Avec «Donda», Kanye West n'est plus à une contradiction près

Musique

Si Dieu juge, Ye devrait peut-être se méfier de son ultime avis. | Capture d'écran Kanye West via YouTube

Ce dixième album est tout bonnement fascinant. Mais, au-delà des considérations musicales, il est aussi la preuve que le rappeur américain, dans sa mégalomanie exacerbée, n'est à l'image de rien si ce n'est de lui-même.

Il aura donc fallu plus d'un an à Kanye West pour sortir son dixième album, Donda. Annoncé pour août 2020 puis repoussé à de multiples reprises, le voici enfin, gargantuesque et déraisonnable. À l'image de son auteur, certainement. Vingt-sept titres qui illustrent à merveille la complexité d'un artiste détesté ou adulé, c'est au choix. Toute la carrière de Kanye West a été basée sur l'ambiguïté, sur les contradictions. Et plus l'homme s'enferme dans une prison dorée, physique et mentale, plus sa discographie se pare de prises de positions mouvantes voire illogiques. Frisant alors parfois le génie, parfois la malhonnêteté la plus affligeante

On le sait depuis longtemps: Kanye West, aussi sincère soit-il dans son amour pour Dieu, n'a de cesse de mobiliser l'image du divin pour se défendre et justifier ses actes. Comme nous l'expliquions lors de la sortie de son précédent album, Jesus Is King, en 2019, il explique en permanence que seul Dieu peut le juger, que lui seul sait et comprend ce qu'il fait et dit, que le commun des mortels, ignorant, est, en plus de cela, malveillant. Que les choses soient claires, pour Kanye West, les dieux sont sur terre et s'appellent Donald Trump, Elon Musk ou Jeff Bezos. Ils sont les entrepreneurs, les «CEO», les moteurs du monde, les seuls à qui il peut se comparer. Le premier a reçu à de nombreuses reprises le soutien du rappeur durant son mandat présidentiel. Le second est soi-disant devenu pote avec lui. Le troisième a même droit à sa référence dans le titre «Heaven and Hell»: «We on Bezos, we get payrolls / Trips to Lagos, connect like LEGOs.»

Dieu n'aime pas vos Rolls Royce

Kanye West a beau scander le contraire dans ses excès de zèle religieux, il vénère le consumérisme et ceux qui le motivent. Lorsque l'on écoute le morceau «Hurricane», on comprend alors: c'est le chanteur The Weeknd, invité en featuring, qui assure la vénération de Dieu, qui la chante haut et fort dans un titre lunaire. Le rappeur, lui, parle encore de sa personne, de sa thune, de sa baraque évaluée à 60 millions de dollars… Il disserte sur le regard des autres qui envieraient son argent, se transformeraient en remparts à sa réussite, par jalousie, bien entendu. C'est notamment le thème du morceau «Believe What I Say», dans lequel il a cette phrase plutôt de bonne guerre, amusante, et en référence à la vie publique mouvementée de Brad Pitt: «I've been going through things I had to wrote / Celebrity drama that only Brad would know» [J'ai traversé des choses que j'ai dû écrire / Du drame de célébrité que seul Brad connaît]....

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Avec «Donda», Kanye West n'est plus à une contradiction près

Articles en Relation

2020 a une musique à son image, l'hyperpop Image extraite du clip de Yoga de 645AR. | Capture d'écran via YouTube Des musiciens connaissent un succès grandissant en réinventant ...
L'étonnant retour en grâce de la cassette audio 156.542 cassettes ont été vendues l'an passé au Royaume-Uni. Un record depuis 2003. | Tobias Tullius via Unsplash Ce support emblématique a de n...
Avec la pandémie, la musique électro devient moins festive et plus introspective Le festival électro Tomorrowland, le 19 juillet 2019 à Boom, en Belgique. | David Pintens / Belga / AFP   Entre underground et institu...
Anitta, reine de la pop brésilienne et nouvelle icône féministe Anitta, troisième personnalité politique la plus influente au Brésil, est devenue une icône féministe. | Capture d'écran Anitta via YouTube ...
La musique ambient et New Age assure ma survie depuis que les concerts et clubs ... L'ambient et le New Age sont là pour nous rappeler l'importance de l'écoute. | Igor Kasalovic via Unsplash Longtemps moqués, ces styles musicaux...
Les girls et boys bands existent toujours, mais ne durent jamais bien longtemps Blackpink à Coachella en 2019. | Rich Fury / Getty Images North America / Getty Images via AFP Le succès international de formations telles...

MUSIQUE LIVE

PROMO MUSIQUE