Bernard Tapie réagit aux révélations de son ancien bras droit Fratani

Politique

Jean-Marie Le Pen a confirmé la rencontre avec Bernard Tapie, entre les deux tours des législatives en 1993, ce que dément l’ancien président de l’OM.

« Il n’y a que des bla-bla »,« c’est du pipeau », « on est chez les fous »… C’est ainsi que Bernard Tapie a réagi, samedi 2 mars, aux accusations portées dans Le Monde par son ancien homme de confiance, Marc Fratani, avec lequel il est aujourd’hui brouillé. « Il est fâché à mort. Mais de là à aller raconter ces espèces de conneries ! C’est un malade, il a pété un plomb », a indiqué. M. Tapie sur Franceinfo, quelques heures après la publication des articles.

Dans Le Monde, M. Fratani affirmait que l’ancien président de l’Olympique de Marseille (OM) était impliqué dans des actes de corruption de matchs, lorsqu’il était à la tête du club de football, entre 1986 et 1994. L’ancien lieutenant de M. Tapie racontait aussi qu’il avait lui-même accompagné l’homme d’affaires chez Jean-Marie Le Pen, à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), entre les deux tours des élections législatives de 1993, pour négocier des arrangements électoraux. 

Bernard Tapie a continué à nier cette rencontre, dimanche, sur BFM-TV. L’ancien président du Front national, lui, a confirmé en détail, au micro de RTL, le rendez-vous évoqué déjà dans de nombreux livres. « Il est venu en personne. J’ai accepté de le recevoir bien sûr. Il est monté à mon bureau et il m’a demandé de maintenir mon candidat au deuxième tour de l’élection législative où il était lui-même candidat » , a déclaré M. Le Pen, samedi, à propos de cette élection dans la 10e circonscription des Bouches-du-Rhône.

« Je lui ai dit qu’il s’était dérangé pour rien, a ajouté Jean-Marie Le Pen. Puisque nous avions décidé de maintenir nos candidats dans toutes nos circonscriptions possibles. Depuis, il a nié m’avoir rencontré, mais ça, c’est un menteur mais il n’est pas que cela. » Après Lorrain de Saint Affrique, ex-collaborateur de M. le Pen et désormais Marc Fratani, l’ancien candidat à la présidentielle est la troisième personne qui confirme cette rencontre avec celui qui traitait les électeurs du FN de « salauds » et s’est toujours présenté comme le champion de la lutte contre l’extrême droite.

« Je ne suis pas inquiet »

Dans Le Monde, Marc Fratani affirmait aussi avoir participé « une fois à un achat d’arbitre » avant un match PSG-OM. L’ancien président du club marseillais a expliqué de son côté que les actes de corruption d’arbitre lorsqu’il dirigeait le club marseillais ne le « concernent plus ». « Après, si lui a acheté un arbitre un jour, il faut qu’il donne son nom, dise où, quand et qui lui a donné l’argent », a riposté M. Tapie avant de demander « à ce que la justice l’interroge pour qu’il dise quel arbitre, quel match, quel jour ».

« Seul Jean-Pierre Bernès [directeur général du club à l’époque] avait la capacité à acheter un arbitre. Je n’ai pas acheté un match. J’ai simplement participé à cet achat. M. Bernès le dit sur procès-verbaux », a confirmé M. Fratani sur RTL lundi 4 mars avant d’ajouter. « Je ne suis pas inquiet. Vous verrez, il n’y aura pas de plainte. »

Invité de la matinale d’Europe 1, au même moment, Bernard Tapie, lui, a préféré quitter le studio, plutôt que de répondre aux questions sur les accusations de son ancien attaché parlementaire, comme il avait déjà menacé de le faire la veille sur BFM-TV, où il était deux heures durant l’invité de l’émission « Et en même temps ». Du 11 mars au 5 avril, c’est un autre rendez-vous qui attend l’homme d’affaires. A ces dates, il sera jugé dans l’affaire de l’arbitrage controversé qui lui avait accordé 404 millions d’euros pour solder son litige avec le Crédit lyonnais.


Lire la suite : Bernard Tapie réagit aux révélations de son ancien bras droit Fratani


Articles en Relation

Le chef indien Raoni : « Je suis fatigué de toutes ces promesses qui n’aboutisse... A 88 ans, le célèbre cacique indigène kayapo de l’Amazonie brésilienne vient de terminer une tournée en Europe lors de laquelle il a rencontré le pr...
Les coulisses du G7 à Biarritz : un phare pour dîner, un palace pour dormir Les dirigeants logent à l’Hôtel du Palais tandis que le phare de la pointe Saint-Martin fournira un cadre symboliquement fort au dîner du samedi. C...
A Marseille, la gestion de Jean-Claude Gaudin étrillée par la chambre régionale ... Absence de stratégie et de pilotage, dépenses de personnel disproportionnées… Les juges dressent un tableau accablant. Deux rapports, de près de 30...
Castaner ouvert à un débat sur des quotas pour « d’autres modes d’immigration lé... N’estimant pas nécessaire une nouvelle loi sur l’immigration, le ministre de l’intérieur veut travailler sur la qualité de l’intégration et pas uniq...
Municipales : Marine Le Pen lance un appel « à tous ceux qui, chez LR, n’ont pas... La présidente du Rassemblement national (RN) se dit prête « à mettre en œuvre des plateformes d’action communes » pour les municipales. M...
Face à la mendicité des enfants roms, les « échecs » et les « belles réussites »... Depuis fin 2015, la Ville a mis en place des maraudes et un dispositif d’insertion pour les familles à la rue. Le dispositif doit être étendu à seiz...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA