causer l...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA